Aux portes de l'Europe

Ce soir, tous les participants aux phases de poule de l'Europa League seront connus. Paris y va tranquille, Rennes doit assurer et Sochaux va devoir faire gaffe. Et les autres ? Les enjeux diffèrent. Certains ont assuré l'essentiel dès le match aller et d'autres doivent juste être sérieux pour composter leur billet. Et puis il y a ceux qui ont fait n'importe quoi au match aller, et qui se retrouvent déjà au pied du mur. Bilan.

0 3



Ceux qui vont envoyer la réserve

Le tour préliminaire donne évidemment lieu à des confrontations déséquilibrées entre des grosses écuries européennes et des petits poucets. Du coup, pour les équipes qui ont bénéficié d'un tirage clément, la qualification a été assurée dès le match aller. Pratique : à quelques jours d'un week-end de championnat (sauf pour les Espagnols), les coachs vont pouvoir aligner une équipe-bis, composée de remplaçants, de jeunes, et éventuellement d'un titulaire histoire de faire plaisir au public local.

Plus gros carton du match aller, la Lazio Rome n'a déjà plus rien à craindre de Rabotnicki. Le 6-0 va permettre à Reja de faire reposer Cissé et ses potes en vue du premier match de Serie A. Même discours pour Tottenham. Après s'être fait rouster par United, les Spurs vont pouvoir se racheter en jouant libérés face à Hearts, battus 5-0 à l'aller. Le PSG, vainqueur 4-0 à Differdange, va régaler le Parc avec Maurice, Bahebeck et Kebano en lieu et place de Menez, Pastore et Gameiro. Fastoche aussi pour Fulham et Besiktas, qui devront défendre bec et ongle leurs trois buts d'avance face au Dnipro Dnipropetrovsk et à l'Alania Vladikavkaz. Bon, bah, rendez-vous en septembre.

Ceux qui ont juste besoin d'assurer

L'essentiel a été assuré au match aller, mais la qualification n'est pas encore en poche. A commencer par Rennes. Victorieux 2-1 sur la pelouse de l'Etoile Rouge Belgrade, les Rennais peuvent se contenter d'un nul, et même d'une défaite 1-0, pour accéder aux phases. Mais après la fessée reçue à Montpellier, une victoire serait la bienvenue. Même score (2-1 à l'extérieur) et donc mêmes obligations pour le Dynamo Kiev et Anderlecht, respectivement bourreaux du Litex Lovech et Bursaspor.

Stoke City est allé s'imposer 1-0 sur la pelouse du FC Thun, tombeur de Palerme au tour précédent. Pour le match retour, au Britannia Stadium, les Anglais vont pouvoir se la jouer pépère. Mais pas trop quand même. La situation est encore plus aisée pour l'Atletico Madrid. Avec Falcao, les Colchoneros iront défendre leurs deux buts d'avance chez le Vitoria Guimaraes, que le buteur colombien connaît bien, puisqu'il les a déjà affronté deux fois cette saison avec Porto. A priori aucun souci pour le Maccabi Tel Aviv. A moins que le Panathinaikos, dans un sursaut d'orgueil, se déchaîne et ne s'impose 4-0. Oui, mais le Djib' n'est plus là. Dommage.

Ceux qui vont (sacrément) galérer

En ayant fait match nul en Ukraine, au match aller, Sochaux pensait avoir fait une bonne opération. Certes, les Sochaliens n'ont pas perdu. Mais ils n'ont pas marqué non plus. Du coup, si le Methalist venait à inscrire un but à Bonal, Sochaux serait dans l'obligation de gagner, tout match nul devenant éliminatoire. Vu comme ça, ça rigole moins. Cela va être très dur également pour le FC Séville. Battus 2-1 à Hanovre, les Sévillans vont devoir renverser la situation à la maison. Et sachant que les Allemands ont débuté leur championnat par deux victoires et un nul, ce n'est pas vraiment gagné d'avance.

Loin, très loin d'être gagné aussi pour le finaliste de la compétition l'an dernier : Braga. Les Portugais n'ont pas pu faire mieux que 0-0 face aux Young Boys et vont devoir aller composter leur ticket en Suisse. Enfin, l'Ibrox Stadium s'apprête à vibrer. Les Glasgow Rangers, défaits 2-1 à Maribor, jouent leur ultime chance de frissonner un peu cette saison. Car sans Europe, l'année risquerait d'être longue.

Ceux qui pourraient se cacher pour le reste de la saison

Une élimination au tour préliminaire de l'Europa League, c'est un boulet que l'on peut se traîner toute une année. Surtout lorsque l'on avait fait le fier lors du tirage au sort. « Ah ? Les petits hongrois ? Facile » . Tu parles. La Roma, l'une des favorites de la compétition, se retrouve déjà au pied du mur après sa défaite face au Slovan Bratislava (1-0). Plutôt serein, Luis Enrique avait aligné une équipe réserve, laissant Totti et Borriello sur le banc. Résultat : un revers qui oblige l'équipe romaine à gagner, et bien gagner, au match retour. Le nouveau président américain serait probablement ravi de ne pas jouer l'Europe.

Quant à Schalke, les voilà quasiment éliminés. Battus 2-0 à Helsinki, les potes de Raùl doivent désormais réaliser un exploit. En même temps, rien de honteux à perdre contre le champion de Finlande lorsque l'on a été demi-finaliste de la C1. Trois autres équipes sont en danger. Tenu en échec 0-0 par Birmingham, le Nacional Madeira s'expose à se faire sortir par un club de D2. Pas vraiment mieux que Rosenborg, le PSV Eindoven et le Celtic Glasgow, qui n'ont pas fait mieux qu'un score nul et vierge face aux ogres de l'AEK Larnaca, du SV Ried et du FC Sion. Au bon souvenir de la Coupe Intertoto.

Ceux qui vont se qualifier sans jouer

Il y en a qui sont bien vernis. Tenus en échec 0-0 à domicile au match aller, l'Athletic Bilbao aurait eu fort à faire, au match retour, face à Trabzonspor. Le destin va leur éviter une déconvenue. Fenerbahce ayant été exclu, hier soir, de la Ligue des Champions, c'est justement Trabzonspor, deuxième du dernier championnat turc, qui va remplacer le champion de Turquie en C1. Par conséquent, l'Athletic Bilbao ne disputera pas son match retour et est directement qualifié pour les phases de poule de l'Europa League. Comment dit-on « merci » en turc ?

Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Merci en turc, ça se dit Güle Güle. Quelque chose comme ça dans mon souvenir. Soit, on s'en fout, le plus important, c'est de voir passer Bruges, Anderlecht et le Standard.
Pour info, le Slovan Bratislava est un club Slovaque, pas loin de la Hongrie mais Slovaque quand même.
On dit Tesekur pour dire merci en turc, selon ma connaissance aussi, vu que Mevlut sera sur le banc ce soir vous avez qu'à envoyer quelq'un lui demander....j'ose esperer que si le public du Parc siffle les joueurs ce soir Le prince Al Thani leur envoie ses hélicopters de combats !!!
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 3