1. //
  2. // Barrage retour
  3. // Real Sociedad/Lyon

Aulas, le nerd de la guerre

On connaissait Massimo Moratti décrochant son téléphone en pleine nuit pour répondre aux supporters intéristes qui l'appellent. Voilà Jean-Michel Aulas qui clashe les rageux sur Twitter. Alors que l'OL se rend à Anoeta dans la peau du club éliminé, son président sème le lol et récolte la tempête. Pourquoi ? Parce qu'il ne sait pas faire autrement.

Modififié
25 54
La situation passerait presque pour un classique de l'histoire européenne de l'OL. En ballottage défavorable après le match aller, les Lyonnais ne parviennent jamais à renverser la situation au retour. Les deux dernières fois, c'était en phase finale de Ligue des champions et l'exploit était encore à portée de crampons. Face au Bayern en 2010, après s'être inclinés 1-0 à l'Allianz Arena, puis face au Real un an plus tard en étant accrochés à Gerland (1-1). Les deux fois, les hommes de Claude Puel s'en prennent trois dans le buffet et l'OL doit faire le deuil de ses dernières illusions européennes. Après un match aller qui a tenu de la séance de torture dans tous les secteurs du jeu, jusque dans la folie des deux buts encaissés, autant dire qu'on ne donne pas cher de la peau des Lyonnais ce soir à San Sebastián.

Quand l'argent fout le camp

Du point de vue de la hype qui a succédé à leur bonne entame de saison, l'écart apparu avec la bande à Griezmann à l'aller a eu de quoi surprendre. Du point de vue du déclassement dans lequel l'OL est engagé depuis trois saisons, la promesse d'un retour aux jeudis de Ligue Europa correspond davantage à la logique du moment. Ce d'autant plus que depuis la saison dernière et le parcours parisien en Ligue des champions, le football français a eu le temps de se souvenir que, pour y figurer parmi les grands, mieux valait tenir de solides arguments. Et l'argent reste le premier d'entre eux. C'est précisément ce qui fait défaut à l'OL. Les raisons sont connues : difficultés financières (entre 60 et 80 millions de pertes cumulées), masse salariale qu'il faut réduire, construction du Grand Stade.

Quand l'argent fout le camp, il reste quoi ? Jean-Michel Aulas a agité le retour aux sources en guise de première réponse. Comprendre par là une remise à l'honneur de la formation et de ces bons coups du recrutement qui faisaient le bonheur du club au plus fort de la domination. Jusqu'à ce que deux événements viennent semer le doute. Le premier lors du transfert d'Anthony Martial vers l'AS Monaco. Au-delà du montant (5 millions d'euros) pour un gamin de 17 ans qui a tout juste eu le temps de fouler un terrain de Ligue 1, c'est la contradiction avec le programme présidentiel qui interpelle et inquiète. La formation est elle aussi soluble dans la liquidation des actifs du club. Le second acte tient dans la claque reçue à domicile face à la Real Sociedad. Et histoire de bien saisir la portée de la défaite, Rémi Garde y a apporté les sous-titres : « On ne peut pas empêcher des joueurs qui ont, pour certains, quinze matchs de CFA et trois ou quatre rencontres de Ligue 1, d'avoir un peu d'appréhension avant ce type de rencontre. Le groupe n'a pas une grosse maturité. Mes joueurs n'ont pu faire mieux que ce qu'ils ont produit au cours de la rencontre. »

Haters gonna hate

Ça pue tellement la résignation que plus rien ne semble retenir le spectre maintes fois annoncé et toujours remis à plus tard de la fin de cycle, du retour dans le rang, de la relégation du club qui a tellement vampirisé la Ligue 1. C'est là que Jean-Michel Aulas entre en scène en prenant soin, comme il l'a toujours fait, de l'ouvrir, et en grand de préférence. Depuis janvier dernier, le président lyonnais assène les punchlines comme autant de coups depuis Twitter. Un exercice qui n'est pas sans risque tant il prend un tour aussi drôle que pathétique. Ne serait-ce que pour ces fois où le dirigeant de 64 ans se met au parler jeune à coups de « cool cool » et autres « lol » envoyés à des midinettes venues lui déclarer leur admiration. JMA aurait-il perdu son mojo ? Si l'on en croit la teneur de certains tweets, il semblerait que ce soit surtout son correcteur d'orthographe qui ait fini par le lâcher. Résultat, longtemps le doute a été de mise quant à l'authenticité du compte présidentiel. Avant, une fois la confirmation obtenue, de voir les attaques tomber de partout.

Tout ça pour quoi ? Pour continuer à faire ce que le Tycoon lyonnais a toujours fait : répondre à chaud quand il se sent provoqué, quitte à surréagir. Ses tweets ne sont jamais que le prolongement des déclarations tapageuses qu'il envoie à intervalles réguliers depuis plus de 25 ans. À première vue, rien de bien nouveau sous le soleil de l'Aulassie. À une exception près : le recours à Twitter répond à la situation de l'OL. Puisqu'il n'y a plus de fric pour motiver les joueurs quand tout semble perdu, il faut trouver d'autres leviers. C'est aussi le rôle d'un président. Comme ça qu'en mars 2012, après l'élimination de Nicosie, JMA laisse des lettres dans les casiers de ses joueurs. Il y a trois semaines, c'est par les sentiments qu'il souhaite prendre Gourcuff : « J'aimerais que Yoann rende à l'OL une part de l'amour que le club lui a donné. » Les tweets qu'il balance seul à la face de tous ceux qui le conspuent et l'insultent n'ont pas d'autre vocation : « J'adore les pleurnichards et je joue là-dessus pour que la motivation soit à son comble. Parce que prendre du plaisir à gagner, c'est une chose, mais prendre du plaisir en démontrant à ceux qui ont été défaitistes qu'ils se sont trompés, c'est un pied fantastique. » La révélation ne fait jamais que confirmer la tendance : c'est bien parce que l'OL cherche sa place dans la nouvelle hiérarchie du foot français que Jean-Michel Aulas tient la sienne plus fort que jamais. Autant dire qu'on n'a pas fini de le retrouver en président du lol.

Par Serge Rezza, à Lyon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Avant même de lire l'article, une mention "Très Bien" pour le titre, probablement le meilleur de la semaine. Merci.
Ouais, enfin il ferait bien de se calmer un peu quand même, ça va se retourner contre lui et le club cette manie de crier plus fort que tout le monde!
Le faire quand le club va bien, c'est facile, mais ça donne une image de club qui écrase tout sur son passage.
Le faire quand le club va mal et s'enfonce, c'est passer pour un guignol qui sait plus quoi inventer pour continuer à exister!

Pour comparer
Si Messi dit partout haut et fort qu'il est le joueur du monde, ça fait prétentieux mais ça passe,
Si Moussilou le fait, ca fait juste con. (marche aussi avec Barton.. et ses tweets ridicules)
Le dernier tweet cité est digne d'un pauvre mec de 20 piges qui se prend pour un dur genre "mes détracteurs me font avancer susu²".
Bref, Aulas est une merde, et une énorme, vivement que ce demeuré dégage.
tokouille Niveau : DHR
En exclu', le texto envoyé par Jean-Michel à Yoann: "Si tu reviens, j'annule tout".

À moins que je me trompe...
"c’est bien parce que l’OL cherche sa place dans la nouvelle hiérarchie du foot français que Jean-Michel Aulas tient la sienne plus fort que jamais"

Assez d'accord.
Autant je déteste JMA autant il faisait son taf (plutôt très bien) et était dans son rôle (plutôt très énervant)

Le truc c'est que depuis les Qataris et la perte de vitesse de son OL, il est complètement dépassé et accumule les erreurs de jugement et de communication dont le cas Gomis en est le dernier révélateur.
Et ça en devient un poil gênant d'ailleurs.
Dans le milieu, à force de chialer, de vouloir le beurre et l'argent du beurre, il a gagné le surnom de "Nerdhammer, ou je fais un malheur"
Message posté par tokouille
En exclu', le texto envoyé par Jean-Michel à Yoann: "Si tu reviens, j'annule tout".

À moins que je me trompe...



Il l'a pas envoyé à Gomis plutôt?
Y a personne a Lyon pour lui dire d'arreter ses bullshits? Et Lacombe il est passé ou? Il intervient que quand c est une femme qui reagit?
Son arrogance quand il gagnait tout, ça passait pour du génie, toujours avec un coup d'avance etc... Maintenant c'est juste ridicule
Dany Meullins Niveau : District
Aulas, la dernière star de l'OL.
Le mec est assez fou pour twitter lui-même et répondre aux critique d' abrutis de 17 piges à moitié illettrés. J'aime pas beaucoup le bonhomme ni son club mais on peut dire qu'il vit son rôle à fond et qu'il a de la considération pour ses supporters et ça ben même si ça pique de l'avouer, je respecte !
Dany Meullins Niveau : District
Message posté par 4_2
Le mec est assez fou pour twitter lui-même et répondre aux critique d' abrutis de 17 piges à moitié illettrés. J'aime pas beaucoup le bonhomme ni son club mais on peut dire qu'il vit son rôle à fond et qu'il a de la considération pour ses supporters et ça ben même si ça pique de l'avouer, je respecte !


Pareil.
Jean Michel Assaule Niveau : Ligue 2
L'OL joue a Anoeta ? Moi je préfèrerais jouer dans Ianneta...
Aulas, le meilleur ennemi. C est jouissif quand il se prend un truc sur la gueule- et j espere, je veux, que Bafe lui en mette une grosse de quenelle- mais il serait pas la- ou il se calmerait- que ca ferait bizarre et qu on en serait presque navre. On ne peut pas nier son amour sincere pour son club malgre les nombreux, treees nombreux defauts du type, et ca merite le respect. J le trouve presque attachant, sans etre lyonnais pour deux sous.
Même si des sommes faramineuses sont en jeu, ça reste quand même que du football donc moi, à ceux qui disent qu'il est pathétique et bien qu'il le soit, j'ai envie de dire

Calmos,
de voir qu'un mec de son age avec autant de responsabilités à les mêmes occupations que ma fille de 13 ans ça fait bizarre.
aulas devient pathétique quand il est en panique,on dirait un cafard au fond d'un lavabo qui s'agite pour remonter
Jean Michel De Funès...
Aulas ne répond pas à des ados boutonneux de 17 ans.

Il choisi les Tweets auquel il répond pour faire passer son message. Ça manque de hauteur pour un président c'est sur. Mais c'est tout sauf impulsif et non maîtrisé.
sa com est moyennement maîtrisée quand même... mais ça passerait encore si sa gestion était aussi bonne qu'avant! Au-delà des soucis financiers, l'an passé il avait le mis le feu au vestiaire, en disant des choses sûrement vraies, mais dans la presse (critique du comportement de Cris, Bastos, Källström...) Cette année, sa gestion du mercato est quand même lamentable, entre Gomis toujours au placard, Corchia finalement abandonné, Gourcuff un coup partant un coup non, Martial qui se barre à Monaco, sans parler de Miguel Lopes qui fait des débuts inquiétants. Son seul "coup" a été de vendre Lovren pour 10 millions, mais quel réinvestissement?
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
25 54