1. //
  2. // Olympique lyonnais

Aulas, la Premier League et la stratégie du judoka

5 70
Dans quatre à cinq mois, Jean-Michel Aulas pourra apprécier son bijou tout neuf : le Grand Stade de l'OL.

Jeudi, le président du club lyonnais était justement l'invité de la Chambre de commerce et d'industrie de Genève, pour présenter la future enceinte. S'il a évoqué le stade, JMA a aussi livré son opinion au sujet de la surpuissance financière des clubs anglais et l'exode des joueurs de L1 vers la Premier League - à l'image de Clinton Njie, vendu cet été de Lyon à Tottenham pour 14 millions d'euros. « Je préfère y voir un appel d'air formidable et, comme au judo, utiliser la force de l'adversaire à mon profit, glisse Aulas, interviewé par le quotidien suisse Le Temps. Les clubs anglais ont des moyens financiers illimités ? Eh bien, qu'ils achètent nos joueurs. Nous leur en vendrons d'autres, et petit à petit, cet argent nous permettra de rattraper notre retard. »

Jean-Michel ceinture noire. FL
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
number-14 Niveau : CFA
Note : 5
Hs : fait chier cette trêve !!! J'ai envie de voir l'ol jouer moi !
Déçu2Bordeaux-Pas2Coeur Niveau : CFA
On a bien essayé pour Jussie, mais...
Me myself and I Niveau : District
Certains peuvent ne pas l'apprécier (ce que je comprend) mais Aulas a de l'avance sur les autres acteurs du foot français.
La L1 profite indirectement de l'emballement des droits TV anglais, et combien de club français ont soulagé leur bilan financier sur une vente improbable aux anglais.?? (Nice, Monaco, Lyon, Marseille,Caen, Nantes, etc….)
Derrière, la L1 a réinvesti à peu prés intelligemment sur des pistes intéressantes et à prix raisonnable…
Voir autant de sud américain, d'italien, espagnol…
Bref, du brassage avec des pays qui ont une tout autre culture footballistique que la notre, Même Monaco (toute proportion gardée) et sa plateforme de transfert de joueur me plait.

Je préfère 1000 fois cette situation à celle d'avant où on vivait en vase clos, s'appuyant tant bien que mal sur le foot français;attendant que des pépite made in France arrivent.

Trop souvent la L1 ne misait que sur du local (j'exagère à peine).
5 70