Aulas, antisocial qui perd son sang froid

Coups de sang, pétages de plomb et déclarations de guerres mondiales au reste du monde. Pourquoi Jean-Michel Aulas est devenu antisocial ?

Modififié
0 10
Trust. « Enfin le temps perdu qu'on ne rattrape plus » ... C'est le meilleur passage de “Antisocial”. Et le plus angoissant. Quand Bernie Bonvoisin assène le constat foutu, martelé par la guitare-pilon de Norbert Krief : « Enfin le temps perdu qu'on ne rattrape plus » . Du coup, forcément, tu perds ton sang froid. Putain de week-end, pour Jean-Michel Aulas : une bonne série en cours, une victoire contre Benfica et les 8èmes à l'horizon. Et puis vendredi matin, l'Equipe qui rapporte les propos de Cris sur Puel ( « ...il est nul, le coach... » ). Ça sent le remake de Knysna, avec le « Va te faire enculer, sale fils de pute » pour point de départ. Toujours signé l'Equipe... Dimanche à 19 heures, Lyon fait un pauvre nul contre Arles & Avignon (0-0). Un pauvre petit point pris chez Lanterne Rouge : « Enfin les points perdus qu'on ne rattrape plus » ? Ouais, ça y ressemble. Grosse angoisse : le titre est en train de s'envoler, alors que les concurrents de l'OL, Rennes, Sainté honni, Bordeaux et Paris ont merdé. Marseille et Lille doivent en découdre à 21 heures et le vainqueur fera le trou... Alors Jean-Michel devient ouf ! « J'Michel Aulas, tu perds ton sang froid ! » ...

L'a pas entièrement tort, J'Michel... Pas con, J'Michel. Connaît le foot et les hommes, J'Michel. Il a tout de suite vu que Cris avait explosé en plein match contre Avignon. Sous la sale pluie provençale. L'Arlésienne, c'est Cris... Absent, fantomatique, pas dedans, à côté de la plaque... Une agression inqualifiable sur Mériem (quelques excuses bredouillées), une remise de la tête insensée à Diakhaté, chargé par Dja Djeje, alors que le Brésilien a tout le temps de contrôler de la poitrine... ou bien de l'épaule, de la tête ou de la main. La suite, c'est Dja Rastafari qui s'en va mettre le feu à Babylyon (1-0, 36ème). Passe décisive de Cris à Dja Live ? Acte manqué ? Cris avait été très bon contre Benfica. Là, il coule à pic. Le Crisufié portera encore sa croix pendant une heure, à la rue, largué par les raids de Dja no Dead...

Cris a été piégé deux fois. La première, c'est l'entrevue impromptue, entre lui et Puel, provoquée par Aulas à la CEGID, la boîte de J'Michel : « Cris, j'aimerais que tu me répètes ce que tu as dit sur le coach, l'autre jour... » . Malaise... J'Michel a merdé dans son management interne ? En tout cas, il a été maladroit. Un point contre lui. Deuxième coup dur pour Cris : la Une de L'Equipe du vendredi 22 octobre, « Dôle de drame » . Vincent Duluc rapporte par le menu l'entrevue Aulas-Puel-Cris. La confrontation houleuse avait déjà dû secouer le Policier, sauf que là, maintenant, ça devient public, en première page. Un point contre L'Equipe. Cris a le mauvais rôle. Il craquera à Arles. Puel encaisse tout, comme d'hab : les médias qui veulent sa peau, la pression du Président et le nul pourri contre Lanterne Rouge. J'Michel pète les plombs... La haine contre L'Equipe, qui a déstabilisé son joueur et son équipe. Et puis aussi la culpabilité ? Après tout, c'est lui qui a fragilisé Cris au départ, en le « convoquant » avec Puel. Les révélations publiques de L'Equipe sur ses « méthodes » et sur le malaise Cris-Puel ont peut-être aussi installé le climat polaire qui a engourdi un groupe lyonnais congelé, méconnaissable à Arles : le rouleau compresseur qui avait laminé le Benfica quatre jours auparavant s'est transformé en tondeuse à gazon rouillée en Provence. Priez pour Gourcuff, Lloris et Réveillère : après la galère sud-africaine de Knysna, ils ont replongé dans le bain d'acide avec Lyon. L'axe maudit Knysna-Arles, avec l'Equipe pour trait d'union.

La suite de ce dimanche pourri ? Du grand n'importe quoi... Après le match, J'Michel a giflé Bruno, un supporter du AA un brin trop chambreur (il reconnaîtra le « contact physique » à demi-mot aux Spécialistes, sur Canal +). Un retour vers les tribunes pour demander un temps mort aux supporters lyonnais occupés à dérouler la banderole «  Puel démission » . Une attaque verbale contre Vincent Duluc dans le couloir des vestiaires. Une conférence de presse agressive et pleurnicharde (où les confrères de L'Equipe sont zappés) : « Quand je n'interviens pas, on dit : “Il serait intervenu il y a quelques années”, quand j'interviens, on dit : “La pression qu'il lui met !”. Même après 24 ans, je ne sais pas quelle attitude je dois avoir pour être un bon président » ... Snif ! C'est dur d'être président... Le lendemain, lettre ouverte thermonucléaire à Fabrice Jouhaud sur le site de l'OL. Mais, recalé à l'écrit, J'Michel. Que des phrases mal foutues : « Et quand ceux que vous attaquez osent démentir vos propos, vous vous drapez dans vos certitudes et dans la condescendance de votre situation monopolistique pour manier l'ironie au mépris d'une quelconque éthique professionnelle qui voudrait qu'on n'accepte pas de publier des contre-vérités et encore moins de les cautionner a posteriori » . Des « erreurs » et des « contre-vérités » ? Sommé par Romain Del Bello, aux Spécialistes, de confirmer ou infirmer la véracité des faits relatés par L'Equipe, J'Michel s'enfonce encore plus : « Ce qui est dit dans L'Équipe est erroné » . Del Bello: « Est-ce que vous pouvez nous dire ce qu'il a dit ? » . J'Michel : « Bien sûr que je peux vous le dire. Mais ceci étant, est-ce que c'est vraiment le sujet ? » . Recalé à l'oral.

On arrête là. J'Michel ne sait plus trop où il en est. La gestion communication calamiteuse du cas Puel l'a prouvé. D'abord un « ultimatum » implicite imposé à son coach jusqu'à Arles, puis la dead line devient Lyon-PSG en coupe de la Ligue. Et puis, sans prévenir, mission impartie à Claude Puel de gagner les six matchs au premier tour de C1 (sic !)... Où en est sa réflexion ? Réponse sur le parisien.fr aujourd'hui, à la veille d'un énième match crucial, Lyon-PSG ( « Dans ce contexte, cela devient un match capital » ) : «  Je ne veux pas en parler maintenant, je le ferai mercredi soir ou jeudi. Nous avons une réunion très importante cet après-midi au siège de l'OL (NDLR : hier). Je verrai les supporters demain (aujourd'hui) et nous aurons un conseil d'administration mercredi matin » .

Rien de nouveau : outre la grosse pression sur le coach et les joueurs pour ce Lyon-Paris, il faudra attendre pour statuer sur le cas Puel... Question intéressante du Parisien : « Un président de club peut-il se séparer d'un entraîneur qui n'a pas perdu depuis qu'on lui a fixé un échéancier ? » . J'Michel, incroyablement sur la défensive : « Ce n'est probablement pas la meilleure chose à faire » . J'Michel ne sait pas trop, hésite... Garder ou non Claude Puel ? Veut-il « vraiment » le lourder, au fait ? On sait ce qu'on gagne, sait-on ce qu'on perd ? L'équipe se remet à marcher... Et qui mettre à la place de Puel ? A-t-il seulement un pas de plan B, une piste, un nom ? Des certitudes, pour le présent ou un proche avenir ? Acculé à la décision à chaud. Une situation nouvelle pour lui qui avait toujours deux coups d'avance (le sien et celui de Lacombe). Prisonnier d'un timing (compte à rebours ?) qu'il a lui même fixé, J'Michel perd son sang froid. Dimanche, l'OM a tabassé les Dogues... « Enfin les points perdus qu'on ne rattrape plus » ... J'Michel perd son sang froid. J'Michel redevient humain, mais il n'aime pas ça.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Il y a eu 1 partout au match Arles-Avignon-OL
La boite de Jean-Michel Aulas s'appelle la CEGID
Je pense qu'Aulas est décidé à remplacer Puel, mais il faut un remplaçant béton sous la main. En effet, inimaginable à Lyon de finir la saison avec l'entraineur de la CFA ou ce genre de délires. Le nouvel arrivant devra être crédible sur la durée pour rassurer supporters et actionnaires.

De plus, la gestion du timing est délicate. En effet, l'équipe de Puel déçoit souvent, mais les résultats ne sont pas si catastrophiques. Si Puel reste ce sera 1/8 ou 1/4 de C1, une place dans les 3 en L1 et avec de la chance une coupe. Le problème, c'est qu'il n'y a plus rien d'exceptionnel dans cette équipe et elle ne semble pas avoir l'étincelle pour être championne ou réellement crédible en vainqueur de C1. Donc que faire, attendre 2 défaites de suite qui n'arriveront probablement pas ??

A mon avis, à moins d'un profil de coach très intéressant sous la main qui se présente, Puel sera débarqué à la Perrin à la fin de saison... ce qui laisse le temps de trouver son remplaçant.
CEGID et non CEGIP. 1-1 et non 0-0.
En tant que journaliste, n'avez-vous pas remarqué qu'Aulas s'amuse avec vous,les journalistes? Il se moque complètement de tout ce qui pourra être écrit sur lui, de la manière dont ses propos seront interprétés. Son seul souci est de protéger son équipe et son entraineur. D'où les incohérences qui ressortent si on compare ses déclarations. Et sa colère après la mise en cause de Cris par l'Equipe (pas très malin de la part de Duluc, qui selon moi reste malgré tout un bon journaliste). Quel était l'intérêt pour l'Equipe de publier cet article alors que l'OL était en plein redressement? Aucun, si ce n'est vendre du papier.
Pour le coup, je suis assez soulage que l'equipe arrive encore a nous livrer quelques articles d'investigation autres que Elana l'infranchissable, Gameiro la mobylette ou Anigo vs DD je t'aime moi non plus.
C'est assez rassurant quand on sait qu'ils pourraient ronronner et se complaire dans la faineantise du fait de leur situation monopolistique.

Je ne les encourage pas a devenir le canard enchaine du ballond rond ni le Voici du football mais, et meme si cela a ete fait pour des raisons evidemment mercantiles, ca me fait toujours doucement marrer les clubs qui se plaignent du revers de a medaille de la mediatisation alors qu'ils cherchent les spotlights a tout prx quand cela va bien ou quand ils ont un message a faire passer (genre, Gourcuff est bienvenu a Lyon en pleine page et en gras dans le canard deux mois avant son arrivee). Perso, pour supporter un club decrit comme "sans ame" (les gigis) par une partie des fiers supporters lyonnais, parisiens, marseillais, je sourirs quand ces memes personnes chouinent que tel ou tel joueur n'a pas reussi dans leurs clubs car il n'a pas supporte la mediatisation.

Depuis l'an dernier, je me suis rendu compte des dommages que l'acharnement mediatique pouvait causer (batterie de journalistes au Hailan harcelant LB sur son futur, annonces d'exode massif des joueurs des le mois de fevrier, gros titres sur une fin de cycle des le nul a domicile contre montpellier) et je ne m'en plains pas dans la mesure ou je donnerais tout pour revivre ses 18 mois ou mes gigs collaient branlee sur branlee a toute la Ligue 1 et dansaient sur le ventre des grands d'Europe.
Personellement je trouve aberrant le genre de unes que nous a proposé l'Equipe vendredi. Ca devient poeple, où est l'intérêt ? De faire vendre du papier malheureusement. C'est un peu le même genre de une que celle avec les insultes d'Anelka, ça accroche à l'oeil, ça donne envie d'en savoir plus, et visiblement ça intéresse plus que les résultats des clubs français en Europa League. Pourquoi pas.
Ce qui me dérange un peu c'est de sortir cette information, premièrement en une, et deuxièmement, à cet instant précis ! Quand Lyon recommençait à prendre des couleurs...je ne voudrais pas être parano mais c'est curieux quand même...
Et je ne pense pas qu'ils vont virer Puel. Le virer, oui, mais pour quel remplaçant ? A moins qu'Aulas ait une idée lumineuse sur un très bon entraîneur au chômage...J'en doute fort.
Et titrer Gourcuff vers Lyon au mois d'avril alors qu'on se bat pour une place en LDC c'est quoi?
Et contacter Chamakh via ce meme canard a la veille d'un Bdx-Lyon important en 2008 c'est quoi?
Il etait bien content de le trouver le journaleux pour faire son papier a ce moment la le pere Aulas.
Pareil quand il s'agit de provoquer l'OM ou le Pez avant un match decisif ou pour faire passer un message aux instances ou a son coach.

Un peu de bon sens ne ferait pas de mal. Lyonnais, vous vouliez votre reconnaissance, vous l'avez, avec les inconvenients qui vont avec.
C'est pour toutes les équipes médiatiques pareilles... Regardez c'est à peine s'ils ne nous parlent pas de début de crise au PSG après une défaite ou parce qu'Erding ne marque pas. Ils sont 7ème. Faut arrêter.

Ce qui me gêne par contre, c'est la peoplisation de l'équipe. Du sensationnel, mais pas d'analyse.... ou alors de comptoir. Au final, s'ils se contentaient de relater les événements sportifs auxquels ils ont assisté, ça redeviendrait peut-être lisible.
Quand la fondation se fissure mieux vaut dire que le toit brûle. JMA maîtrise bien cette technique de détournement.

Sauf que maintenant que l'OL a un statut européen il serait temps de prendre un peu de hauteur, pour ne pas dire la jouer faux-derche avec les médias, ce qui reste la solution la moins dommageable. Ce n'est pas la une d'un papier qui conditionne un match à ce que je sache.

J'ai néanmoins l'impression que le semi fiasco OL Land et la gestion des crises répétées sous Puel commence vraiment à le rendre à bout, je crains d'autres débordements à venir de sa part. Pas forcément très classes.
On s'en fout on est lyonnais on saute dans les gradins et sur vos gueules !
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 10