1. //
  2. //
  3. // Celta Vigo-Atlético

Augusto Fernández, les pieds de l’intelligence

Couvé par Diego Simeone, métamorphosé par Luis Enrique et poli par le Toto Berrizo, Augusto Fernández est un concentré de matière grise du milieu de terrain. Nouvelle recrue de l’Atlético de Madrid, il pourrait même en être le taulier.

0 7
Loin de la région Rhône-Alpes et de son derby, deux anciens Lyonnais et Stéphanois se retrouvent au sein de la capitale espagnole. Sur les rives du rio Manzanares, plus précisément dans les arcanes du Vicente-Calderón, Tiago Cardoso Mendes, Gone de 2005 à 2007, délaisse actuellement son rôle de régulateur rojiblanco au profit d’Augusto Fernández, Vert le temps d’une saison. Une passation de témoin qui doit beaucoup à la jambe fracturée du Portugais, de fait indisponible durant de longs mois. Pour combler ce vide, Diego Simeone reçoit donc la bénédiction de sa direction pour prospecter dans le marché des milieux tout terrain de Liga. Illico presto, un nom familier lui revient en bouche : celui de son ancien protégé de River Plate, Augusto Fernández, alors au Celta de Vigo. En l’espace d’une semaine, les tractations débouchent sur un accord entre les deux parties et, hasard du calendrier, offre à l’Argentin des débuts en Liga sous ses nouvelles couleurs au Balaídos. Un antre des Celtiñas qui a vu cet ailier de formation devenir une référence parmi les milieux axiaux du championnat espagnol. Ou quand le travail rencontre l’intelligence.

La révolution Enrique, le pari de Toto


« Des milieux comme moi, il y en a à foison. Le problème, c’est qu’aujourd’hui, on ne parle que de tactique… Les joueurs viennent si jeunes en Europe qu’ils ne peuvent s’adapter. Et quand ils reviennent en Argentine, ils tombent de haut. Ils ne gagnent jamais en maturité. Ils deviennent des joueurs lambdas, incapables de se relever. » Le constat sans appel d’Augusto Fernández dans les colonnes d’El Pais, aussi authentique soit-il, se calque sur sa propre expérience. Débarqué dès son 23e anniversaire dans le Forez, il découvre les pelouses de Ligue 1 dans un rôle d’ailier - ou de milieu excentré, c’est selon. Plus que son positionnement, c’est la nature même du jeu du championnat français qui ne lui permet pas d’exploser. Vite catalogué parmi les flops, il rentre dès la fin de son prêt d’un an au pays. Après une formation estampillée River Plate, et une rencontre avec Diego Simeone, c’est à Vélez Sársfield qu’il poursuit sa carrière argentine. L’idylle dure deux ans et lui ouvre les portes d’un second départ pour le Vieux Continent. Contre 1,6 million d’euros, il débarque à l’été 2012 au Celta de Vigo.


Son premier exercice espagnol est, sur un plan personnel, une réussite, n'en déplaise à une frange de l’aficion du Balaídos. À tel point qu’il est l’un des hommes forts du sauvetage in extremis du Celta, en attestent ses six pions importantissimes dans la course au maintien. Tout bascule la saison suivante, lorsque « Luis Enrique décide de me faire alterner entre un poste latéral et central » . Porque ? «  Car Luis Enrique aime les milieux intérieurs dynamiques qui prennent l’espace depuis leur position plus reculée. De même, il adore les extérieurs qui croisent avec les intérieurs. Il avait remarqué que j’avais cette capacité et a décidé de sauter le pas. » Ce changement de poste lui rouvre par là même les portes d’une Albiceleste qu’il rencontre en 2011, à l’occasion de la première édition du Superclásico de las Américas. Problème, à son retour de sélection à l’été 2013, il se pète. La blessure l’écarte des terrains jusqu’en février. Berrizo, nouveau boss de la guérite galicienne, connaît, lui, des débuts compliqués et, au cœur de l’hiver, enchaîne dix revers de suite. « Malgré cela, il décide de me poster en milieu défensif dès mon retour, un poste que je ne connaissais pas. »

Simeone : « Augusto nous offre des variantes »


Jusqu’au-boutiste, à l’instar de son modèle Marcelo Bielsa, l’entraîneur du Celta continue de miser sur ce pari audacieux. Et ça marche. Fort de sa qualité technique, doté d’un certain coup de rein, il acquiert rapidement les concepts propres à la sentinelle. De fait, il devient l’un des maillons essentiels du début de saison tonitruant des Galiciens. Autrement dit, il se veut le garant de l’équilibre du système du Toto Berrizo. Autant de qualités qui pressent Diego Simeone à s’attarder sur son cas : « C’est une arrivée très importante, qui nous offre des variantes au milieu de terrain. Il évoluait dernièrement en milieu défensif, mais il a surtout joué à différents postes au milieu. Il nous offre des alternatives pour qu’il y ait une forte concurrence interne. » Pour l’intéressé, ce départ vers l’actuel leader de la Liga est un défi excitant. À 29 ans, en pleine force de l’âge, il espère prendre une nouvelle dimension. Surtout, dans un système colchonero aux antipodes des préceptes de Luis Enrique et de Berrizo, il va devoir se réinventer. Nul doute qu’avec une telle intelligence dans les pieds, Augusto Fernández va franchir ce palier avec puissance et élégance.


Par Robin Delorme

Dans cet article

Toto Berizzo, c'est mieux
le mileu de l'atlético est hyper dense, va y avoir grosse concurrrence. Malgré la blessure de tiago, t'a déjà gabi indéboulonnable, saul qui monte en puissance en tant que titulaire, koke et oliver qui peuvent jouer a cette position, plus le petit thomas qui enchaîne les bonnes rentrées, et les recrues augusto fernandez et kranevitter. Les places vont être chères
U'Marranzanu Niveau : CFA2
Message posté par neutral
le mileu de l'atlético est hyper dense, va y avoir grosse concurrrence. Malgré la blessure de tiago, t'a déjà gabi indéboulonnable, saul qui monte en puissance en tant que titulaire, koke et oliver qui peuvent jouer a cette position, plus le petit thomas qui enchaîne les bonnes rentrées, et les recrues augusto fernandez et kranevitter. Les places vont être chères


Ils sont encore engagés dans toutes les compétitions, sans parler de l'intensité physique importante voulue par Simeone, ça demande un effectif assez fourni et de qualité.

Et Kranevitter ne semblait pas prêt à jouer de suite dans l'esprit du Cholo par ailleurs.
Xavlemancunien Niveau : CFA
Article intéressant mais on apprend pas grand chose sur le joueur en lui-même à part qu'il est intelligent. Quels sont ses points forts, faibles, est-ce qu'il est rapide, puissant, technique ?
Xavlemancunien Niveau : CFA
Message posté par U'Marranzanu
Ils sont encore engagés dans toutes les compétitions, sans parler de l'intensité physique importante voulue par Simeone, ça demande un effectif assez fourni et de qualité.

Et Kranevitter ne semblait pas prêt à jouer de suite dans l'esprit du Cholo par ailleurs.


Simeone va faire comme avec toutes ses recrues jeunes avec Kranvitter, il partira comme remplaçant et devra prouver qu'il mérite sa place, ça a marché avec Griezmann et c'est en train de fonctionner avec Carrasco puis bientôt Correa, Vietto, Partey...
Mr. Anderson Niveau : DHR
C'est vrai que les places sont restreintes au vu de la concurrence qu'il y a désormais. En tout cas, l'intelligence avec laquelle Simeone bâtit son équipe laisse croire qu'ils feront une grosse saison. Attention à eux en Liga et en Europe.
Alain Proviste Niveau : Ligue 2
Mine de rien, l'Atletico est en train de se construire un sacré effectif : ils ont une profondeur de banc, notamment au milieu et en attaque, dont peu de clubs européens peuvent se targuer !
Concernant Augusto Fernandez, c'est un joueur que j'ai trouvé très bon cette année, dans le système très joueur du Celta, mais passer de Berrizo à Simeone va le faire complètement changer d'approche tactique, va sans doute falloir un temps d'adaptation...

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 7