Augustin peut-il être la doublure de Cavani ?

Après un Euro U19 parfait, Jean-Kévin Augustin revient à Paris avec une grosse confiance. De quoi revendiquer le statut de remplaçant attitré d’Edinson Cavani. Sauf que vu ses objectifs sportifs, le club ne l’entend pas forcément de cette oreille...

Modififié
4k 62
En inscrivant cinq buts avant la finale, Jean-Kévin savait que le plus dur commençait. Le jeune attaquant de 19 ans était bien conscient qu’aux yeux du grand public, sa prestation globale pendant le tournoi ne servait pas à grand-chose s’il ne confirmait pas lors de la dernière marche italienne. Une marche décisive qui serait cette fois suivie par les amateurs de foot, et qui pourrait donc enfin le mettre véritablement en valeur. Lui donner du crédit. Pas franchement comme le reste. Qui a vu son triplé contre les Pays-Bas en phase de poules ? Qui a jeté un œil à la saison U19, qu’il a donc achevée avec onze pions ? Personne, en réalité. Alors, Augustin a assumé son statut de leader offensif. Et assuré dès la 5e minute, en faisant trembler les filets de très belle manière. Un contrôle magnifique, une accélération qui met deux adversaires dans le vent, une feinte de frappe et un sang-froid parfait devant le but : ça y est, le gamin a gagné son pari. Les curieux posés dans leur canapé connaissent désormais le nom du meilleur buteur d’une compétition qu’ils avaient jusque-là ignorée.

Youtube

Voilà pour la belle histoire. Maintenant, il s’agit de réellement commencer celle avec son club formateur, le Paris Saint-Germain. Un défi forcément plus élevé. Le but n’est évidemment pas de jouir d’une place de titulaire. Chaque chose en son temps. Mais l’objectif reste quand même de prouver qu’il peut représenter la doublure d’Edinson Cavani. Pas sur quelques mois, non. Sur une saison complète, voire deux. La question est donc la suivante : est-ce viable pour le PSG ? En apparence, la réponse est oui pour Unai Emery. « Ça prouve le travail du centre de formation, son titre en est une conséquence, a déclaré le nouvel entraîneur parisien dans Goal au sujet de sa performance contre l'Italie. Il a eu une opportunité incroyable de représenter son équipe durant ce tournoi, il faut qu’il en profite et on va essayer d’en profiter aussi quand il va revenir. » Des paroles prometteuses pour Jean-Kévin.

L'obstacle expérience


Sauf que la réalité estivale est différente. Au vrai, le PSG ne semble pas franchement considérer l’attaquant comme le remplaçant numéro un de Cavani. Une des raisons qui expliquent d’ailleurs pourquoi le club de la capitale tente toujours d’attirer Robert Lewandowski dans ses filets. Les ambitions de Paris sont grandes et les joueurs alignés sur le terrain doivent l’être tout autant. Même avec Emery. Ils doivent représenter le projet « Rêvons plus grand.  » Or, Augustin n’a qu’une saison professionnelle, 424 minutes de Ligue 1, quatre titularisations et un but dans les pattes. Un peu léger pour porter le poids de l’attaque parisienne sur le dos quand l’Uruguayen sera absent, même contre les petites équipes nationales. « Ce n’est pas à moi de dire s’il doit jouer à Paris cette saison » , a d'ailleurs tempéré Ludovic Batelli, le sélectionneur de l’équipe de France U19, après le sacre des siens, montrant qu’il n’était pas forcément ravi à l'idée que son poulain reste chez le champion en titre. Un champion qui vise le dernier carré européen et qui aura besoin d’un banc solide pour mener à bien cette quête.

Pas franchement mieux chez les autres


Reste que si on regarde chez les cadors voisins, installer Augustin derrière Cavani n’apparaît plus vraiment comme une utopie. Car rares sont les équipes qui peuvent se targuer d’avoir deux purs numéros 9 confirmés. Le Bayern Munich ne compte que sur Lewandowski. Barcelone n’a que Luis Suárez. Au Real, il y a désormais Karim Benzema et Álvaro Morata, mais Zizou a remporté la dernière C1 avec Lucas Vázquez et Jesé Rodríguez comme doublures. Celles de Manchester City et Chelsea se nomment Wilfried Bony et Michy Batshuayi. L’Atlético ? Dans son schéma à deux pointes, Diego Simeone n’a quasiment utilisé que Fernando Torres et Antoine Griezmann pour atteindre la finale de LDC. Bref, un Augustin avec chasuble ne fait plus franchement tâche. Certes, le PSG n’a pas de Cristiano Ronaldo ou de Lionel Messi. Et il n’en aura pas. Mais il pourrait se mettre en recherche d’un profil style Thomas Müller, capable de tenir le rôle d’avant-centre comme d’évoluer sur un côté. Voilà la priorité. Histoire que si Jean-Kévin cède sous la pression en oubliant ses sensations de juillet, la solution de rechange soit à portée de main.

Par Florian Cadu
Modifié

Dans cet article

GENERAL DE GOAL. Niveau : National
oui.sinin c'est un signal catastrophique envoyé aux jeunes du club
Orso94210 Niveau : CFA
Note : 2
Encore trop tendre, le pépère. Sur certaines actions il a un côté "jeune poulain qui tente ses premiers pas", et pas toujours au point dans la finition.

Et puis, en cas de blessure de Cavani, l'imaginer à la pointe de l'attaque contre un cador européen, ça fait un peu flipper.

Si ça ne tenait qu'à moi, je tenterais de le prêter dans un club de bas de tableau L1 dans lequel il pourrait avoir du temps de jeu (cf. Bahabeck à Valenciennes), histoire que l'on voie vraiment ce qu'il a dans le bide.
Note : 1
Sinon, Augustin peut être roi du kung-fu.
Titi l'ancien Niveau : DHR
Message posté par jeremad
J'ai un peu peur de ça effectivement. Je l'ai pas vu ses matchs de l'année dernière. Quelqu'un pour éclairer?


Je suis partagé également. Il a fait un très bel euro, mais effectivement entre les U19 et le niveau Ligue des Champions requis au PSG aujourd'hui, il y a de la marge. Il avait fait une excellente prépa l'an dernier. Mais j'ai été déçu de ses prestations sur la saison: il est rentré, a débuté quelques matchs, mais c'était pas la folie: erreurs techniques, dribbles alors qu'il fallait la donner etc...

Après vous êtes drôles SoFoot quand vous dites que y'a qu'un avant centre au Barça! A côté t'as Neymar et Messi! C pas comparable. La même pour le réal avec Bale et Ronaldo! Si Emery s'oriente vers un 4-2-3-1, le poste d'avant centre devient primordial! Et JKA en doublure, à mon sens, dans ce système, c'est trop juste!
Go_Scousers Niveau : CFA2
Note : 1
Raison de plus pour le prêter en ligue 1. Si tu veux apprécier le niveau en attaque de ton poulain ça sert à rien de l'envoyer en Espagne où les 3/4 des équipes ont des défenses digne des U19.

Par contre, si il réussit à marquer une dizaine de but dans un championnat fermé, avec des bonnes défenses et dans une équipe moyenne, alors il a le potentiel pour aller loin.
Go_Scousers Niveau : CFA2
Note : 3
Message posté par ofwgkta
Je commence à me demander si à Sofoot en cette période de vancances où il y a peu de matchs et peu de vraies infos ils n'ont pas trouvé un moyen de maintenir un niveau de traffic correct sur le site en publiant des articles parfois sans intéret sur le psg! Y a des gens qui se demande sérieusement si JKA aussi prometteur qu'il soit est une alternative crédible à Cavani dans un club qui vise la C1? Par contre je vous garantis qu'entre Lana/Justin et les fanatiques du psg, on va encore avoir minimum 70 commentaires sur cet article!
Well done Sofoot.com!


Faire le commentaire d'un article que l'on juge inutile c'est creuser encore davantage dans l'inutilité.
pourquoi il ne part pas en pret ?
El Puerro Niveau : CFA2
Note : 1
Message posté par boulaouane
Sinon, Augustin peut être roi du kung-fu.


T'as ma tournée de +1 même si ça n'a pas l'air de fonctionner.

Sinon Augustin ne m'a pas vraiment convaincu la saison passée. Maintenant j'ai envie de voir si Emery est vraiment capable de donner de l'épaisseur aux jeunes. C'est la différence que j'attends par rapport à El Blanco.
El Puerro Niveau : CFA2
Message posté par ofwgkta
Ah mais je participe avec plaisir à cette inutilité, je suis un pion du "système" ca ne m'empeche pas de me poser des questions sur son fonctionnement il me semble! Mais la vraie question est qu'apporte un commentaire sur un commentaire inutile d'un article inutile?
Par ailleurs, c'est pas du tout pour critiquer le psg qui est devenu une machine médiatique et la seule en france, c'est une vraie question, il faut (parfois au prix du contenu) que le site maintienne un haut traffic non? C'est une solution plutot efficace je trouve!


T'as pas envie de faire la sieste ?
Go_Scousers Niveau : CFA2
Note : 1
Message posté par paul.la.poulpe
Ce cliché que tu viens de nous sortir là..

Un joueur de foot c'est pas un potentiel qui s'accomplit, c'est tout un parcours. Si Augustin doit devenir un bon joueur, il le deviendra plus facilement en allant en Espagne, dans un championnat bien meilleur à tous les niveaux, qu'en ligue 1.

Et les défenses de U19 en Espagne ont suffi pour gagner 5 coupes d'europe sur les trois dernières années


L'Espagne cache la misère de son football derrière les vitrines flamboyantes du quatuor Barça, Réal, Atlético et Séville.

Le reste qu'est ce c'est ? Sur 20 clubs de Liga, 5 ne paient leur joueurs qu'un mois sur 2 et ont des effectifs dignes du national, et 10 autres proposent du jeu mais se font prendre raclée sur raclée par au moins deux des quatre ci-dessus.

C'est un peu restrictif, je te l'accorde. Mais tu réduits le championnat d'Espagne à ses quatre poids lourds, alors je peux le réduire facilement à ses quatre ou cinq poids morts sans que ça en soit plus cliché que toi.
Message posté par Empereur Palpatine
Cool de vous revoir el puerro et orso, on est plus très nombreux en parigots...


T'inquiète Empereur, on est là !
Note : 2
Que ce soit lui ou Jesé, dans tous les cas c'est trop léger pour les cadors de C1 en cas de problème avec Cavani. Après Jesé a plus d'expérience et ce serait pas un mauvais choix en soit, mais je suis pour faire jouer JKA en Ligue 1 un max pour qu'il progresse. C'est bon pour le club et pour l'EDF. Ou le prêter dans un petit club pour qu'il engrange de l'expérience.

De toute façon il n'y a plus beaucoup de solutions de recrutement, tout le monde galère à faire venir des bons avant-centre. Après ils peuvent toujours taper dans des Gabigol/Jésus/Calleri etc. mais les pépites sudam c'est souvent casse gueule.
Pragmatique Niveau : CFA2
Dans un registre légèrement différent (moins axial), j'ai l'impression que Ongenda est meilleur.En tout cas sur ce que j'ai vu, il m'a fait meilleure impression.Il est un peu plus âgé il faut dire.
Go_Scousers Niveau : CFA2
Note : 1
Message posté par paul.la.poulpe
Barcelone a mis des raclées à tout le monde en Europe, c'est pas étonnant qu'ils en mettent au dernier de liga..

Le niveau moyen en Espagne est très supérieur au niveau français. Souviens-toi de Lyon contre la real sociedad, de Villareal qui arrive en demi de C3 alors que nos clubs ne passent quasiment pas les poules, quand ils y arrivent


Villareal peut se permettre de tout donner en coupe d'Europe pour deux raisons : 1) ce sera son revenu principal en terme de droit télé puisque ceux de la Liga sont vampirisés par le duo Barça Réal ; 2) les 3 premières places sont déjà donnée, le championnat réel ne se joue qu'entre 15 équipes puisque les 3 dernières places sont aussi promises aux clubs dont je parlais précédemment. C'est alors plus facile de faire un gros match le jeudi en sachant que celui du week-end ne sera pas essentiel. Ce que je dis est d'ailleurs très largement valable pour Séville.

La différence avec les clubs français se joue en partie sur ces deux critères (je ne parle pas de fond de jeu, sur ce point, certains club de L1 - St Étienne pour ne citer qu'eux - sont impardonnables).

Quand à l'exemple de la Réal Sociedad, il faut aussi préciser qu'elle affronte à cette époque une équipe de Lyon avec une moyenne d'âge très basse, peu voire aucune expérience du haut niveau et en pleine restructuration au niveau du club.

Les confrontations de l'année dernière ont montrés qu'une équipe de Lyon en difficulté faisait jeu égal avec Valence, et qu'une équipe de Marseille à la dérive avait posé des difficultés à l'Atletic Bilbao.
Bonisseur_de_la_Bath Niveau : District
Note : 2
La seule doublure de Cavani valable, celle qui peut faire franchir le cap des quarts de finale au PSG en Uefa Champion’s League, c’est l’inestimable Gregory Pujol.
Jeu de tête meilleur que la moyenne, protection de balle impeccable, finesse technique, frappe de balle de velours, travailleur, expérimenté, le profil adéquat pour se frotter aux défenses regroupées de L1 (on ne va pas se mentir, beaucoup moins pour mener un contre supersonique avec Lucas et Di Maria).

12 Avril 2017 22h31, Santiago Bernabeu Madrid, ¼ de finale retour de C1,
Gregory Pujol se prépare à rentrer. Le score est de 1-1 après que Lucas Vazquez ait salement profité à la 56ème de la mésentente entre Aurier et David Luiz (Thiago Silva étant blessé, ce dernier a été titularisé avec Marquinhos en défense) pour mettre un pointu aux cinq mètre cinquante suite à un coup-franc contré de Cristiano Ronaldo. Ce but paraît sceller le destin de cette double confrontation malgré l’ouverture du score de Krychowiak sur un missile de 30m à la 28ème minute. C’est maintenant Madrid qui est qualifié grâce à sa victoire 1-0 au parc une semaine auparavant (S. Ramos, 61ème).

Le juge assistant lève son panneau lumineux. « 9 ». Cavani plisse les yeux. Une deuxième fois, fait la casquette avec sa main, crache par terre et se dirige vers le banc de touche, tête basse. Ce soir il a raté plus de contrôles en un match qu’Iniesta en carrière.
On se tape dans les mains et Gregory va se placer en pointe, légèrement sur la gauche, à égale distance de Pepe et Ramos.

22h37, Madrid est à l’attaque, Cristiano Ronaldo tente et perd un énième un contre un avec Aurier qui balance une chiche plein axe en direction de Verratti. Un contrôle soyeux, un 180° nerveux et un une-deux avec Pastore plus tard, il envoie un ballon long vers Lucas (rentré à la place de Ben Arfa touché aux ischio-jambiers) côté droit. Un bon contrôle et un contre favorable plus tard il met en retrait pour Pujol seul à 25m. Le ballon rebondit et saute. Grégory caresse le capricieux ballon du cou-de-pied, qui s’élève d’une quarantaine de centimètres, et sur le même appui frappe de volée. La parabole est parfaite, le petit filet tremble derrière un De Gea bouche ouverte (il a été transféré pour 58 M€ le 31 Août 2016 à 23h35). 2-1 Paris tient sa qualif’.
Dans l’autre quart de cette partie de tableau, Man City sort petitement une Juve qui a touché 3 fois les montants par Higuain à l’Etihad.

Le lendemain, Lequipe titre « Un Pujol majuscule », Sofoot fait un article « Et si Domenech n’avait pas essayé de naturaliser Higuain mais avait sélectionné Pujol », Riolo rappelle à quel point il a toujours dit du bien de Pujol, Gary Lineker tweet « And at the end Pujol always scores », Aulas tweet « é dire kon a failli fère signer Pujol en 2008 », Gregory Coupet poste sur son Myspace « Je pense que je l’aurais eu », Benjamin Nivet ne tweet rien, Julien Feret non plus.

C’est la Pujol-mania sur tous les plateaux télé.
Sur sa dynamique le PSG sort City en demi grâce à un doublé de Pastore au Parc mais perd sa finale face à l’Atletico sur un but de Gameiro à la 85ème. Comme une évidence.
Note : 1
Message posté par Bonisseur_de_la_Bath
La seule doublure de Cavani valable, celle qui peut faire franchir le cap des quarts de finale au PSG en Uefa Champion’s League, c’est l’inestimable Gregory Pujol.
Jeu de tête meilleur que la moyenne, protection de balle impeccable, finesse technique, frappe de balle de velours, travailleur, expérimenté, le profil adéquat pour se frotter aux défenses regroupées de L1 (on ne va pas se mentir, beaucoup moins pour mener un contre supersonique avec Lucas et Di Maria).

12 Avril 2017 22h31, Santiago Bernabeu Madrid, ¼ de finale retour de C1,
Gregory Pujol se prépare à rentrer. Le score est de 1-1 après que Lucas Vazquez ait salement profité à la 56ème de la mésentente entre Aurier et David Luiz (Thiago Silva étant blessé, ce dernier a été titularisé avec Marquinhos en défense) pour mettre un pointu aux cinq mètre cinquante suite à un coup-franc contré de Cristiano Ronaldo. Ce but paraît sceller le destin de cette double confrontation malgré l’ouverture du score de Krychowiak sur un missile de 30m à la 28ème minute. C’est maintenant Madrid qui est qualifié grâce à sa victoire 1-0 au parc une semaine auparavant (S. Ramos, 61ème).

Le juge assistant lève son panneau lumineux. « 9 ». Cavani plisse les yeux. Une deuxième fois, fait la casquette avec sa main, crache par terre et se dirige vers le banc de touche, tête basse. Ce soir il a raté plus de contrôles en un match qu’Iniesta en carrière.
On se tape dans les mains et Gregory va se placer en pointe, légèrement sur la gauche, à égale distance de Pepe et Ramos.

22h37, Madrid est à l’attaque, Cristiano Ronaldo tente et perd un énième un contre un avec Aurier qui balance une chiche plein axe en direction de Verratti. Un contrôle soyeux, un 180° nerveux et un une-deux avec Pastore plus tard, il envoie un ballon long vers Lucas (rentré à la place de Ben Arfa touché aux ischio-jambiers) côté droit. Un bon contrôle et un contre favorable plus tard il met en retrait pour Pujol seul à 25m. Le ballon rebondit et saute. Grégory caresse le capricieux ballon du cou-de-pied, qui s’élève d’une quarantaine de centimètres, et sur le même appui frappe de volée. La parabole est parfaite, le petit filet tremble derrière un De Gea bouche ouverte (il a été transféré pour 58 M€ le 31 Août 2016 à 23h35). 2-1 Paris tient sa qualif’.
Dans l’autre quart de cette partie de tableau, Man City sort petitement une Juve qui a touché 3 fois les montants par Higuain à l’Etihad.

Le lendemain, Lequipe titre « Un Pujol majuscule », Sofoot fait un article « Et si Domenech n’avait pas essayé de naturaliser Higuain mais avait sélectionné Pujol », Riolo rappelle à quel point il a toujours dit du bien de Pujol, Gary Lineker tweet « And at the end Pujol always scores », Aulas tweet « é dire kon a failli fère signer Pujol en 2008 », Gregory Coupet poste sur son Myspace « Je pense que je l’aurais eu », Benjamin Nivet ne tweet rien, Julien Feret non plus.

C’est la Pujol-mania sur tous les plateaux télé.
Sur sa dynamique le PSG sort City en demi grâce à un doublé de Pastore au Parc mais perd sa finale face à l’Atletico sur un but de Gameiro à la 85ème. Comme une évidence.


Tu dois en fumer de la bonne toi, dis moi qui est ce qui te fournit c'est sur c'est dans les cités de St ouen que tu te ravitailles toi hein
souzadeoliveira Niveau : Ligue 2
Message posté par Bonisseur_de_la_Bath
La seule doublure de Cavani valable, celle qui peut faire franchir le cap des quarts de finale au PSG en Uefa Champion’s League, c’est l’inestimable Gregory Pujol.
Jeu de tête meilleur que la moyenne, protection de balle impeccable, finesse technique, frappe de balle de velours, travailleur, expérimenté, le profil adéquat pour se frotter aux défenses regroupées de L1 (on ne va pas se mentir, beaucoup moins pour mener un contre supersonique avec Lucas et Di Maria).

12 Avril 2017 22h31, Santiago Bernabeu Madrid, ¼ de finale retour de C1,
Gregory Pujol se prépare à rentrer. Le score est de 1-1 après que Lucas Vazquez ait salement profité à la 56ème de la mésentente entre Aurier et David Luiz (Thiago Silva étant blessé, ce dernier a été titularisé avec Marquinhos en défense) pour mettre un pointu aux cinq mètre cinquante suite à un coup-franc contré de Cristiano Ronaldo. Ce but paraît sceller le destin de cette double confrontation malgré l’ouverture du score de Krychowiak sur un missile de 30m à la 28ème minute. C’est maintenant Madrid qui est qualifié grâce à sa victoire 1-0 au parc une semaine auparavant (S. Ramos, 61ème).

Le juge assistant lève son panneau lumineux. « 9 ». Cavani plisse les yeux. Une deuxième fois, fait la casquette avec sa main, crache par terre et se dirige vers le banc de touche, tête basse. Ce soir il a raté plus de contrôles en un match qu’Iniesta en carrière.
On se tape dans les mains et Gregory va se placer en pointe, légèrement sur la gauche, à égale distance de Pepe et Ramos.

22h37, Madrid est à l’attaque, Cristiano Ronaldo tente et perd un énième un contre un avec Aurier qui balance une chiche plein axe en direction de Verratti. Un contrôle soyeux, un 180° nerveux et un une-deux avec Pastore plus tard, il envoie un ballon long vers Lucas (rentré à la place de Ben Arfa touché aux ischio-jambiers) côté droit. Un bon contrôle et un contre favorable plus tard il met en retrait pour Pujol seul à 25m. Le ballon rebondit et saute. Grégory caresse le capricieux ballon du cou-de-pied, qui s’élève d’une quarantaine de centimètres, et sur le même appui frappe de volée. La parabole est parfaite, le petit filet tremble derrière un De Gea bouche ouverte (il a été transféré pour 58 M€ le 31 Août 2016 à 23h35). 2-1 Paris tient sa qualif’.
Dans l’autre quart de cette partie de tableau, Man City sort petitement une Juve qui a touché 3 fois les montants par Higuain à l’Etihad.

Le lendemain, Lequipe titre « Un Pujol majuscule », Sofoot fait un article « Et si Domenech n’avait pas essayé de naturaliser Higuain mais avait sélectionné Pujol », Riolo rappelle à quel point il a toujours dit du bien de Pujol, Gary Lineker tweet « And at the end Pujol always scores », Aulas tweet « é dire kon a failli fère signer Pujol en 2008 », Gregory Coupet poste sur son Myspace « Je pense que je l’aurais eu », Benjamin Nivet ne tweet rien, Julien Feret non plus.

C’est la Pujol-mania sur tous les plateaux télé.
Sur sa dynamique le PSG sort City en demi grâce à un doublé de Pastore au Parc mais perd sa finale face à l’Atletico sur un but de Gameiro à la 85ème. Comme une évidence.


Très bon trip, dommage que le Grizou gâche la fête.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
4k 62