Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Parc des Princes

Au fait, pourquoi le Parc des « Princes » ?

PSG-Rennes, dimanche 13 mai 2012 : dernier match de la saison du PSG au Parc des Princes. L’occasion de revenir sur l’histoire peu connue d’un stade mythique du football français.

Modififié
Platini, Raï, Ronaldinho… Autant de princes du foot dont le « Parc » a été le jardin. Mais c’est bel et bien à la famille royale de France que le stade du Parc des Princes doit son nom. La forêt de Rouvray, qui deviendra le bois de Boulogne, était en effet un espace de détente particulièrement apprécié par ses membres : une ordonnance de Louis XIV en réserve une large part « aux plaisirs du Roi et de sa famille » . Fils aîné du Roi Soleil, le Grand Dauphin y transmit notamment sa passion pour la chasse à ses trois fils, qui disposaient à volonté de la réserve de gibier du Fonds des Princes, à laquelle on accédait par la Porte des Princes, à l’emplacement de l’actuelle place André-Malraux de Boulogne-Billancourt. Charles X est le dernier Roi de France à y avoir chassé.

Première maison d'accueil des All Blacks

Pour financer l’aménagement du bois de Boulogne sous le Second Empire (1852-1870), la ville de Paris vend des parcelles de terrain situées à ses abords, réservées à un usage résidentiel. Plusieurs zones sont concernées par ces opérations, comme le quartier Saint-James à Neuilly : au sud du bois, le nouveau lotissement prend le nom de « Parc des Princes » , en référence à l’ancienne réserve royale. La proximité du mur de fortifications qui entoure Paris fait du lotissement du Parc des Princes un espace apprécié pour son calme, attirant bourgeois fortunés et aristocrates. Des intellectuels et des artistes les y rejoignent par la suite, comme le sculpteur Bartholdi, Chagall ou Le Corbusier.

Le 18 juillet 1897, un stade vélodrome est inauguré sur le flanc est de ce quartier privilégié, à l’emplacement de la zone militaire inconstructible qui entoure les fortifications de Paris. Édifié à l’initiative d’Henri Desgrange, chroniqueur au journal L’Auto et futur organisateur du premier Tour de France en 1903, le « stade vélodrome du Parc des Princes » est en effet une construction légère, à l’origine destinée à être démontée rapidement. Mais le stade vélodrome résiste et accueille de nombreuses compétitions cyclistes, mais aussi des rencontres de football et de rugby, dont la première rencontre officielle du XV de France face aux Blacks.

Une victoire de l'OM pour l'inaugurer


Après la Première Guerre mondiale, la décision est prise de démolir l’enceinte fortifiée, rendue obsolète par les progrès de l’aviation. La zone militaire devient alors constructible, bouleversant la vie des habitants du Parc des Princes, dont environ 130 000 mètres carrés sont annexés par la ville de Paris. Celle-ci s’estime délivrée des servitudes qui préservent le caractère résidentiel du quartier : alors que l’on profite de l’espace dégagé tout autour de Paris pour y construire des équipements collectifs et notamment sportifs, ceux-ci se multiplient entre les Portes de Saint-Cloud et d’Auteuil. Les propriétaires du lotissement du Parc des Princes, qui s’étaient opposés avec succès à la construction d’un stade olympique en prévision des JO de 1924, assistent impuissants à l’inauguration des stades Jean-Bouin (1925), Roland-Garros (1928) et Pierre-de-Coubertin (1938). Le stade vélodrome est, lui aussi, reconstruit, et inauguré dans sa seconde livraison au printemps 1932. Utilisé par le Racing Club de Paris et le Stade Français jusqu’en 1966, il accueille des rencontres de la Coupe du Monde 1938, les grands matchs européens du Stade de Reims, ainsi que les finales de la première C1 et du premier Euro en 1956 et 1960.

On a vu à quel point l’histoire du stade du Parc des Princes est liée à celle des transformations de la périphérie de Paris. C’est encore le cas à la fin des années 60, la percée du boulevard périphérique étant directement à l’origine de la version actuelle du « Parc » . Tracé sur l’ancienne zone militaire, l’avènement du périph’ entraîne la destruction d’une partie des gradins du vélodrome : voilà une occasion inattendue d’enfin doter la capitale d’un grand stade dédié au foot et au rugby, dont on parle depuis les années 30. La décision de construire un nouveau stade de 50 000 places au même emplacement est facilitée par la loi Borotra de 1940, selon laquelle aucune installation sportive ne peut être supprimée dans Paris sans que des dispositions pour assurer son remplacement n’aient été prises au préalable. Dessiné par Roger Taillibert et inauguré le 4 juin 1972 par une victoire de l’OM en finale de Coupe de France face au SC Bastia, le Parc des Princes n’attendra que deux ans pour accueillir le jeune Paris Saint-Germain. Nul doute que les supporters parisiens auraient trouvé princier de s’y faire couronner grâce aux émirs le 12 mai. Peu enthousiastes à l’idée de déménager au Stade de France, ils espèrent surtout pouvoir y revenir un jour...

Par Clément Rivière
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge
il y a 18 minutes Rooney inspire DC United
Partenaires
Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall
Podcast Football Recall Épisode 46 : Français ou Belges, le match des râleurs, les adieux des Bleus et la battle Angleterre-Belgique vendredi 13 juillet Le Mondial 2022 aura bien lieu en hiver 73 vendredi 13 juillet Infantino : « La meilleure Coupe du monde de tous les temps » 104
À lire ensuite
Les voyages en Balmont