Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 32e journée

Au fait, on en est où en Ligue 2 ?

À sept journées de la fin du championnat, l'heure est venue de se pencher sur la situation dans laquelle se trouve la Ligue 2. Alors que se joue ce vendredi la 32e journée du championnat, voilà un petit point pour savoir où en est exactement. De la matière pour pouvoir frimer en soirée, en fait.

Modififié
  • Troyes, très loin de la chute


    Au royaume de la Ligue 2, on peut le dire, il n'y a qu'un seul roi. Loin d'avoir adopté les principes démocratiques, Troyes règne en maître sur le championnat, regardant d'en haut les équipes tentant vainement de l'atteindre. Avec dix points d'avance sur son premier poursuivant, le Gazélec Ajaccio, inutile de préciser que la montée semble plus que bien partie pour Jean-Marc Furlan et sa bande. D'autant que, loin de faire les choses à moitié, les Troyens possèdent également la meilleure attaque (46 bp), ainsi que la meilleure défense (17 bc). Les joueurs de l'Aube ne font donc pas dans la demi-mesure et, deux ans après avoir quitté l'élite, les retrouvailles devraient se faire cet été.

  • Le Gazélec et Angers tiennent la route


    Derrière Troyes et sa domination sans partage, deux équipes parviennent à suivre le rythme : le Gazélec Ajaccio et Angers. Respectivement deuxième et troisième (avec 53 points et 52 points), les deux formations sont pour l'instant bien parties pour accompagner Troyes à l'étage supérieur. Pour Angers, l'accession à la première division serait une première depuis 1994. Après 21 ans d'attente, de galères en tout genre, de National, les Angevins pourraient enfin permettre à tout un peuple de retrouver les joies de la Ligue 1. Une folie. En tout cas, le SCO peut compter sur son buteur maison en la personne de Jonathan Kodjia, déjà auteur de quinze réalisations depuis le début de saison. Pour le Gazélec, l'exploit serait encore plus important puisqu'une montée en première division serait tout simplement une première dans l'histoire du club. Après quelques années passées dans l'ombre de son rival préféré, l'ACA, la revanche serait belle pour les Gaziers. Mais attention, à sept journées de la fin, rien n'est encore joué, et d'autres clubs tentent de faire partie du voyage.

  • Sochaux, Brest et Dijon frappent également à la porte


    Derrière ce solide trio de tête, trois équipes se détachent particulièrement : Sochaux, Brest et Dijon. Trois clubs qui se tiennent avec le même nombre de points : 49. Et surtout, trois clubs qui sont loin d'avoir enterré leurs rêves de Ligue 1. À seulement quatre petits points du troisième, Angers, tout reste possible. Pour les Dijonnais, tout avait plutôt bien commencé, puisque le club bourguignon a tout de même gardé la tête du championnat entre la 6e et la 14e journée, puis entre la 16e et la 18e, avant de laisser la main à l'ESTAC. Depuis, c'est un peu plus dur pour l'équipe dirigée par Olivier Dall'Oglio, mais la partie est loin d'être finie. Brest a également posé ses fesses dans le doux de fauteuil de leader entre la 14e et la 16e journée. Une courte période, certes, mais qui a donné des rêves de grandeur aux Brestois qui se verraient bien retrouver l'élite deux ans après leur rétrogradation. Pour le FC Sochaux, la descente à l'ultime journée, la saison dernière, avait laissé des traces. À tel point que les Sochaliens ont totalement foiré leur début de saison, allant même jusqu'à occuper la 18e place au soir de la 5e journée. Depuis, les Lionceaux se sont bien repris et la bande d'Olivier Echouafni se retrouve aujourd'hui tout près du wagon de tête. Une chose est sûre, après une telle remontée, ils arrivent avec les crocs.

  • Tiens, d'ailleurs, ils sont où les deux autres qui sont descendus l'année dernière ?


    La gueule de bois a décidément du mal à passer pour Ajaccio et Valenciennes. Pour VA, la saison n'est qu'un long chemin de croix, et Bernard Casoni, débarqué au club l'été dernier, a d'ailleurs dû jeter les armes, en février. Seulement voilà, l'arrivée de David Le Frapper sur le banc valenciennois n'a pas changé grand-chose, et le club est toujours englué dans le fond du classement, à une dangereuse 17e place (à trois points de la zone rouge) qui lui laisse entrevoir l'horreur d'une relégation en National. La double relégation reste toutefois une performance à saluer. Sacrée régularité. En ce qui concerne l'ACA, l'océan de la Ligue 2 est tout aussi agité. Sur le banc depuis 2013 et l'éviction de Ravanelli, Christian Braconni a lui aussi dû faire ses bagages en octobre dernier, suite aux mauvais résultats du club corse. L'arrivée d'Olivier Pantaloni a quelque peu changé les choses, le club ajaccien parvenant à glaner quelques places au classement. Mais à sept journées de la fin, il n'empêche que l'ACA n'est que 15e à quatre points seulement du premier relégable. L'odeur du National se fait sentir et elle n'est pas particulièrement appréciable.

  • Et sinon, qui va jouer en National la saison prochaine ?


    Dans le bas tableau, plusieurs avenirs semblent définitivement scellés. Châteauroux et Arles-Avignon, 20e et 19e, n'ont guère plus d'espoir de maintien. Les deux clubs doivent bien se faire une raison, ils joueront la saison prochaine en National, loin des plateaux de beIN Sports du vendredi soir. Quel monde cruel. Seul un miracle, et encore, pourrait permettre d'inverser les choses et de changer un destin qui paraît, pour l'heure, totalement inéluctable. Si les deux équipes se tiennent en un point, le premier relégable, Tours, compte tout de même sept points d'avance sur Arles, 19e et huit sur Châteauroux, 20e. On peut d'ores et déjà parler d'un au revoir, sans doute. Pour Tours, l'avenir est loin d'être rose également, mais avec seulement trois points de retard sur Valenciennes et Orléans, le TFC n'est pas encore mort. Et puis, après tout, tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir, hein.

  • Les matchs qui vont peser dans cette fin de saison


    32e journée :
    Gazélec Ajaccio/Sochaux
    Dijon/Angers
    Valenciennes/Arles-Avignon

    34e journée :
    Troyes/Angers

    35e journée :

    Brest/Dijon
    Châteauroux/Valenciennes

    36e journée :
    Angers/Sochaux

    37e journée :
    Arles-Avignon/Orléans
    Brest/Troyes

    ⇒ Résultats et classement de L2

    Par Gaspard Manet
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    Partenaires
    Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall
    Podcast Football Recall Épisode 46 : Français ou Belges, le match des râleurs, les adieux des Bleus et la battle Angleterre-Belgique vendredi 13 juillet Le Mondial 2022 aura bien lieu en hiver 73 vendredi 13 juillet Infantino : « La meilleure Coupe du monde de tous les temps » 104