En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // Championnat du monde U20
  2. //

Au fait, ils en sont où, les U20 de 2011 ?

Pogba, Zouma, Digne, Thauvin… Les Bleuets qui s'apprêtent à disputer la Coupe du monde des U20 en Turquie semblent promis à un bel avenir. Mais un rapide regard sur leurs prédécesseurs, pourtant demi-finalistes de la compétition en 2011 en Colombie, les incitera peut-être à ne pas s'enflammer trop vite…

Modififié
Ils ont confirmé tout le bien que l'on pensait d'eux :

Ils ne sont que deux, parmi les 21 joueurs emmenés par Francis Smerecki en Colombie, à avoir porté le maillot bleu chez les grands. Et encore, il s'en est fallu de peu. Clément Grenier et Alexandre Lacazette ne doivent leurs deux premières sélections qu'aux forfaits de Nasri et Ménez. Bon, ce n'était sans doute qu'une question de temps pour les deux Lyonnais, en particulier Grenier. Brillant en fin de saison avec l'OL, le meneur de jeu a confirmé tout le talent qu'on lui prête depuis ses débuts. À un an de la fin de son contrat, Grenier se retrouve face à un choix difficile : rester à Lyon et confirmer sur une saison pleine ou céder aux tentations de l'étranger, où Arsenal se ferait une joie de l'accueillir.

Lui n'a pas encore connu les Bleus, et pour cause. Membre de la petite virée nocturne des Espoirs quelques jours avant un match décisif face à la Norvège (3-5), Antoine Griezmann est suspendu par la FFF jusqu'au 31 décembre 2013. Mais s'il continue ses bonnes prestations avec la Real Sociedad (10 buts cette saison), Griezmann ne devrait plus tarder avant d'enfiler la liquette bleue, la vraie. Gueida Fofana peut lui aussi entrer dans cette catégorie. Arrivé à Lyon il y a deux ans, l'ancien Havrais progresse à vue d'œil et devrait s'imposer la saison prochaine comme un élément clef du milieu de terrain lyonnais.

Ils commencent à faire leur trou

Ce ne sont pas forcément ceux que l'on attendait le plus, toujours est-il que tous, à leur niveau, commencent à se faire leur place au soleil. Thimothée Kolodziejczak en est un bon exemple. Complètement au placard durant quatre saisons à l'OL (12 apparitions en 4 ans), le latéral gauche revit depuis son arrivée à Nice l'été dernier. Auteur d'une première saison pleine sous les ordres de son père spirituel Claude Puel, l'ancien Lensois va maintenant devoir confirmer. Même constat pour Cédric Bakambu, qui a enfin réussi à glaner du temps de jeu à Sochaux, et en a plutôt bien tiré profit avec huit buts inscrits la saison dernière.

Enzo Reale commence lui aussi à se faire sa place dans l'entrejeu lorientais, après avoir dû quitter l'OL, où on ne lui a jamais vraiment laissé sa chance. Kalidou Koulibaly a, lui, quitté Metz après la relégation du club en National, et s'est depuis imposé comme un titulaire à Genk. Un peu le même parcours que Maxime Colin, qui a lâché Boulogne après la descente et a découvert la Ligue 1 cette saison à Troyes.

Ils sont partis à l'étranger et peuvent s'en mordre les doigts

Comment ne pas commencer par Gaël Kakuta ? Lui, c'était LA pépite de la génération 1991. Celui qui allait tout casser. Sauf qu'à seulement 16 ans, le gaucher cède aux sirènes anglaises et s'engage avec Chelsea. Si ses débuts avec la réserve sont prometteurs, Kakuta n'arrivera jamais à s'imposer chez les Blues. Très bon avec Dijon lors de son prêt en 2012, le milieu offensif a du ballon, c'est une certitude. Mais il n'arrive toujours pas à l'exploiter. Encore prêté la saison dernière, au Vitesse Arnhem, l'ancien Lensois a trouvé du temps de jeu, mais n'a pas vraiment survolé l'Eredivisie (1 seul but en 26 apparitions). José Mourinho voudrait le voir à l'œuvre à la reprise avant de prendre une décision sur son cas. Il va falloir être bon, Gaël. Très bon.

Francis Coquelin et Gilles Sunu sont les représentants des Gunners dans la catégorie. Tous deux partis jeunes à Arsenal, ils ont surtout ciré les bancs de Premier League. Autre point commun, ils ont tenté de se relancer à Lorient, qui leur a offert un peu plus de temps de jeu. Sunu a d'ailleurs été acheté par les Merlus et jouait le joker de luxe avant de se rompre le tendon d'Achille. Pour Coquelin, un départ d'Arsenal cet été semble inévitable pour enfin exploser au plus haut niveau.


Loïc Négo avait fait un choix similaire en quittant Nantes pour la Roma en 2011. Résultat : aucune apparition dans le Calcio, et deux matchs en prêt au Standard de Liège sur les six derniers mois. Dur. Lionel Carole l'avait imité six mois plus tard, pour autant de succès. Lui aussi formé chez les Canaris, le latéral gauche a mis les voiles pour Benfica, où il n'a quasiment connu que la réserve après un prêt à Sedan. Enfin, joueur d'Istres à l'époque du Mondial, Florian Lejeune s'est perdu dans l'équipe réserve de Villarreal avant de revenir les six mois derniers à Brest, où il était prêté. Pas forcément le bon point de chute, vu la fin de saison des Bretons…

On a failli lancer une alerte enlèvement

Il était le remplaçant naturel de Karim Benzema, la nouvelle pépite de l'OL. Il s'est surtout avéré un énorme flop et ne s'est jamais imposé, même lors de son prêt à Toulouse. Aujourd'hui, Yannis Tafer évolue sous les couleurs de Lausanne Sport, dans le ventre mou du championnat suisse, bien loin du destin doré qu'on lui prédisait. Deux autres Lyonnais, décidément bien présents, se sont également un peu perdus en route. Sébastien Faure joue certes pour un club prestigieux, les Glasgow Rangers, mais il ne sera la saison prochaine qu'en 3e division écossaise. Son acolyte en défense centrale, Thomas Fontaine, peine quant à lui à véritablement s'imposer à Tours.

Enfin, les trois gardiens de l'aventure en Colombie n'ont pas encore réussi à percer. Pierrick Cros en a été le plus proche, mais alors qu'il avait commencé la saison en tant que titulaire à Sochaux, le gardien s'est fait renvoyer sur le banc par Pouplin après quatre journées seulement. Et s'est fait les croisés pour son retour en Coupe de la Ligue contre Sainté. Sa doublure de l'époque, Jonathan Ligali, n'est que troisième gardien à Montpellier derrière Jourdren et Pionnier. Et si Girard lui a offert le plaisir de disputer un match de Ligue des champions sans enjeu, c'est bien le seul moment palpitant de sa jeune carrière. Lucas Véronèse s'en contenterait, en même temps. Troisième gardien à Nice, le gardien a progressé d'un rang et est désormais deuxième gardien… à Istres. Cool.

Fabien Gauvin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 6 heures Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 19
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 51 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 60 Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18 dimanche 21 janvier La double fracture de McCarthy 4 dimanche 21 janvier Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 10