1. //
  2. //
  3. // Bayer Leverkusen-FC Barcelone

Au commencement était Messi

Les quintuplés, c’est une chose sur laquelle les amateurs du one-man show s’extasient à chaque fois, la preuve avec Robert Lewandowski contre Wolfsburg ou Sergio Agüero contre Newcastle. Toutefois, l’origine de cette performance en Ligue des champions trouve un géniteur : Lionel Messi.

Modififié
1k 24
Dans le football, certains jours comptent plus que d’autres pour rester dans les annales. Diego Maradona, sa « mano de Dios » suivie de son slalom mythique entraînant les larmes de Victor Hugo Morales, le 22 juin 1986 à Mexico. Zinédine Zidane, sa volée lumineuse contre le Bayer Leverkusen, numéro 5 dans le dos, amenant le « viva la madre que te pario, Zidane » (vive la mère qui t’a mise au monde, en VF) le 15 mai 2002 à Glasgow. Pour Lionel Messi, les dates historiques semblent se succéder, tant sa légende est grande à seulement 28 ans. Mais contre le Bayer Leverkusen ce mercredi, une date trottera dans la tête de tous les socios du FC Barcelone : le 7 mars 2012. Le jour où, pour la première fois dans les grands récits des soirées de C1, un joueur aura inscrit cinq fois son nom au tableau d’affichage d’un match de la plus grande des compétitions européennes. Un récit à narrer au passé, mais un souvenir toujours indélébile dans les têtes. Et pas uniquement celles des joueurs du Bayer.

E.T. sur le Camp Nou


Pour ce match retour des huitièmes de finale de la Ligue des champions 2011/2012, le Barça peut voir venir au moment de recevoir les Allemands. Victorieux 3-1 au match aller dans la BayArena, Pep Guardiola décide malgré tout de garder son onze titulaire intact. Parce qu’on ne sait jamais si un mauvais démarrage pourrait le contraindre à revoir ses plans. Parce qu’il ne faut rien laisser au hasard. C’est donc en toute logique que le Barça débute son match à la cadence d’une Bugatti Veyron. Après 10 minutes, Lionel Messi sème déjà le trouble dans la défense allemande, et oblige Bernd Leno à se salir le maillot. Un quart d’heure plus tard, le portier ne peut rien sur la louche de La Pulga pour faire lever le stade (25e). Première gâterie, avant la spéciale du chef : décalage côté droit, rentrée vers l’intérieur grâce au pied gauche, touches de balle sponsorisées Pattex, puis frappe intérieur pied gauche (42e). Indémodable, imparable, intouchable.

Après la pause, Guardiola reste sur sa lancée. On ne change pas une équipe qui gagne, et encore moins sa pièce maîtresse. Quatre minutes lui donnent raison : une nouvelle fois lancé en profondeur, Messi utilise cette fois son pied droit pour encore lober le pauvre Leno, malgré ses 190 centimètres (49e). Leo est ambidextre, cela n’étonne plus personne. Cristian Tello s’invite au tableau d’affichage pour le 4-0, mais Messi reprend vite le relais : double une-deux avec Pedro pour semer la panique, puis une frappe toute simple pour suivre la mauvaise prise de balle de Leno (58e). Un quadruplé : Messi vient de rééditer son exploit de 2010 contre Arsenal, sans pression. Mais le triple Ballon d’or souhaite cette fois aller plus loin, et Guardiola le laisse écrire son histoire. 84e minute : Seydou Keita sert le Mes' en retrait. L’Argentin avance comme dans du beurre. Il envoie son tir enveloppé habituel, Leno plonge pour la forme, c’est au fond. Une manita personnelle, du jamais vu en C1. En tribunes, les Culés sont unanimes : « Meeeeessssiiii, Meeeeessssiiii, Meeeeessssiiii, Meeeeessssiiii, Meeeeessssiiii ! »

« Le trône appartient à Messi »


Au coup de sifflet final, les projecteurs se braquent sur la grande star de la soirée. Sa sortie se fait sous une ovation méritée, mais les éloges ne s’arrêteront pas là, loin de là. En conférence de presse, Guardiola est convaincu de posséder dans son effectif le meilleur joueur de la planète. « Le trône appartient à Messi et lui seul décidera du moment où il le laissera vide, annonce Pep. Je ne sais pas s’il était au courant que personne n’avait marqué cinq buts dans un même match de Ligue des champions… Chaque fois qu’il marque, il veut en marquer un autre. (…) Si un jour, il décide d’en mettre six, il le fera. Nous sommes très chanceux de l’avoir, de profiter de lui et de cette équipe. » Au-delà de l’hommage de son coach et de toute la famille du FC Barcelone, cette performance de Messi sera aussi parvenue à engendrer les félicitations des plus récalcitrants, comprendre celles de l’ennemi de toujours, le Real Madrid.

Ainsi, José Mourinho expliquera dans sa conférence de presse que « mettre cinq buts n’est jamais une chose facile, surtout en Ligue des champions. Cette soirée était très bonne pour lui » . Pas moins généreux en compliments, Cristiano Ronaldo avouera être « très heureux pour Messi et pour le football. Je ne sais pas si je suis capable de le faire… Nous verrons si je le ferai un jour. J’espère que oui » . Au-delà de savoir lequel est le plus fort, l’exemple le plus marquant sur l’impact du quintuplé de Messi viendra ni plus ni moins… de la Maison Blanche. La vraie hein, celle de Washington. Porte-parole du ministère des Affaires étrangères des États-Unis d’Amérique, Mike Hammer, dont la mère vit alors à Madrid, fera une allusion en espagnol en plein cœur de son discours : « Je suis du Real Madrid, mais je félicite Messi. » Depuis, seul l'ancien du Shakhtar Luiz Adriano est parvenu à imiter la performance de Léo, avec un quintuplé inscrit face au BATE Borisov en octobre 2014. Imité, oui, mais pas franchement égalé.



Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Du grand art, quel joueur fantastique.
Quand on voit la facilité et la décontraction avec lesquelles il avait fait ça, il est difficile de nier que ce mec est le meilleur joueur du monde.

Bien évidemment il faut dépasser ce débat nauséabond autour du ballon d'or où chacun défend son poulain.
souzadeoliveira Niveau : Ligue 2
Bien aimé le commentaire fair play de Ronaldo moi qui ne le porte pas forcément dans mon coeur
Frenchies Niveau : CFA
En attendant, il a fait 3 saisons et demi crescendo (4 BO d'affilés) jusqu'à aller chercher le record de GerdMuller en 2012
et là patatra !!!
il passe d'une année civile à 86 buts (E.T),
à 42 buts en 2013 (5 de moins que Zlatan, 27 de moins que CR7)

Alors le comble c'est qu'on parle de contre performance, pour un total que seulement 3/4 joueurs atteignent chaque année lol !

2014 il remet les pendules à l'heure avec 58 pions
mais 2015 sa récente blessure lui coûte sans doute une dizaine de pions et il n'est qu'à 46 pour le moment (encore 5/6 matchs avec le mondial des clubs).
souzadeoliveira Niveau : Ligue 2
N'empêche ces deux joueurs sont en train de rendre l'exceptionnel habituel et j'ai même l'impression que ça déteint sur le foot mondial.
Aubameyang déjà à 17 buts en 14 matchs, Higuain déjà à 14 buts dans un calcio ou habituellement le meilleur buteur est sacré aux environs des 20 buts, et même l'année dernière en ligue 1 avec la total de buts de Lacazette que l'on avait pas vu depuis depuis Papin.
Aujourd'hui les attaquant ont deux extraterrestres comme modèle et savent qu'il faut empiler les buts plus que de raison ou bien il y a eu un changement dans le football du 21eme siècle qui fait que les attaquants sont plus prolifiques, ptet le résultat d'une professionnalisation accrue de notre sport favori où plus rien est laissé au hasard.
Son quadruplé en quart contre Arsenal à 22 ans c'était grandiose aussi
roberto-larcos Niveau : Ligue 2
Oubliez pas de préciser que grâce/ à cause de la manne de la ldc les gros n'ont jamais été aussi puissants et bien équipés. Et du coup les petits aussi vulnérables et faibles, même au niveau ldc.

Les roustes c'est pas ce qui manque mais bravo à Messi et Ronaldo pour leurs perfects.
Xavlemancunien Niveau : National
@souza Et dans une moindre mesure, Alex Teixeira, 22 buts en 15 matchs de Super League ukrainienne
Shevchenko Niveau : CFA2
S'en suivra une dispute dans le vestiaire de Leverkusen pour le maillot de la Pulga... Soirée réussie pour lui.
Message posté par Frenchies
En attendant, il a fait 3 saisons et demi crescendo (4 BO d'affilés) jusqu'à aller chercher le record de GerdMuller en 2012
et là patatra !!!
il passe d'une année civile à 86 buts (E.T),
à 42 buts en 2013 (5 de moins que Zlatan, 27 de moins que CR7)

Alors le comble c'est qu'on parle de contre performance, pour un total que seulement 3/4 joueurs atteignent chaque année lol !

2014 il remet les pendules à l'heure avec 58 pions
mais 2015 sa récente blessure lui coûte sans doute une dizaine de pions et il n'est qu'à 46 pour le moment (encore 5/6 matchs avec le mondial des clubs).

Messi ne plantera plus jamais autant qu'avant, pour la simple et bonne raison qu'il joue un rôle différent depuis la saison passée avec un positionnement plus bas afin de laisser Suarez et Neymar s'exprimer.
Vos 2 commentaires ( Souza de Oliveira et Roberto Iarcos) sont intéressants et resument ce que je pense :

1) Ces stats que ne recherchaient pas les joueurs offensifs par le passé (90's et 2000's) sont devenues un Graal qui vous consacre et donc une quête d'où aujourd'hui un nombre de joueurs qui tournent a environ 1 but par match non negligeable , d'ailleurs pour le podium du BO ils ont quasiment les même stats sur l'année alors qu'aucun d'eux n'est un attaquant de pointe. ( Suarez qui aurait du être sur le poduim a cependant les mêmes stats ).
Les joueurs du passé n'avaient pas cette stat d'abord parce qu 'ils jouaient pour la plupart avec 2 attaquants de pointe et ensuite ils ne jouaient pas 90 minutes a tous les matches .Quand le match était plié il y avait un turnover pour ménager l'attaquant vedette.

2) L'ecart de niveau entre les toutes meilleures équipes ,les équipes de bon niveau et les équipes moyennes et de plus en plus grand si bien que les scores peuvent rappeler le tennis ou le handball quand un équipe rencontre une équipe de niveau inférieur. C'est la consequence d'un niveau footballistique globalement plus faible qui permet à 3 équipes de concentrer 90% des meilleurs joueurs du monde

3) la vraie incertitude en C1 comme le rappelait les cahiers du foot intervient en demi finale depuis bientôt 10 ans.Donc jusque ce stade l'écart de niveau reste souvent abyssal. D'où l'immensité de la performance de Lewandowski en demi face au Real en 2013
roberto-larcos Niveau : Ligue 2
Je te rejoins sur tous tes points Aerton d'autant que les stats sont à pondérer. Je veux bien trouver fantastisque le nouveau " record " de Ronaldo mais coller des triples et plus sauf au seul gros du groupe bon....

L'incertitude en c1 est une farce depuis 10 ans et le fpf est venu figer les positions sans même parler des phases de poules sans intérêt aucun.

C est gentil les records tous plus inutiles les uns que les autres mais on en vient à une espèce de négation du collectif assez hallucinante avec pour point d'orgue un ballon d'or qui recompense celui qui a la plus grosse.
Frenchies Niveau : CFA
Message posté par Elessar
Messi ne plantera plus jamais autant qu'avant, pour la simple et bonne raison qu'il joue un rôle différent depuis la saison passée avec un positionnement plus bas afin de laisser Suarez et Neymar s'exprimer.


Ca l'empêche pas d'être le meilleur buteur de la MSN (58 la saison dernière, 39 pour Neymar, 25 Suarez) hein,
c'est là tout son immense mérite :)

Tandis qu'au Real, on va pas se mentir, ils "jouent" pour CR7
depuis 6 ans et jusqu'à qu'il parte ...
Mouais, j'ai pas l'impression que les attaquants d'avant recherchaient moins les stats que ceux d'aujourd'hui. Le nombre de buts marqué a toujours été l'obsession de beaucoup. Voir Romario qui a toute sa vie couru après le record de Pelé.

Ok sur le reste par contre.
roberto-larcos Niveau : Ligue 2
Faudra penser à changer les notions de buteurs et attaquants dans les dicos. Les profils ont totalement changés sur la derniere decennie.
Romario c'est le contre exemple parfait, c'est le joueur qui avait tellement le goût du Bresil qu il revenait systematiquement en retard de ses vanaces estivales ou de fin d 'année et c'est celui qui pour avoir la permission de Cruyff d'aller au Carnaval de Rio marquait un triplé je crois. Le foot n'était pas toute sa vie. J'ai beau ne pas être fan de Ronaldo ( cr7) son professionalisme est peut être unique dans l'histoire du foot.
Donc rechercher c'est aussi s'en donner les moyens, à travers le coaching ( jamais remplacé sauf blessure) et l'obession absolue du but .
Je te signale que Cr7 prefere perdre un match où il a marqué 5 buts que de remporter une finale de C1 avec un triplé de Bale et lui qui rate un penalty imaginaire. Romario avait les larmes aux yeux quand il s'est drappé du maillot brésilien et qu'il a rendu hommage àSenna après son 0:0 face a l'Italie en 94, du moment qu'il était champion du Monde.
lev_yachine Niveau : DHR
après je sais pas pour vous mais j'ai l'impression que le jeu s'est offensisé, avec notamment une montée des défenseurs à profil offensif, type Piqué, Varane... Des types qui éventuellement joueraient libéros, mais une absence de défenseur central pur et dur, type Maldini etc... Ou si ce n'est une absence, un genre de glorification du but et de ces profils bcp plus offensifs et surtout montant vachement avec le bloc équipe
lev_yachine Niveau : DHR
je retire pas du tout le mérite de ces attaquants de dingue et je nie pas que ces stats existaient auparavant, mais le truc c'est que là c'est devenu plus commun j'ai k'impression, cf aubame ou higuain
"Sergio Agüero contre Tottenham"

Newcastle*
@Roberto-Iarcos
Je rajouterais ce que quelqu'un avait évoqué sur ce forum il y a quelques mois: Messi et Ronaldo toute l'équipe joue pour eux , leur force a été de s'installer comme leader et star absolue de leur équipe, une fois qu ils ont gagné ce statut leurs lieutenants ont été à leur entière disposition. C'est un peu moins vrai entre Ronaldo et Bale. Mais vu son implication marginale dans le jeu le Gallois ne contarie pas plus que ca le Portugais. Au Barca seuls Iniesta et Xavi a l'époque ont "refusé "de faire des passes a la Pulga meme quand il sollicitait le une-deux ou la passe classique du moment où il n'était pas le mieux placé.
Don Chalimont Niveau : DHR
Message posté par lev_yachine
après je sais pas pour vous mais j'ai l'impression que le jeu s'est offensisé, avec notamment une montée des défenseurs à profil offensif, type Piqué, Varane... Des types qui éventuellement joueraient libéros, mais une absence de défenseur central pur et dur, type Maldini etc... Ou si ce n'est une absence, un genre de glorification du but et de ces profils bcp plus offensifs et surtout montant vachement avec le bloc équipe


D'accord avec toi sur le plan général, mais pas en particulier : les défenseurs axiaux montaient beaucoup plus dans les années 1980, par exemple, sous l'influence de Beckenbauer. En France, Bossis et Battiston faisaient du David Luiz régulièrement.

C'est plutôt les latéraux qui sont devenus beaucoup plus offensifs. Et plus généralement, le jeu qui a augmenté en vitesse, notamment le sacro-saint pressing : quand tu reçois le ballon, tu as moins le temps qu'avant pour jouer. Tu es immédiatement sous pression. Ce qui rend d'ailleurs le foot moins tactique et beaucoup plus physique.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Le moment Cech
1k 24