Italie - Serie A - 15e journée - Fiorentina/Sampdoria de Gênes

Par Alexandre Pauwels

Au commencement était Facundo

Des bras de déménageur, une gueule d’Indien, une coupe de gamin teigneux. Dans la dégaine comme dans le jeu, Facundo Roncaglia est à mille lieues du modèle d’artiste que Florence aime admirer. Pourtant, incontestablement, c’est lui le nouveau roi du coin. Portrait d’un mec situé quelque part entre Daniel Passarella… et Chuck Norris.

Note
8 votes
8 votes pour une note moyenne de 3.88/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note

Facundo Roncaglia (Fiorentina)
Facundo Roncaglia (Fiorentina)
« Il est arrivé gratuitement à Florence, sur la pointe des pieds. Mais son nom suscitait la peur : Facundo ! » Alessandro Mazzoni, créateur du groupe Quando Facundo Roncaglia Fight Club, savoure autant la réussite de son fan club un brin spécial, que celle de son joueur fétiche, devenu le symbole de réussite de la Fiorentina, à peine sortie de deux années cauchemardesques. Cette fascination improbable et immédiate des tifosi pour un joueur inconnu tient à la fois de la personnalité du bonhomme que de sa grinta sur un terrain. Mais aussi, donc, de ce nom un brin étrange. « Ce que veut dire mon nom ? Je n’en sais rien. Comment il se traduit en italien ? Et qui le sait, hein ? » Facundo lui-même ne s’y attendait pas. Mais à 25 ans et avec seulement treize matchs de Serie A dans les pattes, le défenseur argentin est déjà une star. Ce qui vaut bien un fan club déjanté, producteur d’aphorismes à la Chuck Norris. Et quitte à faire des jeux de mots, autant réaliser un portrait illustré par quelques exemples.

« Facundo n’est pas né, il a toujours existé »

Facundo Roncaglia est né il y a 25 ans à Chajarí, ville de 30 000 habitants, dans l’Est argentin. Ville qui vit au rythme des saisons agricoles, essentiellement peuplée de descendants d’immigrés italiens. Facundo a ainsi des origines en Campanie, en Vénétie et à… Florence.

« À l’école, Facundo n’allait pas en classe. Mais en première classe »

Facundo Roncaglia est un pur produit du Boca. Club qui l’a formé, lui a accordé ses premiers pas en pro et offert son premier trophée, une Apertura en 2008. Après deux prêts à l’Espanyol Barcelone et l’Estudiantes, il retourne au bercail en 2011, où il s’impose sur le flanc droit de la défense, remportant au passage une nouvelle Apertura. C’est lui, aussi, qui plantera l’unique but du club en finale de Libertadores 2012, lors de la rencontre aller à la Bombonera. À noter qu’il n’avait pu disputer le match retour, fixé quatre jours après la fin de son contrat.

« Facundo ne voyage pas. C’est le monde qui va à lui »

Le défenseur a donc connu une première (discrète) expérience européenne en 2009, avec l’Espanyol Barcelone. Quémandé par coach Pochettino, Roncaglia jouera une vingtaine de matchs, mais ne convaincra pas les dirigeants du club de lever une option d’achat de trois millions d’euros. De bien timides débuts sur le Vieux Continent.

« Quand Facundo arrive en retard à l’entraînement, Montella s’excuse d’avoir avancé la séance »

Arrivé à Florence gratuitement, Facundo s’est directement imposé au sein de l’effectif florentin. C’est simple, il a toujours été titulaire dans la défense à trois mise en place par Montella. Un technicien qui lui accorde toute sa confiance, sauf, peut-être, pour tirer les pénos : « Il les tire bien, mais vu comme il les tire, s’il touche la transversale, on risque la contre-attaque. Ou pire, le contre son camp », déclarait-il à la Gazzetta dello Sport.

« Mieux vaut être seul qu’accompagné de Facundo »

Parce que Facundo Roncaglia est un brin bourrin et possède la carrure qui va avec. Petit (1,79m) mais trapu (80 kilos), il est gaulé comme un déménageur. Pas pour rien qu’au pays, on lui a attribué le surnom de Torito. Le type à pas emmerder, quoi. Sur un terrain, il n’est pas non plus du genre à faire de cadeaux. En gros, c’est un peu le défenseur à l’ancienne : s’il ne prend pas le ballon, tant pis, ce sera la jambe.

« Quand un adversaire simule une faute de Facundo, il se fracture le tibia et le péroné »

Le point faible de Facundo, c’est justement qu’il commet de trop nombreuses et grossières fautes. Il a, par exemple, provoqué un péno face à Parme, et récolté six cartons en treize rencontres. Aucun rouge, cela dit. Mais après tout, s’il n’a pas encore été expulsé, c’est peut-être parce qu’il « ne peut pas l’être, c’est lui qui a les cartons ».

« Quand Bolt a battu le record du 200 mètres, il fuyait Facundo »

Roncaglia est aussi puissant qu’il est rapide. Son passif de latéral lui confère une belle aptitude à la relance et aux longues courses vers l’avant. D’autant que son allure un peu rustre ne l’empêche pas d’être à l’aise balle au pied, ni d'être précis dans ses lourdes frappes de balle. Bref, le mec polyvalent. À la Fiorentina, c’est un peu de Daniel Passarella que l’on revoit en lui.

« Si Facundo ne va pas en Nazionale, c’est parce qu’il ira quand il le voudra »

Facundo Roncaglia, c’est aussi le dernier joueur à avoir relancé le débat sur les Oriundi en équipe nationale italienne. Du fait de ses origines et de la possession d’un passeport, il peut prétendre au maillot azzurro. Dans une interview à Sport Week, il a ainsi déclaré « la Selección reste ma priorité parce que l’Argentine est mon pays, mais si une convocation n’arrivait pas, ça me plairait de jouer pour l’Italie. » Bon, il convient d’ajouter que le mec parle italien comme une vache espagnole. Mais mieux vaut ne pas le lui dire.

« Depuis qu’il y a Facundo, Rambo est devenu Blanche Neige »

Dans une interview accordée à Sport Week, Facundo a révélé que ses acteurs favoris n’étaient autres que Stallone et Schwarzenegger. Un vrai stéréotype.

« Facundo ne te demande pas en ami sur Facebook. Il te fait une proposition que tu ne pourras pas refuser »

« Le jeu est parti de Facebook, mais s’est transformé en réalité quand il a impliqué des milliers de gens, de familles avec leurs enfants, à la recherche d’un aphorisme, d’une phrase qui grossit volontairement les dons du joueur. » Alessandro Mazzoni peut désormais compter quelques 14 000 « Facundo Boys » sur Facebook, et se targuer d’une fréquentation en hausse de son site quandofacundoroncaglia.it. Le groupe vient par ailleurs de sortir un livre, intitulé In principio era Facundo (Au commencement était Facundo), qui regroupera les meilleurs aphorismes imaginés par les tifosi. Facundo Roncaglia himself sera de la présentation du bouquin le 14 décembre prochain. Parce qu’il a le sens de l’autodérision, en plus.

Par Alexandre Pauwels

 





Votre compte sur SOFOOT.com

8 réactions ;
Poster un commentaire

  • Message posté par theo le 02/12/2012 à 10:40
      

    Ouais ça ressemble beaucoup au Zlatan Facts tout ça. A quand le verbe "Facundiser" ?

  • Message posté par Robin Van Ciboulette le 02/12/2012 à 10:48
      

    Ce serait étonnant qu'il ait pas sa chance en argentine, à part mascherano y a pas vraiment de concurrence à son poste.

  • Message posté par Matt78400 le 02/12/2012 à 12:03
      

    Ca me fait plaisir de le voir réussir dans cette belle équipe de la Fiorentina, notre ancien petit bostero. Et c'est clair qu'il a tout ses chances en sélection vu la concurrence en défense ... ^^

  • Message posté par totorino le 02/12/2012 à 12:07
      

    Avec Juan ce sont les 2 jeunes défenseurs les plus prometteurs du calcio !!

  • Message posté par Mcfly le 02/12/2012 à 12:16
      

    Petit en mesurant 1m79 ?

  • Message posté par forzalazio le 02/12/2012 à 13:24
      

    la fillière boca junior toujours sans surprise !

  • Message posté par SempreBN le 02/12/2012 à 14:19
      

    Il a 25 donc de là à parler de défenseur prometteur. De tous, c'est bien Ogbonna le plus prometteur

  • Message posté par forza-OM le 03/12/2012 à 11:52
      

    tas raison dans 2 ans la retraite sempreBN...


8 réactions :
Poster un commentaire