Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 4e journée
  3. // Gr.A
  4. // Real Madrid/PSG (1-0)

Au Bernabéu, le PSG battu par la chance

Ultra-dominatrice face au Real Madrid, l'équipe parisienne repart pourtant la queue entre les jambes. Un revers (1-0) qui doit autant à la maladresse des hommes de Laurent Blanc qu'à la chance insolente des Madridistas.

Modififié

Real Madrid 1-0 Paris Saint-Germain

But : Nacho (34e) pour les Merengues

Certains la nomment « la chance des grands » . D'autres appellent ça : « être cocu » . Les supporters parisiens, venus en nombre dans une antre madridista un iota provocatrice - rappelant par un tifo que la Ville Lumière renvoie irrémédiablement au premier sacre européen de Di Stéfano et consorts -, ont leur définition coincée en travers de la gorge. Surclasser le Real Madrid, aussi bien dans le jeu qu'en matière d'occasions, ne suffit pas pour le battre. Le PSG l'a appris à ses dépens, comme un grand qu'il aspire à devenir. Car la différence du tableau d'affichage se veut le parfait opposé de l'écart de niveau de jeu entre ces deux poids lourds du football continental. Auteurs d'une première mi-temps ébouriffante, que ce soit dans l'animation ou la qualité technique, les hommes de Laurent Blanc peuvent amèrement regretter leur manque d'adresse face aux cages défendues par Keylor Navas. Et la cagade de Kevin Trapp, offrande pour le si chanceux Nacho. Arithmétiquement, le Real s'offre pourtant la première place du groupe A grâce à ce qui restera comme l'un des plus beaux hold-up auxquels ait assisté le Santiago Bernabéu.

Ball-Trapp


Attendu il y a deux semaines, le choc des philosophies montre le bout de son nez au Santiago Bernabéu. Un début de match rythmé oppose, enfin, la maîtrise parisienne du cuir au positionnement rigoureux des Merengues. Choc toujours, les crânes de Serge Aurier et d'Isco se tutoient et obligent l'arbitre à arrêter précocement la rencontre. Une rencontre qui, quelques tours de cadran plus tard, perd l'un de ses agitateurs d'idées, Verratti, contraint à céder sa place à Rabiot. Des coupures successives qui endorment le Santiago Bernabéu et, par ricochet, le Real Madrid. Noyé sous la qualité technique du milieu adverse, Casemiro subit un coup du sombrero de Di María et respire lorsque, dans la foulée, le centre en retrait d'Aurier est repris subtilement par Matuidi. S'ensuit une démonstration de force du PSG qu'Ibra, d'un enroulé puis sur un coup franc fouetté, ne peut rentabiliser. Au diapason de ses coéquipiers, Rabiot, par deux exquises reprises, lèche puis frôle le montant de Navas. Des ratés plus que cruels, puisqu'entre-temps, une déviation aérienne de Thiago Silva, une sortie hasardeuse de Trapp et une réussite inouïe de Nacho offrent un avantage inespéré à des Blancs fantomatiques, sifflés lors de leur retour aux vestiaires.

Di María, maître ès arts


Groggy, le public du Bernabéu accuse le coup dès la reprise. Les discussions de la pause pipi se répètent dans les travées. Certains murmures évoquent même un certain mal-être face à la nette supériorité parisienne. Une domination qui ne s'estompe pas sous l'impulsion de Di María qui, après avoir fait la misère à tous ses vis-à-vis, pèchent dans ses services - mais pas dans ses tentatives de petit pont. Le chronomètre s'égrainant, le déchet technique fait également son apparition. Une donne qui ne change pas la physionomie de ce duel, tant les Merengues, apathiques dans le combat autant que dramatiques dans la construction, déjouent. Seuls quelques éclairs de génie, sous forme de talonnade d'Isco et de Kroos, et l'apport de Lucas Vázquez permettent au Real de sortir la tête du seau. La course contre la montre à l'égalisation prend du plomb dans l'aile lorsque le Real, regroupé devant sa surface, refuse de sortir du bois. Sur quelques contres, Trapp s'emploie pour maintenir un écart qui, jusqu'à la fin de la rencontre, ne bouge pas, à l'instar de la barre transversale de Navas sur un coup franc de l'ancien Madridista du PSG. Chahuté comme jamais et après avoir frôlé la correctionnelle, le Bernabéu peut s'estimer tout heureux de pointer en tête du groupe A.


Les notes du match à lire ici

Par Robin Delorme, au Santiago Bernabéu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:45 Leeds enchaîne 17
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
vendredi 17 août Inceste, homosexualité, sacrifice de sa mère : Shiva N'Zigou déballe tout 168