Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options

Au Barça, l’argent ne fait pas le bonheur

Machine à gagner et usine à stars, le FC Barcelone connaît un début de mercato paradoxal. Car après avoir renforcé sa défense, le champion d’Espagne peine à garnir son attaque. Une galère qui traîne depuis des mois et qui trouve sa genèse dans l’omnipotence du trio de la MSN.

Modififié
« Si Vietto préfère le Barça, il devrait y aller. Il est important que les joueurs aillent où ils le souhaitent. Mais j’espère que nous allons pouvoir le signer, c’est un magnifique joueur. » De la bouche de Pepe Castro, ces quelques mots laissent songeur tout bon supporter blaugrana. Un brin chambreur au micro de la Cope, le président du FC Séville tutoie le problème lancinant de la direction du Barça, car, sauf rebondissement de dernière minute, Luciano Vietto s’apprête à enfiler le maillot sevillista pour un prêt d’une saison.


Par la même, le jeune Argentin devient le quatrième attaquant à passer sous le nez de la direction barcelonaise. Entre un Dembélé exilé à Dortmund, un Nolito harponné par City et un Ben Arfa parti au PSG, la liste des prétendants pour le rôle de super-sub en soutien de la MSN ne cesse de s’amenuiser. Pis, la cinquième piste, menant au Français Gameiro, se heurte au prix rebutant - 40 millions d’euros - demandé par le propriétaire de la Ligue Europa. Pourtant, les fonds sont bien présents dans les caisses du Camp Nou. Le problème relève plus de l’omnipotence de son trio sud-américain, qui ne laisse que des miettes à ses remplaçants.

Entre gymnastique comptable et danse des statuts


D’attractivité, le FC Barcelone n’en manque pas. Tant sportivement que financièrement, le challenge proposé par le champion d’Espagne relève du défi d’une carrière. Les refus restent généralement peu nombreux lorsque la présidence des Culés commence à draguer une proie. Sauf depuis l’été dernier, donc. L’interdiction de recruter levée en janvier par la FIFA, Luis Enrique, d’habitude peu propice à formuler des demandes face caméra, ne cesse de solliciter un renfort offensif. Longtemps désiré, l’éphémère Blaugrana Nolito reste finalement au Celta Vigo. En cause, la frilosité de Josep Bartomeu à débourser les 18 millions d’euros de sa clause libératoire. C’est qu’en ce début d’année, le compte en banque est dans le rouge. Certes, l’entité peut débourser la somme demandée, mais elle risque d’entraîner de nouvelles élections : les statuts azulgrana, modifiés par Sandro Rosell, obligent les directions à démissionner si la dette dépasse l’EBITDA - bénéfice avant intérêts et impôts - multiplié par deux. Depuis, les euros ne manquent plus dans les caisses et les grands chambardements estivaux peuvent s’enclencher.


Les recrues Umtiti et Digne arrivées, la Junta Directiva barcelonaise s’emploie à solutionner le serpent de mer de sa saison passée. En bisbille avec la justice espagnole depuis son arrivée sur la péninsule, Neymar se retrouve lavé de tout soupçon de délit fiscal par un tribunal qui n’impose qu’une amende de 5 millions d’euros au club. Une nouvelle accueillie comme un soulagement pour le Barça qui, par la même, trouve un semblant d’accord sur la prolongation de son contrat. Assortie d’une revalorisation salariale, elle appelle celles, prochaines, de Suárez et Messi. La MSN, star des prés mais aussi des salaires, fait ainsi autant gagner de titres au Barça qu’elle la saigne financièrement. Avec un fair-play financier qui ne permet aucun débordement de la masse salariale, les excès sont mesurés, les dépenses comptées. Même si la direction ne cesse de rabâcher que « si nous devons mettre 100 millions d’euros sur un joueur nous le pouvons » , la prolongation d’un an du partenariat avec Qatar Airways a minima (35 millions d’euros) relève plus de l’échec que du succès. En soi, le strict opposé du nouveau contrat signé avec la firme à la virgule à hauteur de 105 millions l’exercice.

Le vœu pieux de Luis Enrique


Loin de cette agitation des offices, Luis Enrique affiche une certaine impatience pour son retour de vacances.
« Je veux un joueur proche de la surface, qui n’a peut-être pas de grandes qualités de débordement, mais qui marque » Luis Enrique
Toujours pas comblé par sa direction, il dresse le portrait-robot de sa recrue idoine : « Il faut qu’il soit un neuf pur, un attaquant qui puisse arriver devant le but avec facilité, car pour jouer sur les côtes, nous avons des possibilités. Je veux un joueur proche de la surface, qui n’a peut-être pas de grandes qualités de débordement, mais qui marque. » Une denrée rare, donc, que se doit de dégoter le directeur sportif Robert. Pourtant pas avare en pistes, il se retrouve démuni face à autant de refus : « Il y a des joueurs très bons dans leur équipe, mais qui savent que leur situation serait différente au Barça. Ces joueurs n’acceptent pas de venir car leur au rôle ici changerait énormément. » Pour sûr, la saison passée, le Pistolero a disputé 85 % des minutes du Barça, Neymar 79 % et Messi 76 %. Une omniprésence qui a forcé Pedro à l’exil, détruit le jeune Sandro et stoppé la croissance de l’autre canterano Munir. Au Barça, il y a beau avoir de l’argent, il ne fait pas toujours le bonheur.

Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 10:02 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde
Hier à 16:59 Froger vers l’USM Alger
Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 12:15 Un supporter mexicain fait sa demande en mariage après la victoire 9 Podcast Football Recall Épisode 27 : Neymar boit la tasse, l'Allemagne KO et Thauvin à terre dimanche 17 juin Zuber égalise d'un coup de crâne pour la Suisse 3 dimanche 17 juin Le sublime but de Coutinho face à la Suisse 2 dimanche 17 juin Lozano climatise l'Allemagne 5 dimanche 17 juin Maradona, le cigare et les yeux tirés 62 dimanche 17 juin La liesse des supporters mexicains à Moscou 2 dimanche 17 juin Un fan égyptien en fauteuil porté dans une fan zone 4 dimanche 17 juin Sept personnes blessées par un taxi à Moscou 15 dimanche 17 juin Le clapping solide des Islandais avant le match face à l'Argentine 10 dimanche 17 juin Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3