Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 16es

Attention, ténors en danger !

Le point commun entre Porto, Manchester et Naples ? Tous les trois doivent se bouger le cul ce jeudi soir pour ramener une qualification en huitièmes de finale à la maison.

Louis van Gaal ne sait plus quoi inventer. Après avoir tenté de justifier son échec par un temps nécessaire d’adaptation, après avoir traité un journaliste de « gros » , il se dit maintenant victime d’une théorie notamment développée dans le film Interstellar : « C'est la loi de Murphy. Quand vous commencez et que votre gardien est le quatorzième joueur sur la liste des blessés, vous n'êtes pas dans votre état normal. Beaucoup de choses se passent dans la tête des joueurs. David de Gea a un problème à un genou, donc on va attendre et voir. » Une boulette de plus. Car en gros, la loi de Murphy dit que si quelque chose doit mal se passer, ça se passera forcément mal.

Elle peut expliquer la blessure de De Gea. Mais elle peut aussi et surtout expliquer la mauvaise série de LvG. Ce qui revient à un aveu de faiblesse de la part du Pélican. Perdre à Midtjylland, c’est la pire option qu’il pouvait prendre. Et il l’a prise. Car des trois ténors de cette Ligue Europa, Manchester est bien le vilain petit canard. Si cela semble compromis pour Porto, les Dragons peuvent toujours sortir l’excuse du : « Oui, mais c’était Dortmund en face. » Tout comme le Napoli avec Villarreal, pourtant annoncé comme l’un des favoris de la compétition. Mais Manchester n’a pas vraiment d’excuses. Hormis celle de faire toujours le mauvais choix.

Militants anti LVG


Pour ça, il suffit de se refaire le match aller. Sortir l’excuse de la blessure de David de Gea, c’est une énorme bêtise. Certes, Sergio Romero n’est pas le meilleur gardien du monde, mais ce soir-là, il sort au moins deux parades monstrueuses.


Pareil pour l’infirmerie. Elle rend certainement les choses plus difficiles pour Van Gaal. Devoir bricoler tout le temps derrière, ce n’est pas franchement la meilleure manière de préparer un match, mais ça n’explique pas tout. Smalling, censé être un cadre de la défense mancunienne, n'a semble-t-il jamais été motivé durant ce match. Et Lingard a eu au moins deux occasions de tuer le match, mais a préféré offrir des ballons au public danois. Bref, même si une défaite 2-1 à l’extérieur est loin d’être rédhibitoire, Louis van Gaal n’arrange pas son cas avec les supporters des Red Devils et il est fort probable qu’une élimination en C3 ne lui soit fatale. Ou peut-être qu’il n’aura même pas besoin de ça...


Quoi qu’il en soit, ce constat est loin d’être aussi vrai pour José Peseiro et Maurizio Sarri. Déjà parce que ça ne se passe pas aussi mal pour eux, que pour LVG, dans leur championnat respectif. Mais aussi parce que les deux entraîneurs ont eu « la chance » de tomber face à une autre grosse équipe. Dortmund, malgré le départ de Klopp et la saison pas commune de l’année dernière, reste quand même une référence sur le Vieux Continent. Et vu la maîtrise que les hommes de Tuchel ont affiché à l’aller, cela reste une excuse plus que valable. Le seul hic, c’est que pas plus tard que l’année dernière, sous Lopetegui, les Dragons atteignaient les quarts de finale de Ligue des champions. Et que cette année, Porto n’était déjà pas à la hauteur dans un groupe de C1 pourtant abordable (Chelsea, Kiev et Maccabi Tel-Aviv), mais qu’en plus de ça, il risque l’élimination en C3. Certes, José Peseiro a dû faire face à des absences, lui aussi, il a notamment fait jouer Varela arrière droit, mais il est victime de plus en plus de la comparaison avec son prédécesseur, et sa réputation de loser est en train de refaire surface. En gros, ça ne sent pas bon pour lui.

L'avantage du retour à domicile


Finalement, la seule « énigme » revient au Napoli. Pas forcément de blessure, mais de nombreuses retouches effectuées par Sarri. Et au final un refus de jouer. Au Madrigal, Villarreal n’a pas trop galéré à retenir les attaques de Mertens, Callejón et Gabbiadini, puisqu'il n'y en quasiment pas eu. Après avoir survolé la phase de groupes, le Napoli se met des bâtons dans les roues. L'arbitre aussi, faut-il dire, puisqu'il ne leur a pas accordé un penalty flagrant alors que le score était de 0-0. Ce qui aurait changé le match. Bref, l'alibi de la mauvaise décision arbitrale, ou même le petite passage à vide (défaite contre la Juve, nul contre le Milan) tient la route. Et puis, une défaite 1-0 à l’extérieur, cela reste aussi largement surmontable. Surtout dans un San Paolo chauffé à blanc. Le plus gros défi de Sarri sera de faire oublier à ses joueurs leur actuel mauvaise dynamique, notamment un seul but marqué lors de ses trois derniers matchs.


Trois équipes, trois cas différents, mais trois mêmes constats. Les trois favoris sont en danger et doivent tous gagner ce jeudi soir pour espérer une qualification au prochain tour. Tout en sachant que les trois ténors de cette Ligue Europa jouent leur retour à domicile. Qui, selon la coutume, est un avantage. Selon les statistiques, mais surtout pour les supporters. José Pereiro : « Nous aurons 18 joueurs très motivés, une défense en laquelle je crois, tout comme mon milieu de terrain et mon attaque. Et puis, nous avons aussi des fans... » Tout est bon à prendre pour les trois hommes de banc de Manchester, Naples et Porto. Enfin, surtout pour Louis van Gaal.

Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article


Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall
Podcast Football Recall Épisode 31: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses jeudi 21 juin Pourquoi c’est largement mieux de regarder un match AuBureau plutôt qu’au bureau ? 1 jeudi 21 juin Des bourses d'échanges Panini près de Nantes 8