Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // Marseille-Atlético
  4. // So Foot Lab

Atlético, un collectif en fin de cycle ?

L'Atlético impressionne toujours, mais quelques grains semblent s'être glissés dans la machine cette saison. Car contrairement aux dernières années où les Colchoneros avaient bâti leurs succès sur leur force collective, cette saison, ils s'en remettent surtout aux deux joueurs qui sortent du lot : Antoine Griezmann et Jan Oblak. Et comme le premier va partir cet été et que le deuxième va se faire draguer par toute l'Europe, on peut imaginer que l'Atlético va devoir se réinventer très vite.

Modififié
Tout miser sur les exploits individuels d'un ou deux joueurs pour remporter le pompon, à l'Atlético, on ne mange pas de ce pain-là. Au moins, Diego Simeone n'aura pas passé un septennat à hurler sur ses joueurs en vain, et ces derniers ont intégré ses concepts comme rarement une équipe l'aura fait. Résultat des courses, le contrat de confiance a été prolongé à l'automne dernier jusqu'en 2020, et avec le départ d'Arsène Wenger, Simeone devient l'entraîneur avec la plus grande longévité parmi les clubs qui jouent les gros bras sur la scène européenne. Surtout, avec la finale de ce soir, l'Atlético de Simeone met à son agenda une quatrième finale européenne en six ans après celle de la Ligue Europa en 2012 (remportée), et celles en Ligue des champions en 2014 et 2016 (perdues). Costaud. Mais au-delà de la régularité un peu folle des Rouge et Blanc, certains chiffres viennent semer le trouble et prouvent que ce qui était vrai hier ne l'est plus forcément aujourd'hui, à commencer par la puissance collective de la troupe madrilène.

Moins efficaces devant et derrière


Quiz : Avez-vous bien suivi la campagne de l'OM en C3 ?

Une fin de cycle, c'est d'abord une ambiance et une atmosphère dont le symbole le plus évident est le départ annoncé de Griezmann en fin de saison. Avec cet immense paradoxe : depuis qu'il est arrivé en 2014, le Français réalise un de ses plus beaux exercices offensivement (30 buts toutes compétitions confondues). Et pourtant, depuis 2014, l'Atlético réalise sa saison la plus compliquée en matière d'expected goals, et de loin. Les expected goals, ou « xG » , ce sont les probabilités de marquer un but pour chaque tir tenté ou concédé. À partir d'une analyse de plusieurs milliers de tirs similaires et en prenant en compte le type de situation, l'endroit d'où part la frappe, la partie du corps utilisée ou encore la position des défenseurs et du gardien, cet outil statistique permet de déterminer les fois où une équipe ou un joueur aurait dû marquer. En appliquant ce principe à la défense, on peut également calculer si une équipe ou un gardien aurait dû ou non prendre tel ou tel but. Sur ce graphique, on constate que les « xG pour » et les « xG contre » de l'Atlético n'ont jamais été aussi proches sur une saison qu'en 2017-2018.


L’Atlético est beaucoup moins maître de son sujet, et la courbe illustre le fait que défensivement comme offensivement, il vient de traverser sa saison la plus délicate sur les quatre derniers exercices. Plus inquiétant encore, avec 48,82 xG en 37 journées de Liga, les Colchoneros n’ont que la 10e production offensive d’Espagne, derrière des équipes comme le Celta de Vigo ou Gérone. Les choses vont mieux défensivement parlant puisque avec 34,53 xG contre, l'Atlético est la meilleure défense du pays, mais l’équipe est aussi sur sa pire marque des quatre dernières saisons (29,07 en 2014-2015 - 27,80 en 2015-2016 - 31,34 en 2016-2017).

Une efficacité toujours au top


À ce petit jeu-là, l'OM est un peu mieux loti, et après 37 journées de Ligue 1, les Marseillais assurent 79,56 xG pour et 40,72 xG contre. Ce qui ne garantit en rien la victoire, surtout quand on voit que le ratio entre les xG pour et contre de cette fin de saison est très compliqué pour les deux équipes qui terminent sur les rotules.


Cependant, inutile de juger l’Atlético uniquement à l’aune des expected Goals, car le système de jeu de Simeone mise plus sur l’efficacité que sur la quantité. C'est d'ailleurs dans ce domaine que les statistiques de l'Atlético continuent d'impressionner. C'est simple, pour 48,82 xG créés, le deuxième club de Madrid a inscrit 56 buts en Liga. Encore plus fort, pour 34,53 xG subis, il n’en a encaissé que 20. Merci Jan Oblak.

Le dernier rempart


Le bilan est net : en attaque l'Atlético semble dépendre de plus en plus de la forme de Griezmann. En défense, c'est Oblak qui fait la pluie et le beau temps. Pour 14,58 xG créés, le Français a marqué 19 buts, auxquels il faut ajouter 9 passes décisives. Ce qui fait qu'il est impliqué sur quasiment la moitié des buts de l’Atlético en Liga cette saison. De l’autre côté, Jan Oblak est sans doute le meilleur gardien du continent à l’heure actuelle et plusieurs chiffres vont dans ce sens. En effet, si la défense de l’Atlético n’a pris que 20 buts au lieu de la trentaine attendue par les xG, c’est en grande partie grâce aux exploits de son Slovène. Avec 4,56 tirs stoppés pour un but encaissé, difficile de trouver un gardien plus décisif cette saison.


Toutes compétitions confondues, Oblak tourne à plus de 85% de tirs stoppés et 55% de grosses occasions repoussées (et un temps faible au-dessus des 70% qui équivaut à des temps forts pour pas mal d’autres gardiens). Autant dire que pour marquer contre Oblak cette saison, il ne faut pas seulement se lever tôt. Il faut aussi entrer dans sa surface, puisque cette saison, seul Messi sur coup franc a pu lui mettre un but de loin. Ça tombe bien, les coups francs, Dimitri Payet en a déjà botté quelques-uns dans la lucarne...



Par Florent Toniutti et Alexandre Doskov, avec Opta
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 1 heure Le magnifique coup franc de Rooney avec DC United 1
Hier à 15:23 Rocco Siffredi prend la défense de Ronaldo 161 Hier à 12:37 Wenger est prêt à retrouver du boulot « à partir du 1er janvier 2019 » 36
Partenaires
Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom