Atlético : le Front de la haine

Issu d'une organisation de la jeunesse franquiste, le Frente Atlético vit peut-être ses dernières heures au Vicente-Calderón. L'occasion de revenir sur plus de trente années de violence, de racisme et de liens plus ou moins étroits avec la direction des Colchoneros.

Modififié
12 6
À la veille d'un derbi madrileño de mai 2005 – qui se soldera par un match aussi nul que vierge –, l'Atlético de Madrid prépare paisiblement sa 37e rencontre de la saison au Cerro del Espino, son centre d'entraînement. Au milieu de la séance, onze brutes s'invitent sur le terrain et beuglent. « Mercenaires » , « fils de pute » , « noir de merde » , « paysan, rentre dans ton village » ... Une litanie d'insultes s'abat sur les joueurs rojiblancos et horripile Miguel Baston, entraîneur des gardiens de l'époque. En guise de réponse, ses interlocuteurs lui renvoient une funèbre menace : « Tu ne vas pas vivre plus longtemps » . Le seul homme de sécurité de QG de l'Atlético ne peut rien faire, les flics arriveront eux trop tard. Désabusés, joueurs et staffs abrègent la séance de travail. Enrique Cerezo, président du club, déclare dans la foulée qu'il « est très difficile de les interdire de stade, parce qu'ensuite ils échangent entre eux leurs abonnements » . Ces onze personnes ont été reconnues comme des membres actifs du seul groupe ultra du Vicente-Calderón. Ce 20 mai 2005 est à l'image d'une partie du Frente Atlético et de son histoire : violent et ignorant.

Un relais du franquisme


Menaces toujours, Enrique Cerezo en a reçu de nouvelles dans le courant de la semaine. Après avoir officiellement reçu le rapport de police indiquant qu'une grande partie des agresseurs de Jimmy était membres du Frente Atlético, le président des Matelassiers a annoncé l'expulsion du groupe des travées du Vicente-Calderón. Au lendemain de cette décision, un membre du Frente, sous couvert d'anonymat, prend la parole sur la Quatro et avance que « cela ne va pas rester ainsi, Cerezo et Gil Marin (fils de et conseiller délégué du club, ndlr) ne savent pas contre qui ils se mettent » . À s'y méprendre, on jurerait que si. Car le Frente Atlético ne squatte pas la rubrique des faits divers pour la première fois. Les prémices du Front du Calderón remontent à 1968. Alors que l'Espagne ne connaît pas sa révolution culturelle, le « Fondo Sur » de l'antre des Colchoneros concentre les supporters les plus bruyants. En 1982, ces « militants du groupe qui ont fait partie de l'organisation phalangiste Frente de Juventudes » , dixit le site internet du collectif, créent le Frente Atlético. Inspiré du mouvement ultra italien, son appellation devait à l'origine répondre au nom de « Brigatta Rossiblanca » . Pas très nationaliste tout ça.

Cette idéologie d'extrême droite contraste avec une large partie du public du Calderón, populaire et plus à gauche. Surtout, elle rappelle l'histoire tumultueuse du fanion rojiblanco. Club fondé en 1903 par des étudiants basques, l'Atlético de Madrid subit de plein fouet les changements politiques et la guerre civile espagnole. Proche de la disparition, il doit son sauvetage en 1939 à la fusion avec l'Aviacion Nacional, club des militaires, et donc ouvertement franquiste. Plus de quatre décennies s'écoulent et Vicente-Calderón permet au courant d'extrême droite de se rassembler autour du Frente. « La direction, enchantée du projet, a offert un local dans le stade et remis 200 000 pesetas » , raconte la page web du Front. Cette connivence entre les bureaux du club et le Frente Atlético ne cesse de prendre du poids à partir de la prise en main du club par Jesus Gil y Gil. Durant le mandat du fantasque président, le groupe rassemble jusqu'à 4 000 membres. Parmi eux, une centaine est répertoriée comme le noyau dur, dangereux et ultra-politisé.

Aitor Zabaleta, Jimmy : des meurtres politiques


C'est d'ailleurs sous la présidence de Jesus Gil y Gil que la page la plus noire du Frente s'écrit. En décembre 1998, lors de la réception de la Real Sociedad, les alentours du Vicente-Calderón sont le théâtre d'un meurtre. Aitor Zabaleta, jeune supporter des Txuri-Urdin, est poignardé en plein cœur par Ricardo Guerra, néo-nazi membre du Frente, et plus particulièrement du groupuscule Bastion. Aujourd'hui encore, des chants en son honneur sont proférés par le Fondo Sur de l'antre des Matelassiers... Avec le meurtre de Jimmy par des membres du groupe, le Frente Atlético rappelle avant tout que sa raison d'être est politique plus que sportive. Et que ces assassinats sont donc politiques : celui d'Aitor Zabaleta, pour le simple fait d'être basque, et celui de Jimmy, pour appartenir à un groupe ultra ennemi et d'extrême gauche. Même s'il est « compliqué d'établir un profil unique d'un membre du Frente » , dixit Carles Viñas, docteur en histoire contemporaine de l'université de Barcelone, « il y a un noyau dur très violent » . Reste désormais à savoir si la seconde victime du Frente sera celle de trop.

Par Robin Delorme, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

j'ignorais l'existence de ce groupe ultra d'extrême droite. Ces meurtres politiques font une grosse tache sur l'image de l'Atletico. J'espère que le club réussira à se débarasser de ce groupe.
Très bon article ça permets de comprendre un peu mieux qui est ce groupuscule. D'ailleurs en parlant de ça si vous voulez rire un bon coup je vous renvois à cet article sur le hooliganisme http://www.lepoint.fr/sport/football/le … 8_1858.php
En Espagne, il restera quoi comme groupe d'extrême droite ? Yomus et les Ultras Betis ?
Oh mais ne t'inquiètes pas pour ça, les Frente Bokeron, Ultra Boys, Birgadas Blanquiazules, Blanquiverdes, et surtout les plus dangereux et les plus bruyants, les Comandos Azules de Getafe sont toujours là. C'est pas demain que l'Espagne en aura fini avec l'extrême droite.
Eomer fils d'Eomund Niveau : CFA2
Pour ne pas savoir qui sont ces ordures il faut être assez éloigné du mouvement des tribunes.

Pour les avoir croisés avec l'OM en LDC (un soir ou il y avait eu pas mal de faits divers) je confirme le côté xénophobe (pour être gentil) des mec du frente.
Les types avec des tatoo faisant hommages aux phalanges et aux ss (j'avais même vu un type avec "Arbeit macht frei" en gros dans le dos... ambiance).

Lors d'un match de ldc entre le real et l'ol ou je me trouvais en vacances a madrid j'avais été surpris de les voir copains comme cochons avec les bad gones lyonnais en mode ils squattaient la place de la victoire de l'atlhetico et se saoulaient en parlant philosophie j'imagine.

Mais comme le dit anti l'espagne a encore plus d'un groupe de emrde dans ses tribunes.
Note : 3
Message posté par Eomer fils d'Eomund
Pour ne pas savoir qui sont ces ordures il faut être assez éloigné du mouvement des tribunes.

Pour les avoir croisés avec l'OM en LDC (un soir ou il y avait eu pas mal de faits divers) je confirme le côté xénophobe (pour être gentil) des mec du frente.
Les types avec des tatoo faisant hommages aux phalanges et aux ss (j'avais même vu un type avec "Arbeit macht frei" en gros dans le dos... ambiance).

Lors d'un match de ldc entre le real et l'ol ou je me trouvais en vacances a madrid j'avais été surpris de les voir copains comme cochons avec les bad gones lyonnais en mode ils squattaient la place de la victoire de l'atlhetico et se saoulaient en parlant philosophie j'imagine.

Mais comme le dit anti l'espagne a encore plus d'un groupe de emrde dans ses tribunes.


Sérieusement, t'as été surpris de voir les Lyonnais avec les gars du Frente ?
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
12 6