1. //
  2. // 12e journée
  3. // Atlético Madrid/Málaga

Atlético : la dernière frasque de Jesús Gil

Alors que la Ligue 2 française tremble après les révélations de matchs truqués, l'Espagne se plaît à sourire des révélations de Paulo Futre. Dans la semaine, l'ancien Colchonero a expliqué que Jesús Gil, son président de l'époque, lui avait demandé de perdre face à l'Espanyol Barcelone. Une requête destinée à cajoler Luis Aragonés.

Modififié
60 2
C'était en 2003. C'était hier. Alors au milieu d'une montagne de dossiers épineux, l'Atlético se sépare de son président folklorique et omnipotent. En poste depuis 1987 et son élection suite au décès de Vicente Calderón, Jesús Gil y Gil a fait du fanion rojiblanco sa « chose » . Entre succès sportifs, magouilles administratives et problèmes judiciaires, celui qui est également l'ancien maire sulfureux de Marbella – d'où il souhaitait « virer toutes les putes » – a remis, pas toujours pour les bonnes raisons, l'Atlético au centre de l'échiquier du football espagnol. Plus de dix ans après sa mort en mai 2004, Jesús Gil refait parler de lui. En cause, une interview de Paulo Futre dans le quotidien portugais Record en date du 15 novembre : « Jesús Gil nous avait demandé de perdre face à l'Espanyol » . Une sortie médiatique qui fait jaser, mais qui est loin d'étonner en Espagne. Bien loin des magouilles entre présidents nîmois et caennais, le natif d'El Burgo de Osma, même dans l'au-delà, reste le maître incontesté des escroqueries footballistiques. Retour sur cette dernière affaire dont personne ne connaîtra jamais tous les tenants et aboutissants.

Jesús Gil à Paulo Futre : « Dis à tes coéquipiers de ne pas courir »


Au milieu de cette énième affaire à la sauce Gil, trois légendes de l'Atlético de Madrid se retrouvent : le dit Jesús Gil y Gil, Luis Aragonés et Paulo Futre. La saison 1990-91 arrive alors à son terme. Pour la dernière journée de championnat, l'Atlético de Madrid de Tomislav Ivić se déplace chez l'Espanyol de Barcelone de Luis Aragonés. Mathématiquement assurés de terminer à la seconde place de Liga, les Colchoneros n'ont plus que la Coupe du Roi comme objectif. Les Pericos, eux, se battent pour ne pas descendre à l'étage inférieur. Deux aspirations diamétralement opposées que le tout-puissant Jesús Gil y Gil va réussir à unifier... Malgré la bonne saison de son coach serbe, lui souhaite faire revenir au bercail le meilleur buteur de l'histoire du club. Pour ce, il faut se mettre d'accord avec les dirigeants barcelonais et le coach en question. La parade coule donc de source : laisser gagner l'Espanyol de Barcelone, leur offrir le maintien sur un plateau, garantir à Luis Aragonés une certaine aura et le ramener sous la guérite du Vicente-Calderón. En soi, un système d'où les trois parties sortent gagnantes.

Encore faut-il mettre les joueurs au courant de la magouille. Une magouille qu'ils n'ont d'autres choix que d'accepter. Alors ailier de l'Atlético de Madrid, le Portugais Paulo Futre s'est rappelé, samedi dernier dans les colonnes du quotidien Record, une certaine discussion avec son président : « Quand nous étions à l'hôtel, à Barcelone, le président Jesús Gil y Gil vient jusqu'à moi et me dit : "Nous ne pouvons pas gagner aujourd'hui. Dis à tes coéquipiers de ne pas courir." C'est la seule fois que quelque chose comme ça m'est arrivé. » Incapable d'agir de la sorte, le Portugais refuse. Alors, « avant le coup d'envoi, Gil y Gil est entré dans le vestiaire et a dit à l'équipe qu'elle ne pouvait pas gagner » . Un ordre des plus directs que le Serbe Tomislav Ivić a accepté sans broncher. Ainsi, sur la feuille de matchs, les noms de Paulo Futre, Juanito, Tomás et Donato n'apparaissent pas. Heureusement, un jour avant, le chef de presse de l'Atlético, Antonio Olano, avait assuré que « notre club annonce qu'il présentera à Sarrià (l'enceinte de l'époque de l'Espanyol, ndlr) la meilleure équipe possible » ...

Et Luis Aragonés signe à l'Atlético le lendemain...


« C'est un final heureux. » En conférence de presse post-match, Luis Aragonés a le sourire large. Car ô surprise, ses Perruches se sont imposées sur le score de 3-1 face à l'Atlético de Madrid. Une victoire qui permet ainsi au second club de la capitale catalane de conserver sa place parmi l'élite du football espagnol. Mais pas son entraîneur. Au lendemain de ce succès, le 10 juin 1991, l'homme aux 172 buts sous la liquette des Rojiblancos retrouve Jesús Gil y Gil dans sa municipalité. À Marbella, les deux hommes trouvent un accord – ou scellent l'accord déjà acquis avant cette dernière rencontre. Alors que le président des Matelassiers cire les bottes de son nouvel homme de banc – « Ce sont des retrouvailles heureuses. Luis est le meilleur entraîneur actuel » –, l'intéressé affirme que « les titres doivent arriver » . Ils n'attendront pas son arrivée puisque le 29 du même mois, les hommes de Tomislav Ivić remportent la Copa del Rey. Un exploit que rééditera Luis Aragonés la saison suivante en allant s'imposer contre le Real Madrid au Bernabéu grâce à un but de... Paulo Futre. Jesús Gil y Gil a toujours raison, même quand il a tort.

Par Robin Delorme, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Bah tiens, ça alors, moi qui pensait, comme une majorité des commentaires français, que seul le calcio était un championnat corrompu. Je tombe des nues (oui je me répète)
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
60 2