Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options

Astori di un grande amore

La disparition tragique de Davide Astori a fait ressortir tout ce qu'il y avait de bon dans le monde du football italien, et que l'on enfouit chaque week-end.

Modififié
Il est difficile de se replonger dans la Serie A après le drame de la semaine dernière. Le décès de Davide Astori a bouleversé l'Italie, pour de nombreuses raisons. De la façon dont il est survenu, brutal, inattendu. En plein sommeil, un moment censé être paisible. Et puis, pour qui il était. Davide Astori n'était pas un top player, mais un bon joueur. Il ne jouait pas non plus dans un top club, mais une bonne équipe. Mais il était tout ce que les Italiens aiment : un homme élégant, avec des valeurs, loyal, intelligent. C'est d'ailleurs cet aspect-là que tous ont voulu mettre en avant lors des innombrables hommages : l'homme avant le footballeur, le mari avant le défenseur, le papa avant le capitaine.

Show must stop


C'est terrible à dire, mais la disparition tragique de Davide Astori a fait ressortir tout ce qu'il y avait de bon dans le monde du football italien, et que l'on enfouit chaque week-end. Les polémiques pour un penalty non sifflé, pour une assistance vidéo mal utilisée, les indignations pour un chant irrespectueux envers une équipe rivale, les affrontements entre supporters. Tout ce qui compose un week-end de football et qui, face à la douleur du décès de l'un de ses protagonistes, s'est évaporé en l'espace d'une seconde. Pour laisser place à toutes les valeurs qui devraient faire l'essence du football : la solidarité, le respect, la passion. Lorsque les joueurs de Serie A ont appris, dimanche dernier, le décès d'Astori, tous ont eu la même réaction : tout arrêter. Impossible de jouer. Ce n'est pas le président Giovanni Malagò qui a pris la décision. Lui n'a fait que l'annoncer. Ce sont les joueurs. Tous les joueurs. De ceux de Cagliari qui l'ont côtoyé pendant six saisons à ceux de Benevento qui ne l'avaient croisé qu'une fois dans leur vie. Show must go on, d'accord, mais parfois, show must stop, aussi. Et là, il ne pouvait pas continuer.

Les larmes de Giorgio Chiellini


Le côté parfois cynique du football a alors laissé place à l'humanité. À Giorgio Chiellini qui pleure pour son ami après avoir qualifié la Juventus en Ligue des champions. À Leonardo Bonucci qui n'arrive pas à répondre à une interview parce que trop bouleversé. À Domenico Criscito qui lui dédie son but en Ligue Europa. Et surtout, à une délégation de la Juventus ovationnée par la foule florentine à son arrivée aux obsèques du joueur. De mémoire, jamais un joueur turinois n'avait été applaudi par les fans de la Fiorentina, alors une délégation entière... C'était beau, c'était émouvant. C'était juste bien. Probablement que cette union sacrée s'évaporera elle aussi à son tour et que les polémiques pour un hors-jeu non sifflé lors du prochain Juventus-Fiorentina reprendront de plus belle. Mais la disparition d'Astori a été une piqûre de rappel. Au sens premier du terme : se rappeler que les antagonismes les plus profonds ont, eux aussi, le droit de s'octroyer des trêves.

Par Éric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi Podcast Football Recall
il y a 9 heures Tex est en Russie pour la Coupe du monde ! (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 28: L'Angleterre encore à la peine, la diète de Fekir et des « blagues » japonaises Hier à 16:59 Froger vers l’USM Alger Hier à 12:15 Un supporter mexicain fait sa demande en mariage après la victoire 9 Podcast Football Recall Épisode 27 : Neymar boit la tasse, l'Allemagne KO et Thauvin à terre dimanche 17 juin Zuber égalise d'un coup de crâne pour la Suisse 3 dimanche 17 juin Le sublime but de Coutinho face à la Suisse 2