1. //
  2. // 9e journée
  3. // Sampdoria/AS Rome

AS Roma : comment se remettre d'une telle déroute ?

Mardi soir, la Roma s'est fait déboîter le caisson 7-1 par le Bayern en Champions League. Les hommes de Rudi Garcia rechaussent les crampons ce soir face à une Sampdoria encore invaincue. Comment faire pour oublier une telle correction ?

Modififié
2 1
  • En alignant (presque) la même formation

    L'avantage avec la Roma, c'est qu'il y a déjà eu un précédent. Le fameux quart de finale retour de Ligue des champions contre Manchester United en 2006/2007. Même branlée : 7-1. Cinq jours plus tard, la Roma affrontait… la Sampdoria ! Spalletti, alors entraîneur des Giallorossi, avait tout simplement décidé d'aligner la même formation que celle qui avait subi cette humiliation. C'est ce qu'ont rappelé les journalistes à Rudi Garcia hier, en conférence de presse d'avant-match. Comme toujours, le temps passant altère la réalité, la transformant petit à petit en légende urbaine. En fait, il y eut précisément trois changements dans le onze type. Voici les « héros » de Old Trafford : Doni ; Panucci, Mexès, Chivu, Cassetti ; Pizarro, De Rossi ; Mancini, Vučinić, Wilhelmsson (oui oui) ; Totti. À Rome, Tavano, Perrotta et Ferrari prirent respectivement la place de Wilhelmsson, Vučinić et Cassetti. Résultat des courses ? 4-0 face à une très bonne Sampdoria, alors classée huitième, un doublé de Totti, puis des buts de Ferrari et Panucci. Moralité : on ne change pas une équipe qui perd.

  • En changeant totalement la formation

    Et pourquoi ne pas tenter l'inverse et épargner les joueurs qui ont pris cette grosse gifle mardi ? Cela donnerait la formation suivante ce soir : Skorupski ; Somma, Calabresi, Astori, Emanuelson ; Ucan, Paredes, Florenzi ; Sanabria, Destro, Ljajić. Si vous ne connaissez pas la moitié d'entre eux, c'est tout à fait normal. En effet, l'infirmerie de Trigoria est pleine à ras bord : Strootman, Balzaretti, Castán, Keita, Maicon et Borriello s'y entassent actuellement. Rudi Garcia est très limité au niveau de ses choix et ne peut vraiment instaurer un turn-over comme il le souhaiterait. Il va donc devoir aligner un onze type quasiment identique et faire abstraction de la santé mentale de ses joueurs. On annonce ainsi trois changements par rapport à la rencontre face au Bayern. Soit, donc, la même configuration qu'il y a sept ans.

  • En abandonnant ses principes et en jouant le nul

    Dès qu'il en a l'occasion, Rudi insiste sur l'importance de pratiquer un beau football, car, par conséquent, les résultats viendront avec. État d'esprit louable, certes, mais qui peut déboucher sur des mauvaises surprises. C'est exactement ce qui s'est passé contre le Bayern en ayant voulu les défier sur cet aspect. Alors, au sortir d'un tel traumatisme, mieux vaut peut-être faire « profil bas » et chercher dans un premier temps à ne pas prendre de risques en attendant de voir comment se déroule la rencontre. La Samp de Mihajlović est un adversaire coriace et surtout invaincu. C'est la véritable surprise de ce début de saison et elle est actuellement troisième de la Serie A, à justement trois points de la Roma. Ramener un seul point de ce déplacement périlleux à Marassi n'aurait rien de scandaleux.

  • En comptant sur Massimo Ferrero

    La Roma peut compter sur un allié de choix pour la rencontre de ce soir. En effet, le néo-président de la Samp n'est autre que Massimo Ferrero. Non pas celui de la Nutella, mais le producteur de cinéma natif de Rome. Précisément du quartier de Testaccio, l'un des plus populaires de la capitale italienne et bastion reconnu des Romanisti. D'ailleurs, son style peu académique ne trompe pas, que ce soit d'un point de vue dialectique ou comportemental. Vannes graveleuses, exubérance, rites pour conjurer le mauvais sort. Un romain romanista, un vrai. Celui que l'on surnomme « Er Viperetta » (la petite vipère) a fait une entrée remarquée dans le monde du foot et a avoué sans aucun problème que le club de son cœur était l'AS Roma.

  • En jouant le « tout pour le tout »

    Avec la vieille technique de renard bien connue des adeptes de Football Manager :
    « Options ; Ajouter un nouvel entraîneur ; Nom : gdfgdgf ; Prénom : dfdsfdsf ; Club choisi : Sampdoria ; Formation ; Gardien : Djamel Mesbah ; Jouer le match. » . Bah quoi, ça peut marcher, non ?

    Par Valentin Pauluzzi
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    2 1