Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Arturo Vidal, l'homme providentiel

C'est Karl-Heinz Rummenigge qui l'a annoncé dans la journée : la Juventus Turin et le Bayern Munich sont tombés d'accord sur le transfert d'Arturo Vidal. Quatre ans après, le Chilien revient donc en Bundesliga, mais par la grande porte : celle du Rekordmeister. Ça tombe bien, il y a des choses à faire.

Modififié
Il ne reste plus que la visite médicale et la signature. Si tout se passe bien, Arturo Erasmo Vidal Pardo s'entraînera à partir de la semaine prochaine à la Säbener Strasse. Quatre ans après, le Chilien va donc revenir sur les terres de ses premiers succès. Car c'est avec le Bayer Leverkusen qu'Arturo Vidal a commencé à faire parler de lui. Après des débuts difficiles (avec six, puis dix, puis quatorze cartons jaunes lors de ses trois premières saisons en championnat avec le Werkself), celui qui est surnommé « Il Guerriero » s'est assagi, et a montré qu'il savait aussi utiliser ses pieds pour jouer au ballon. Et au terme d'une saison 2010-11 de très bonne facture (33 matchs, dix buts, neuf passes décisives en Bundesliga), il était acté que Vidal irait voir ailleurs. Un temps intéressé, le Bayern n'a pas saisi sa chance. Alors Arturo est allé voir la Vieille Dame de Turin et est allé grandir encore un peu plus. Quatre saisons plus tard, le voilà qui s'apprête à signer pour le Rekordmeister. Enfin, pourrait dire Karl-Heinz Rummenigge (même si à une époque, il avait dit son contraire, ndlr). Et si ce transfert s'est fait sans contestation possible et sans accroc, c'est sûrement dû à la présence de Michael Reschke. L'homme qui, en 2007, avait convaincu le joueur de Colo-Colo de signer à Leverkusen. L'homme qui, après 35 ans à manger, boire et dormir Bayer, a rejoint le Bayern Munich en qualité de directeur technique.

Un transfert applaudi


En Allemagne, d'aucuns se félicitent de cette transaction. « C'est un guerrier qui a d'énormes qualités de joueur. C'est un formidable transfert pour le Bayern Munich et cela va leur faire beaucoup de bien » , a déclaré Hans-Joachim Watzke, le boss de Dortmund, à la Deutsche Presse Agentur. Lothar Matthäus est lui aussi très content pour les Bavarois, et va même plus loin. « Même s'il est difficile [de comparer les générations], les parallèles entre ma manière de jouer et celle de Vidal sautent aux yeux : c'est un joueur box to box. Agressif derrière, dangereux devant le but » , a lâché le Ballon d'or 1990 dans le Bild am Sonntag. Et pour la somme que le Bayern va virer sur le compte de la Juventus, la venue d'Arturo Vidal semble presque être un cadeau. « L'indemnité peut sembler élevée (on parle de 35 millions, plus des bonus, ndlr), mais qui a suivi la carrière de Vidal et connaît le marché international ne peut avoir qu'un sourire, continue Matthäus. C'est un très joli coup de la part du Bayern, et je ne peux que les féliciter. »

L'exception dans la masse


Alors qu'il n'a même pas encore revêtu la tunique du Rekordmeister, Arturo Vidal semble déjà faire l'unanimité. Néanmoins, dans la pratique, il va falloir s'imposer. Car le Chilien débarque dans une équipe qui a déjà des joueurs comme Javi Martínez, Xabi Alonso, Thiago Alcántara, Philipp Lahm, Joshua Kimmich, Gianluca Gaudino et Pierre-Emile Højbjerg (voire David Alaba) capables d'évoluer au milieu du terrain. Certains pourront dire que cela offre encore plus d'opportunités à Pep Guardiola, d'autres diront que c'est un véritable casse-tête. Mais si Vidal vient, c'est parce qu'il est capable de faire ce que d'autres font moins bien : partir de derrière, prendre la verticale et se retrouver aux avant-postes. Bastian Schweinsteiger, aujourd'hui à United, l'a fait l'an dernier. C'est d'ailleurs dans ces moments-là (rares, certes) qu'il a été le plus en vue. Grâce à ses qualités de joueur et son tempérament de feu, Vidal est tout à fait capable d'en faire de même. Mais dans l'absolu, cette arrivée représente beaucoup plus que ça : elle montre l'envie du Bayern de reconquérir l'Europe. Car à la Säbener Strasse, les deuxièmes places (ou les demi-finales, c'est selon) ne comptent pas. Et Arturo Vidal sera sûrement de cet avis.

Par Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 28 minutes Ongenda débarque en Roumanie
Partenaires
Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi