1. //
  2. // Benfica/PSG

Artur Jorge : « Benfica a plus de qualités »

Champion en tant que joueur avec Benfica, il l'a été comme entraîneur à Paris. A 65 ans, Artur Jorge va vivre la confrontation entre plaisir et passion...

0 3
Mister, on imagine que ce soir vous allez regarder ce Benfica - PSG de Ligue Europa avec attention...


Bien sûr. J'espère que ce sera un bon match. Ce sont deux clubs spéciaux pour moi. J'ai eu la chance de travailler dans ces deux grandes équipes.

Lequel de ces deux clubs vous laisse le meilleur souvenir ?


J'ai longtemps évolué à Benfica, comme joueur et j'y ai remporté pas mal de choses comme joueur et au Paris-SG comme entraîneur. Je n''ai pas de préférence. Que le meilleur gagne.

Sur quoi peut se jouer le match, selon vous ?


Les joueurs. On a beau dire ce qu'on veut, ce sont eux qui sont sur le terrain. L'entraîneur n'est là que pour les aider. Les meilleurs joueurs sont ceux qui peuvent faire la différence. Et c'est dans les matches importants qu'on les retrouve. Aujourd'hui, Benfica en a plus que le PSG, peut-être. Peut-être qu'il a plus de qualité. Mais peut-être aussi que je me trompe.

Quelles sont les grandes différences entre ces deux équipes ?


A Benfica, il y a beaucoup de monde. Quand je suis arrivé au Paris-SG, il y avait 6 000 ou 7 000 personnes au Parc. A la Luz, ils sont 50 000 aujourd'hui alors que le titre est quasiment perdu. Benfica est un club avec une grande histoire, de nombreux trophées, en Coupe d'Europe notamment et le PSG n'en est pas encore là.

Vous avez dirigé Antoine Kombouaré au Paris-SG. Vous attendiez-vous à le voir entraîner lui aussi un jour ?


Non mais beaucoup de joueurs que j'ai connus sont devenus entraineurs. Il y a Domingos par exemple (entraîneur de Braga). Je suis très content de ça. Antoine était quelqu'un de fort, avec du caractère mais aussi très bien élevé. Et les personnes fortes ne sont pas toujours bien élevées. Il y avait devant lui deux très bons défenseurs avec Alain Roche et Ricardo. Il aurait aimé jouer plus et j'aurais aimé qu'il joue plus mais malgré ça, il a toujours été respectueux. Il y a toujours eu beaucoup d'estime entre nous. J'espère qu'il deviendra un grand entraîneur.

Vous êtes le dernier entraîneur champion de France avec Paris en 1994. Pourquoi le club galère-t-il autant depuis ?


Je ne sais pas. A vous de me le dire... Peut être que les autres clubs ont progressé et que le PSG n'a pas avancé comme il l'aurait dû. Mais c'est vrai que ça fait un bout de temps... Si cette année-là nous avons été champions, c'est tout d'abord parce que nous avions une grande équipe. Nous avions de la qualité et étions meilleurs que les autres. Et nous l'avons été tout seuls. Enfin, si, avec notre public. Malgré les critiques de la presse.

Vous avez été affectés par ces critiques ?


Non parce que chacun a ses idées mais c'est clair que personne n'a aidé le Paris-SG. Tout le monde nous tirait dessus. Et pourtant, nous avions la possibilité de continuer avec une grande équipe...



Propos recueillis par Nicolas Vilas

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Enfin la vraie coupe d'Europe avec des clubs qui sentent bons la sueur et la passion.
La champions league c'est pour les nouveaux riches.
L'élite choisie l'Europa.
Bel ITW Monsieur Vilas, Effectivement Mister Jorge rappelle qu'à Paris ce qui compte c'est d'avoir des joueurs d'exceptions sans cela il est impossible de gagner quoi que ce soit. Hormis des coupes de France et ligue en pagaille.
Benfica est plus fort sur le papier mais sait-on jamais.

GO ON Paris Saint Germain.
"Quand je suis arrivé au Paris-SG, il y avait 6 000 ou 7 000 personnes au Parc" ???
C'était déjà Leproux le président à l'époque ?
"Il manquait un sourire" dixit Bietry.

Depuis il manque des titres*


*je parle de L1 bien sûr
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Benachour : «Allez Paris»
0 3