Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Crystal Palace-Arsenal (2-3)

Arsenal se sort du piège de Crystal

Bousculés à Selhurst Park jeudi soir, les Gunners ramènent finalement trois points précieux et décrochent leur troisième succès à l'extérieur de la saison (3-2).

Modififié

Crystal Palace 2-3 Arsenal

Buts : Townsend (49e) et Tomkins (89e) pour Palace // Mustafi (25e) et Sánchez (62e, 66e) pour les Gunners.

C'était un jour de gloire, un soir pour voir Wenger grimper sur une barre de pole dance : jeudi, à Selhurst Park, l'Alsacien a donc égalé le record de matchs dirigés en Premier League par Sir Alex Ferguson (810). Chouette pour les chiffres, et alors ? Alors, ses hommes ont assuré face à un Crystal Palace qui s'est pourtant installé à table avec des envies et de l'espoir, qui a réussi à revenir dans la rencontre après la pause, mais s'est finalement incliné (2-3) grâce notamment à un doublé d'un Alexis Sánchez qui vivait peut-être là l'une de ses dernières soirées avec les Gunners.

Docteur Maboul


Parce qu'il n'existe pas de fête sans surprise, Arsène Wenger avait décidé de ressortir de sa doudoune, toujours aussi complexe à refermer, sa défense à trois, rangée depuis un déplacement foiré à Southampton (1-1) début décembre. Mieux : on a revu à Selhurst Park Calum Chambers, absent d'une feuille de match des Gunners depuis seize mois, mais surtout une équipe, une vraie. Car, rapidement, cette soirée a viré à la partie de Docteur Maboul, Jack Wilshere sortant son stéthoscope, Mesut Özil dégainant les scalpels et Alexis Sánchez dansant entre les boyaux de Crystal Palace, invaincu depuis le 5 novembre dernier, mais rapidement coupé en deux. Résultat : Arsenal a dominé, avancé avec style, multipliant les combinaisons et les variations entre les ailes d'Eagles résistants, piquants sur deux tentatives lointaines de Cabaye, puis finalement retournés avant la demi-heure de jeu sur une reprise de Mustafi au bout d'une faute de main de Speroni (0-1, 25e). Quand les Gunners jouent comme ça, il est difficile de les attraper, Roy Hodgson le savait, et sans un exploit de Speroni devant Özil (30e), plus de précision de Lacazette (35e) ou plus de lucidité du danseur allemand quelques minutes plus tard (38e), l'histoire aurait pu plus rapidement partir en vrille.

Assistance respiratoire


En réalité, elle aurait dû. Car Arsenal reste Arsenal : quatre minutes après le retour des vestiaires, Wilfried Zaha a décidé d'enfin lancer sa soirée, débutée entre les mauvais choix et le plaisir solitaire, de jouer avec la version Jack Dawson de Chambers, puis de glisser ensuite la cuillère dans le bec d'Andros Townsend (1-1, 49e). Bascule ? Bellerín a commencé à se perdre, le scénario a révélé les lacunes des Gunners, Schlupp et Loftus-Cheek se sont offert des balles de 2-1. Comme un parfait résumé de l'an XXI de l'ère Wenger, avant tout symbolisé par une fragilité mentale plombant un effectif dont la qualité technique n'est pas à remettre en cause. Réaction : la bande de Wenger a finalement traversé la tempête, a remis le pied sur le ballon, a continué de pousser sur le chariot traînant derrière Scott Dann, et Alexis Sánchez a calmé Selhurst Park peu après l'heure de jeu d'une frappe sèche (1-2, 62e) avant de s'offrir un doublé sur une ouverture brillante de Wilshere, excellent jeudi soir (1-3, 66e). Suffisant pour offrir un chouette cadeau à Arsène Wenger et pour revenir à hauteur de Tottenham, malgré la blessure en fin de match de Xhaka et dix dernières minutes d'angoisse où Tomkins a foutu des frissons aux Gunners (2-3, 89e). Victoire sous assistance respiratoire.


Crystal Palace (4-4-2) : Speroni - Kelly (Fosu-Mensah, 80e), Tomkins, Dann, Schlupp - Townsend, Milivojević, Cabaye (McArthur, 55e), Loftus-Cheek (Sako, 70e) - Benteke, Zaha. Coach : Roy Hodgson.

Arsenal (3-4-3) : Čech - Chambers, Mustafi, Koscielny - Bellerín, Xhaka (Maitland-Niles, 86e), Wilshere, Kolašinac - Özil, A. Sánchez, Lacazette (Coquelin, 75e). Coach : Arsène Wenger.


  • Résultats et classement de Premier League
    Retrouvez toute l'actualité de la Premier League

    Par Maxime Brigand
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Partenaires
    MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Olive & Tom Tsugi