En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 15 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 12e journée
  3. // Arsenal/Tottenham (5-2)

Arsenal s'offre le derby

Comme d’habitude, le derby du nord de Londres a été animé. Comme l’an dernier, Arsenal s’impose 5-2 contre Tottenham. Il n’y a pourtant pas de quoi pavoiser. Hugo Lloris, lui, a passé un très mauvais moment.

Modififié
Arsenal - Tottenham : 5-2
Buts : Mertesacker (24e), Podolski (42e), Giroud (45e), Cazorla (60 e), Walcott (90e) pour Arsenal. Adezbayor (10e) et Bale (70e) pour Tottenham.


Un gros derby, ça peut lancer une saison. Un Arsenal-Tottenham entre dans cette catégorie. C’est avec ce match l’an dernier que les Gunners avaient démarré une seconde partie de saison très satisfaisante. Harry Redknapp avait débuté son règne chez les Spurs dans la même opposition. À la vue du résultat, une victoire 5-2, on pourrait croire qu’Arsenal a enfin lancé sa saison. Oui mais non. Parce que les joueurs de Wenger ont touché le fond lors de leur premier quart d’heure. Parce qu’il a fallu une expulsion chez les Spurs pour les remettre en selle. Et encore, c’était loin d’être fameux même si Cazorla et Wilshere au milieu, c’est vraiment sexy. Bon, ils prennent trois points, déjà ça.

Le match démarre avec un but hors-jeu de William Gallas. Même si l’arbitre l’a vu, ça n’augure quand même rien de bon pour le public de l’Emirates, qui se surprend même à enchaîner les chants. À la 10e, la sanction tombe. Defoe et Adebayor, alignés pour la première fois de la saison ensemble en pointe, décident de faire le même appel. Avec l’alignement de Koscielny et les parades tout sauf fermes de Szczęsny, ça passe. Le Togolais peut marquer dans son ancienne arène. Arsenal est alors au fond du trou. Vermaelen n’est qu’une version périmée de Vertonghen dans le camp d’en face. Le milieu est inexistant alors que Giroud semble être le mec qui n’a jamais joué au foot de sa vie mais qu’on a mis là parce qu’il était grand et volontaire. Pour éviter un licenciement qui fait tache, Wenger s’en remet à l'un de ses anciens poulains. Adebayor se fait expulser dès la 17e pour un tacle aussi aérien que dangereux. À 10, Tottenham est tétanisé. Arsenal ne se libère pas beaucoup plus. Walcott par exemple se contente de courir le long de sa ligne de touche avant de centrer. En même temps, quand Mertesacker est dans la surface, ça suffit. La tête de l’Allemand parfaitement placée pour l’égalisation. Lloris encaisse.

Giroud marque encore


À côté d’un Wilshere qui veut avant tout bouffer du mollet de Spurs, Cazorla réalise qu’il a un coup à jouer. Le petit Espagnol s’essaie d’abord à la frappe de loin. Premier frisson. Il décide ensuite d’opter pour l’accélération balle au pied. La première fois, ça permet à Podolski d’exister. Dans son vrai rôle, dans la surface, dos au but avant de se retourner pour mettre une frappe moisie. 2-1. L’ancien joueur de Málaga se charge ensuite de foncer malgré les tacles dans la surface pour servir Giroud qui marque d’un tacle aux six mètres.

À 3-1 à la mi-temps, Arsenal peut gérer. Et ça, ils savent faire. Une combinaison de passes en une touche devant à l’heure de jeu permet à Cazorla d’être aussi dans la colonne buteurs. Un écart qui met surtout en lumière la faiblesse de l’arrière-garde de Tottenham. Passée à trois à la mi-temps, la défense Vertonghen-Gallas est souvent dépassée. En même temps, face à Arsenal, ce n’est peut-être pas le meilleur système. Les visiteurs réduisent tout de même le score à 20 minutes de la fin. Bale entame une course croisée, Koscielny préfère se mettre à distance pour apprécier le spectacle. Pas con dans un sens, mais la frappe entre les jambes du Gallois finit dans le but d’un Szczęsny évidemment trop court. Pour souffler, Oxlade-Chamberlain entre en fin de match. Il fait le spectacle et sert Walcott pour le 5-2. D’une frappe que Friedel aurait sûrement stoppée. Ce que les pro-Lloris passeront bien sûr sous silence. Mais pas le camp d’Arsenal, qui sait très bien que le match référence n’est pas encore arrivé.

Par Romain Canuti
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:06 Henry calme le jeu après ses propos sur Neymar 72
Hier à 12:16 Ranieri ne dirait pas non à l'Italie 18
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 08:27 267€ à gagner avec Shakhtar - Roma & CSKA Moscou 1 Hier à 07:44 BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Séville - Manchester 1 mardi 20 février Lamine Sané signe à Orlando 8