Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Arsenal-Newcastle (1-0)

Arsenal s'impose en leader

Sans proposer un football fou, Arsenal s'impose tout de même pour garder la tête de la Premier League (1-0) face à un Newcastle meilleur qu'à l'accoutumée.

Modififié

Arsenal 1-0 Newcastle

But : Koscielny (72e) pour les Gunners

C'est l'effet pervers du Boxing Day. À enchaîner les matchs, les équipes d'Angleterre commencent à être sur les rotules. À la mi-temps, il n'y avait qu'un but inscrit sur les pelouses concernées par les matchs de Premier League de 16h. Ce qui était forcément plus grave à l'Emirates qu'ailleurs. Parce que les disciples de Wenger sont censés donner le plus beau spectacle du Royaume, parce qu'ils se doivent enfin d'assumer leur étiquette de favoris. Du coup, sans stresser, les leaders se sont imposés. Comme s'imposent parfois les leaders, avec un seul but et une défense solide. Il faut savoir ce que l'on veut.

Gros milieu à Newcastle


Pour suivre la cadence infernale du Boxing Day, Arsène Wenger peut tout de même se payer le luxe de faire un choix pour son onze. Mais un seul. C'est Oxlade-Chamberlain qui débute aux dépens de Joël Campbell. L'Alsacien ne peut pas faire plus, il faut toujours se passer d'Alexis Sánchez, Arteta, Rosický, Wilshere, Cazorla, Coquelin et Welbeck. Et celui qui fut recruté avec une étiquette de prodige à Southampton en 2011 ne fait rien pour regagner une place de titulaire. Sans doute frustré de ne jamais parvenir à apporter le danger, il se rend coupable de deux grosses fautes sur les visiteurs, qui lui auraient sûrement valu une douche prématurée en France. En fait, c'est plus Newcastle, le relégable, qui s'illustre à l'Emirates. Avec Ayoze Pérez toujours aussi sympa avec ses contrôles de l'extérieur du pied et ses crochets sur le côté gauche, l'impassable Sissoko à droite, et un milieu tout en muscles avec Colback, Tioté et Wijnaldum. Du coup, quand Özil sort sa fameuse passe laser à destination de Giroud, elle est à 80 mètres du but adverse, et les Magpies ont le temps de se replacer.

Koscielny toujours décisif


Pour la reprise, les leaders du championnat prennent donc l'initiative de jouer plus haut. Ce qui n'est pas sans risques, Wijnaldum se retrouve en face à face avec Čech à la 47e, et dans la minute, c'est Mitrović qui tire au-dessus, en conclusion d'un joli mouvement collectif. Les Gunners n'y arrivent pas, à l'image d'un Giroud qui croise trop sa tête. Mais ça ne panique pas pour autant, même du côté de Wenger qui change AOC pour Campbell. À 20 minutes de la fin, comme contre Bournemouth, Arsenal fait la différence sur corner, par un de ses hommes clés, Koscielny. Au départ, c'est l'autre Français qui est cherché au niveau du point de penalty. Le 12 a le mérite d'y croire et remonte au duel avec Coloccini sur le rebond. Son ballon gagné se transforme en passe décisive, puisque son compatriote fausse compagnie à Ayoze pour ajuster le gardien de près. Arsenal libéré se remet à jouer derrière comme il sait le faire. Ça ne débouche pas sur un but, comme un gros raté de Ramsey à la fin, mais qu'importe, puisque Mitrović est encore un peu trop tendre pour la Premier League, envoyant une occasion au-dessus à dix minutes de la fin. Arsenal finit sans être trop inquiété, preuve qu'il n'est pas encore dans le rouge.


Par Romain Canuti
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 1 heure Un club normand change de maillot pour soutenir les gilets jaunes 3
il y a 2 heures Laporte : « Deschamps ne m’appelle pas pour des raisons personnelles » 73
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
il y a 8 heures Les trophées 2018 de SO FOOT !
À lire ensuite
Tristoune army