En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 13 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 6e journée
  3. // Arsenal/Chelsea

Arsenal s'est encore renouvelé

Cet été, les Gunners ont perdu deux joueurs majeurs. Arsène Wenger a recruté et renouvelé la face de son équipe. Avec toujours les mêmes principes mais quelques nouveautés. Car Arsène commence à être habitué. Et si c'était la bonne année ?

L'été 2011, Arsenal a vécu deux mois sinistres qui sonnaient comme une sorte de fin de règne pour Arsène Wenger ou alors quelque chose d'approchant, mais quelque chose de pas drôle du tout. Puis Arsenal a recruté à la va-vite le 31 août Mikel Arteta, Per Mertesacker, André Santos, et même Park Chu-Young, avant de redémarrer lentement, puis de connaître une jolie série de victoires qui lui a permis de se repositionner tout près de la partie haute du classement. Les Gunners avaient alors retrouvé ce qui faisait l'essence de cette équipe : bien jouer, régaler parfois, perdre bêtement de temps en temps et stagner à quelques points du premier, sans remporter le moindre trophée. Un match symbolise cette idée, le huitième de finale retour de Ligue des Champions contre Milan. Vainqueur 3-0, les Gunners avaient caressé de près l'exploit de l'année, auraient pu enflammer, faire rêver, mais avaient échoué. Avec le recul, après ce départ catastrophique et cette fessée monumentale reçue à Manchester, terminer troisième de la Premier League et ressortir une saison honnête était déjà une jolie réussite en soi. Mais en vrai, les Gunners auraient pu faire encore mieux.

Une histoire nouvelle, des joueurs à maturité

Cette année, l'histoire s'est répétée, et les départs de deux joueurs clés ont encore eu lieu. La relation Song-van Persie pesait lourd l'année dernière, mais la donne a été, cette fois, anticipée. Arsène Wenger n'a pas attendu les derniers instants et a investi, ou plutôt acheté. Cazorla, Podolski, et Giroud. Giroud est mis de côté parce qu'il symbolise cet Arsenal d'avant, celui qui ambitionnait de faire grandir ses joueurs. Les deux autres ont signés en étant des joueurs confirmés de 28 et 27 ans, proches du point culminant de leur carrière. L'âge moyen a augmenté et la face de l'équipe n'est aujourd'hui plus la même. Arsenal n'est plus une équipe de pré-ados. Gervinho a 25 ans, et devrait bientôt être un produit fini. Mikel Arteta connaît, à 30 ans, le point culminant tardif de sa carrière. Vermaelen et Koscielny, 26 et 27 ans, montent en puissance et n'ont jamais paru aussi forts. En espérant le retour définitif du grand Diaby, en attendant Wilshere, pour enfin stabiliser cette équipe. Arsenal n'est donc plus une équipe qui doit grandir vite, Arsenal s'est construit une nouvelle histoire avec des joueurs qui traversent leur période haute. Oui, Arsenal est désormais une équipe qui doit gagner.

Des joueurs polyvalents


Podolski, Cazorla, Gervinho, Arteta sont tous des joueurs polyvalents qui correspondent bien à l'idée de jeu envisagé par Arsène Wenger depuis plusieurs saisons. Fins techniquement, adaptés et adaptables, pouvant permuter, ils offrent une riche variété de onze de départ. Podolski peut jouer sur un côté ou en pointe. Cazorla peut joueur au milieu ou sur un côté. Gervinho a été testé avec réussite comme attaquant contre Southampton et Montpellier. « Ces nouvelles recrues vont nous aider. Je pense que nos différentes options offensives vont nous permettre de faire la différence cette saison. » explique-t-il. « Nous avons montré que nous étions une équipe forte. Nous sommes contents d'avoir pris un point après avoir été menés, mais aussi un peu déçus de ne pas avoir gagné en ayant des occasions au début et à la fin du match. Cela se jouera sur la régularité. Ce qui s'est passé aujourd'hui va renforcer nos espoirs. Je crois que nous avons une chance » , racontait Arsène Wenger après le nul contre City, signe que la confiance est de retour et les complexes derrière. Autre changement de taille, hormis Walcott et ses hésitations, on ne voit plus aucun de ces joueurs partir sous peu, avoir des rêves de grandeur, des rêves d'ailleurs. Ils sont tous à Arsenal pour s'y imposer, pour y construire une page de leur carrière, peut-être la plus belle.

Antoine Mestres
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Hier à 17:42 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04
Hier à 17:56 Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 8 Hier à 15:02 Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 25 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 11:49 Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17 mercredi 17 janvier 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 16 mercredi 17 janvier Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 7
À lire ensuite
La livre Sterling