1. //
  2. // Arsenal/FC Barcelone (2/1)

Arsenal renverse le Barça

Supérieur individuellement et collectivement, le Barça a donné la leçon à un Arsenal encore trop tendre... jusqu'à l'aube d'un dernier quart d'heure où les Gunners ont redistribué les cartes de ce huitième de finale.

Modififié
0 52
Dans un duel entre deux fanatiques des vertus de la possession de balle, l'un des deux protagonistes devait immanquablement évoluer à contre-emploi. Pour mener cette lutte capitale pour la maitrise du jeu, Arsène Wenger avait resserré son milieu, avec cinq éléments, Van Persie tenant lieu de seul véritable attaquant. Force de dissuasion du périlleux secteur offensif barcelonais ou strictes consignes de Wenger, Walcott, Fabregas et Nasri sortaient, en tout cas, de leur position intermédiaire uniquement sur les phases offensives, tandis que le duo Wilshere-Song avançait avec le frein à main.

Appliqué, Arsenal prenait le dessus sur le Barça après cinq premières minutes initiales franchement catalanes. La première occasion du match serait logiquement anglaise, avec une louche inspirée de Fabregas dosée à l'entrée de la surface qui lobait l'arrière-garde blaugrana, pour envoyer Van Persie frapper à bout portant, mais Victor Valdès repoussait (6e). Walcott flinguait ensuite une superbe opportunité de contre, trop obsédé par l'appel en profondeur du buteur hollandais pour apercevoir l'isolement de Nasri sur sa gauche.

Devant cette domination londonienne, Messi décidait alors de reculer sur l'échiquier pour aller prêter main forte à son milieu et subtiliser quelques précieux ballons. Dans son œuvre, il pouvait compter sur la complicité de Jack Wilshere, qui mettait à nu ses 19 ans sur une énorme perte de balle à quarante mètres de ses buts. Messi en profitait pour combiner avec Villa et s'envoler au duel avec Szczesny, mais son petit piqué croisé fuyait le cadre (15e). Cette occasion signait la fin de la domination anglaise et le début de l'orage barcelonais. Pas assez juste techniquement (imprécisions inhabituelles de Nasri ou Fabregas), trop hésitant dans ses relances (Song, Wilshere) ou pas assez intelligent dans l'orientation du jeu (Walcott), cet Arsenal ne pouvait maintenir son emprise sur le match.

La punition tombera à la 26e minute. Dans une position de numéro 10, Messi trouvait l'ouverture dans la défense londonienne d'une passe rasante pour Villa qui bonifiait sa première opportunité. Wenger réclamait un hors-jeu, mais le placement approximatif de Clichy rendait bien licite la position du Guaje. Pour rivaliser avec le Barça, une chasse impitoyable aux détails qui fâchent est indispensable et Arsenal était pénalisé pour ne pas savoir la mener. A la 38e minute, les Gunners manquaient même de se noyer mais le drapeau de l'arbitre assistant maintenait le suspense. Messi était encore à l'origine du péril après une percée en deux temps que Pedrito manquait de convertir avant que la puce argentine ne place sa tête plongeante, finalement invalidée.

En seconde période, le Barça confirmait bien qu'il est une version aboutie de cet Arsenal ou que les Gunners en sont encore une copie trop imparfaite. Face à la supériorité des individualités barcelonaises, les Londoniens devaient, pour s'en sortir, opposer une complicité collective sagace, compartiment dans lequel les Catalans dominaient également leurs hôtes. Le Barça ne sait pas mieux subir qu'Arsenal, mais ne perd pas, à l'inverse de son adversaire, de ballons trop bêtement. Indiscutablement homme du match, Messi échouait toutefois à donner le break aux siens, notamment à la 68e minute, où sa frappe, cette fois pas assez croisée, trouvait le petit filet.

Pour offrir de nouvelles solutions à son onze, Wenger faisait entrer Arshavin à la place de Song (68e). Désireux de congeler le tableau d'affichage, Guardiola faisait, lui, sortir David Villa pour donner davantage de poids à sa récupération avec les longues jambes de Seydou Keita. Un choix manifestement discutable, car le Barça desserrait alors son étreinte et offrait à Arsenal la possibilité d'un retour qui paraissait quasi utopique quelques minutes auparavant.

A la 78e minute, Van Persie, lancé par Clichy, profitait du manque de vigilance de Victor Valdés à son premier poteau, pour placer sa frappe dans le trou de souris (78e). Cinq minutes plus tard, l'Emirates versait dans l'hystérie suite à un contre parfait qu'Arshavin convertissait d'une frappe instantanée après une passe lumineuse de Nasri. Vainqueur sur le fil et pas vraiment logiquement, Arsenal devra cependant batailler fermement pour défendre ce petit but d'avance au Camp Nou. Un défi qui peut paraître au-dessus de ses forces. A moins que ce succès n'habite les Gunners d'une confiance inébranlable qui leur faisait défaut au coup d'envoi.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Mwahahah. Je l'avais dit. Excès de confiance et de réalisme pour le Barça avec une victoire surprenante d'Arsenal au final, c'est ça le football.
Ça se sent un tout petit peu que ça le fait chier le journaleux cette victoire d'Arsenal...
Article bien evidemment pro-Barça. C'est bizarre quand le barça se ballade en liga c'est parce qu'il est monstrueux mais quand il perd contre une équipe Anglaise c'est la faute à pas de chance. Et puis Messi, homme du match??? Faut arrêter 2 min. J'ai toujours du mal à mettre un joueur homme du match quand son équipe a perdu. Où alors SF veut dire que Messi est responsable de la défaite de son équipe? D'un autre côté quand on voit son match perso et ses (nombreux) duels ratés on peut le penser...
Boah, l'article est relativement fidèle au match. Arsenal a bien joué pendant 20 min en gros donc on peut pas trop leur faire d'éloges.

Aucun joueur d'arsenal ne peut être homme du match à mon sens. Messi trop inconstant donc c'est ou Busquets qui a régulé le jeu du Barça, ou Daniel Alves qui a jamais baissé le pieds, toujours dispo, toujours dangereux.

Sinon "Messi en profiter pour combiner avec Villa" ça sent l'article écrit à la va vite sans relecture...
c'est peut-être un commentaire de footix mais j'me lâche: ça fait du bien de voir le barça perdre!!!! (un supporter de Man U)
Messi, homme du match. La belle blague. Faut arrêter le délire là.
C'est donc ça la soi-disant plus grande equipe de tous les temps???

C'est donc ça le soi-disant plus grand joueur de tous les temps???

La double-baudruche s'est degonflee, un Messi minable, inexistant en deuxieme mi-temps (comme lors du match contre le Portugal d'ailleurs), un coaching minable de Guardiola et une equipe qui ressemble a pas grand chose devant un equipe anglaise moyenne.

Alors les Footix, ça fait mal au cul???
On peut mettre Clichy hdm aussi. Fautif sur le but du barça, il se rattrape en délivrant une merveille de passe pour RVP qui, en marquant ce but, s'évite quelques foudres de la presse pour ses ratés précédents.
Ne pas rendre un petit hommage aux qualités défensive d'Arsenal relève de la pure mauvaise foi... Z'ont été énormes, plein de sang froid, les gunners.
Je suis content qu'Arsenal ait gagné, mais bon, voir Luis Figo troller ca fait jamais plaisir.
C'est dommage on aurait bien voulue que cet article soit écrit par votre grand expert "Monsieur science infuse" Dave Appadoo, le journaleux qui nous claironnait depuis hier qu'il n' y avait rien à attendre de ce pseudo sommet vu que le Barça était largement au-dessus d'Arsenal et qu'il n'y aurait donc aucun suspens.....
C'est oublier un peu vite qu'un match de football n'est jamais joué à l'avance quelque soit la différence de niveau et c'est aussi faire preuve d'un profond mépris envers les amateurs de beau jeu et devant le football tout court.

Moi ce soir je me suis régalé devant un match magnifique avec de fabuleux joueurs sur le terrain alors qu'hier soir j'ai failli m'endormir d'ennui en 2éme mi-temps (seul le but de Crouch ma extirpé de ma somnolence). Pourtant d'après votre fameux expert pas de doutes le match qu'il ne fallait pas louper était le Milan-Tottenham particulièrement indigeste d'hier soir.....
Cette article est d'une mauvaise fois terrible. Le barca a eu 67% de possession de balle et a frappé moins de fois au but et a marqué moins de but. C'est une domination stérile et c'etait super chiant a regardé. La dérniere demi heure beaucoup moins.

Trop confiant le barca, puis Pep tactiquement il est tellement prévisible... C'est abusé... Tout les entraineurs cravache depuis 3 ans sur des schémas tactiques pour crever le FCB.
Inutile de s'attarder sur la forme de cet article assez médiocre où un seul paragraphe est dédié aux buts d'Arsenal et tout le reste à la supériorité collective et aux loupés catalans, ça n'a aucun intérêt.

Ce qui compte c'est le résultat du match, son bilan et ses conséquences. Et ces dernières sont lourdes sur beaucoup de plans car s'il y avait bien un match à ne pas foirer c'était celui de ce soir. Ça va sans aucun doute se répercuter sur la Liga et la Premier League.
Sinon evidemment que Messi est l'homme du match... de la propagande, de la desinformation et du marketing, comme d'habitude!! Alors on se reveille tout d'un coup?? Le nain hideux vous a fait bander ce soir??
Guardiola qui se la joue Mou en bétonnant son milieu avec Keita pour Villa... A jouer le 1/0 il se sont fait avoir, tant mieux le match retour ne sera que plus intéressant.
Sinon Arshavin qui de héros est pas loin de passer à zéro avec sa "tête du bras" en retrait à la dernière seconde.
bel article, vous recrutez à l équipe maintenant!
je l'attendais votre paluchade, arsenal aurait perdu sur le même score au nou camp vous auriez crié à l'exploit pareil, valdès c'est la seule faille de l'équipe, au retour il n'y aura pas de manita car le tarif en pionche c'est 4-0 a la mi-temps et après c'est passe à dix

En toute objectivité Arsenal est bien heureux de gagner ce match

l'année dernière a l'aller messi n'avait pas inscrit de but non plus au retour c'est quadruplé, et le scénario de ce match ressemble au 2/2 de mars 2010
Ah oui, Cabron 14 est chez moi ce soir, mais la il ne peut pas parler car il a la bouche pleine...
Homme du match: Wilshere. Pour résister au pressing balle au pied, faire des relances intermédiaires propres qui permettent de lancer très bien le jeu, et dans sa gestion de temps fort/temps faible, c'était presque parfait. Comme sur le deuxième but: les joueurs d'Arsenal tentent de relancer au sol mais on voit bien que chaque ballon donné était un charbon total, lui en une touche la glisse à Fabregas qui envoie ensuite parfaitement la gonfle à Nasri.

19 ans. Et je me souviens encore des mecs qui avaient bu du Haterade sur l'article qui lui était consacré. Ouais bof mon cul.
(Supporter de Man U)
Que dire de la perf dégueulasse de Fabregas! un moment, je me suis dit qu'il avait été acheté!
Si RVP s'est relaché, ça va chier au Camp Nou
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Aulas, Grand Master Clash
0 52