En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 29e journée
  3. // Arsenal/West Ham (3-0)

Arsenal presque au point avant Monaco

Avec un Giroud et un Ramsey en forme, Arsenal s'est bien préparé pour son huitième de finale retour à Monaco. Mais attention : les Gunners se regardent encore un peu trop jouer.

Modififié

Arsenal - West Ham
(3-0)

O. Giroud (46'), A. Ramsey (81'), M. Flamini (85') pour Arsenal


Arsenal s'est offert une manière de préparer au mieux son match de Ligue des champions où il faudra marquer au moins trois fois à Louis-II. Avec cette nette victoire contre West Ham (3-0), les Gunners se sont rassurés offensivement, mais se sont surtout trouvé un nouvel objectif sur cette fin de saison. Outre la Cup, il y a une deuxième place à aller ravir à Manchester City. Si le système trouvé par Wenger en décembre, avec cinq joueurs offensifs, tourne enfin à plein régime, il n'y a pas de raison de viser moins haut. Il y a même de quoi y croire pour mardi. Mais contrairement à ce que laisse penser le score, ils n'y sont pas encore. La faute à une inefficacité offensive qui inquiète, car elle est également due à une certaine nonchalance.

Walcott et Sánchez se partagent la dégustation de la feuille de match


Pour ce match, Wenger persévère avec son 4-2-3-1 très offensif. Il n'a cependant pas totalement oublié qu'il y avait une chance infime de passer contre Monaco, alors Cazorla et Welbeck, deux joueurs en forme, sont laissés au repos. En face, West Ham opte pour le même schéma, mais seul Diafra Sakho a vraiment la capacité de mettre des buts. Et encore, il part de très loin. Pour autant, si c'est un festival d'occasions pour Arsenal en première période, ça ne se traduit pas au tableau d'affichage. La faute à Walcott et Sánchez qui foirent une demi-douzaine de tentatives. Certaines sont osées, comme une volée surpuissante du Chilien au second, mais d'autres ont franchement de quoi énerver le staff des Canonniers. Notamment une reprise balancée par Walcott alors qu'Adrian était à terre. L'éternel successeur de Thierry Henry aurait pu bénéficier d'un penalty en tout début de match lorsque Giroud a prolongé une passe d'Özil d'une géniale talonnade pour le placer seul face au goal et que Collins lui arrache la jambe d'appui. Mais l'arbitre, comme les supporters, voient surtout qu'il a trop tergiversé avant de frapper. Juste avant la pause, Giroud prend les choses en main, sur un mouvement à trois avec Ramsey et Özil. Après une succession de passes entre les trois bougres, Giroud la joue perso une fois dans la surface, crochète en se servant de l'appel de Ramsey, et balance une mine dans la lucarne opposée. 1-0. Le plus dur est fait.

L'addition se corse sur la fin


Tout du moins, c'est ce que pousse à dire la logique, avec une équipe de West Ham qui va devoir se découvrir. Mais ce n'est pas forcément une bonne chose pour les joueurs d'Arsenal qui se regardent parfois un peu trop jouer. C'était le cas à Tottenham notamment où ils s'étaient finalement fait renverser. C'est de nouveau le cas. Mais heureusement pour eux, Downing n'est pas Harry Kane. Il a une balle d'égalisation, il la tape avec ses deux tibias. Bien plus à l'aise techniquement, Arsenal tombe dans ses travers, ceux qui font rire ses détracteurs depuis maintenant des années : des actions où les passes se multiplient, où l'on passe d'un côté à l'autre même dans la surface adverse, mais où ça ne frappe quasiment jamais. Au milieu de tout cet agacement se trouve encore Mezut Özil. Le meneur allemand joue beaucoup trop facile, gâchant une bonne percée de Chambers. Et pour s'éviter une mauvaise surprise, les Gunners s'en remettent une nouvelle fois à Giroud à 10 minutes de la fin. Le Français sollicite Ramsey pour un double une-deux, le Gallois conclut d'une frappe en force. Derrière, forcément, c'est plus simple, et sur un mouvement comme seuls eux savent en produire, Cazorla sert Flamini, seul au second, pour marquer le coup de son retour de blessure. Deux entrants, qui ont permis à tout le monde de ne pas trop se dépenser. Le coup parfait.

⇒ Résultats et classement de Premier League

Par Romain Canuti
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 6 heures La double fracture de McCarthy 2 il y a 6 heures Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 il y a 7 heures Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9