Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 6e journée
  3. // Arsenal/Chelsea (1-2)

Arsenal plombé par ses Français

Même si Arsenal a dominé une équipe de Chelsea bien décidé à ne jouer qu'en contre, les Gunners s'inclinent suite à deux boulettes de Laurent Koscielny. Diaby et Giroud n'ont pas été non plus à la fête.

Modififié
Arsenal/Chelsea : 1-2 Buts : Gervinho pour Arsenal. Torres et Koscielny (csc) pour Chelsea

Arsène Wenger a toujours managé ses équipes de la même manière : priorité aux hommes en forme. Après son match à Manchester City, il a donc décidé de remettre Laurent Koscielny, laissant Per Mertesacker sur le banc. Une grosse erreur, serait-on tenté de dire après coup, puisque le Français a quand même coûté deux buts à son équipe. À part ça, même si les Gunners ont montré de bonnes intentions, le désespoir était de mise. Parce que, quand Chelsea se met à défendre, la mission devient quasiment impossible.

La blessure de Diaby

La compo d'Arsène Wenger a pourtant de la gueule au coup d'envoi. Arteta – Diaby – Cazorla au milieu, avec Ramsey côté droit. Gervinho occupe son nouveau poste, dans l'axe, laissant Podolski dans le couloir gauche. Du côté de Chelsea, Lampard est enfin relégué sur le banc. Ramires descend à hauteur d'Obi Mikel, laissant Mata jouer avec Oscar et Hazard derrière Torres. Les ouailles de Wenger commencent par prendre le ballon, sans vraiment créer le danger. Cazorla tente sa chance de loin, Diaby aussi, mais sur le coup, le Français se blesse. On est au quart d'heure de jeu. Et pour que le tableau soit bien noir, Torres ouvre le score sur un coup franc de Mata dans la foulée. Défensivement, c'était le désert : David Luiz était seul au six mètres pour placer sa tête, mais c'est finalement Torres au second poteau qui marque, se jouant facilement du marquage très gentillet de Koscielny.

Arsenal s'en tire presque bien lorsqu'une minute plus tard, Torres oublie la balle lors de sa conduite dans la surface adverse en face à face avec le gardien. La parenthèse met du temps à se refermer. Surtout qu'offensivement, les Canonniers ne proposent que des centres en hauteur, du petit lait pour John Terry, qui se moque alors bien de se faire conspuer par l'Emirates. Mais l'entrant Oxlade-Chamberlain va changer la donne en jouant à ras de terre. Et Gervinho profite de son service pour mettre une mine après contrôle sublime. Arsenal est galvanisé par cette égalisation et se rue sur le but adverse. La mi-temps ne les arrête pas, ils continuent sur ce rythme. Il y a de quoi y croire, d'autant plus que Podolski se réveille.


La boulette de Koscielny

Mais Chelsea va reprendre l'avantage sur un nouveau coup franc de Mata avant l'heure de jeu. Cette fois-ci, même pas besoin de Torres, c'est bien enroulé, et Koscielny sème tout seul le trouble en déviant la balle du tibia dans ses filets. 1-2. Pas de quoi décourager pour autant l'équipe qui joue à domicile avec quatre grosses occases. Podolski met d'abord une belle tête croisée, Giroud ensuite s'essaie au centre-tir. Mais sur les deux, Čech montre qu'il est encore un gardien de classe mondiale, surtout qu'il a le soleil dans les yeux, et que son casque n'y peut rien... Pour la troisième, c'est Koscielny qui veut aller se racheter, comme la semaine d'avant contre City, mais là, ça fait poteau. Et pour finir, c'est Giroud, toujours aussi maladroit, qui trouve le petit filet après avoir contourné Petr Čech dans la surface. Et si les Français et Arsenal, c'était bientôt de l'histoire ancienne ?


Par Mario Durante
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall
Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25
À lire ensuite
Lyon tient son milieu