1. //
  2. // 13e journée
  3. // Aston Villa/Arsenal (0-0)

Neutralisée sans mal par une équipe d'Aston Villa qui vise avant tout le maintien (0-0), Arsenal inquiète. Il faut dire que son compartiment offensif est vraiment léger.

Modififié
0 15
Aston Villa - Arsenal : 0-0

Un jour, les fans d'Arsenal seront sommés de s'expliquer. De passer aux aveux. De concéder que oui, en ces temps moroses, ils ont trouvé un moyen de moquer leur équipe et de montrer que, s'ils sont toujours derrière elle, ils ne sont pas dupes. Ils sortent en effet leur chant sur Giroud à chaque action du Français. Presque à chaque ballon touché. OK, les Beatles c'est sympa. Mais ça sent quand même bon l'ironie. Pas que l'ancien Montpelliérain soit le plus mauvais joueur de l'équipe, loin de là. Mais il incarne avant tout le mal-être de cette équipe d'Arsenal. Volontaire mais maladroit. Inexpérimenté, mal entouré. Avec ses copains, il repart de Birmingham avec un point, conséquence d'un triste 0-0.

Aston Villa vraiment moyen

Fort de ses dix matchs sans défaite en championnat après un match de Ligue des champions, Arsène Wenger décide de faire tourner au départ. Pas de Vermaelen, pas de Sagna, pas de Wilshere, tous trois sur le banc. En même temps, en face, c'est Aston Villa, une équipe qui est loin d'avoir les moyens de l'époque O'Neill, avec Young, Barry and co, qui mettaient régulièrement les Londoniens en échec. Ne reste qu'Agbonlahor. Il y a aussi Benteke, un attaquant de surface belge dont on dit le plus grand bien. Autant ne pas attendre pour casser la hype : Villa Park n'est pas près d'oublier John Carew. Pire, personne sur le terrain ne fait mieux. Pas technique, même pas physique, la première période est très dure. Ramsey et Oxlade-Chamberlain ont eu une occase sur une frappe au but et un attroupement sur la ligne digne d'une fin de 5x5 en salle. C'est tout. Arsenal peut se rassurer en se disant qu'ils ont évité le traquenard, avec deux coups francs dangereux consécutifs conclus par un but hors-jeu, heureusement signalé par l'arbitre. En seconde, même si la pluie ne s'arrête pas, il y aura la place de dérouler.

Arsenal pas mieux

Et comme promis, les Canonniers confisquent le ballon en seconde. Mais il y a toujours un mauve motivé sur le porteur. En d'autres temps, ça n'aurait pas posé tant de problèmes que cela à Arsenal, capable de faire la différence techniquement. Sauf que maintenant, les Gunners en sont réduits à se dire que c'est un bon point de pris, arguant qu'Aston Villa a trouvé la barre à la 75e sur une frappe aux 30 mètres d'Holman. Oxlade-Chamberlain arrive tout de même à débouler deux trois fois dans son couloir, mais derrière ça ne suit pas. Cazorla voit le cadre se dérober sur une belle frappe à l'heure de jeu, Podolski a toujours autant de mal en Premier League, alors que les entrées d'Arshavin et Gervinho n'ont rien apporté. Puis il y a Giroud. Une frappe toute pourrie à l'heure de jeu, le ballon manqué à cinq minutes du terme sur un service en retrait dans la surface de Gibbs. Au moins, ça permet aux supporters de chanter…

Par Romain Canuti
Modifié

Le retour du Boring arsenal !!!
Dur dur
Apparement il y a une cabale anti arsene chez les britons
0 15