1. //
  2. // Tottenham / Arsenal (3-3)

Arsenal, maître du déjà-vu

On aurait pu se douter du scénario, surtout contre Tottenham : défenses en bois contre attaques à tout-va, et à la fin, Arsenal qui ne gagne pas malgré une avance de +2 au score. Le titre s'éloigne définitivement et la deuxième place passe dans les mains de Chelsea.

Modififié
0 13
Comme au match aller, les Gunners n'avaient visiblement pas assez de deux buts d'avance pour sécuriser une victoire qui leur aurait offert un mince espoir de parler titre pour cette fin de saison.



Et c'est bien dommage, car ce soir, Arsenal a su se montrer bien plus inspiré offensivement que contre Liverpool - pourtant avec Wilshere sur le banc au coup d'envoi (Diaby et Song dans l'axe) - avec un Fabregas en 10 enfin précis dans ses ouvertures, comme sur le premier but du trop rapide Walcott et avec un Nasri de retour dans le rayon des buteurs (frappe à l'entrée de la surface, 2-1). Bien dommage aussi car ce Tottenham-là a certes mis du rythme dans la rencontre, avait du punch, a « challengé » , a certes encore prouvé qu'il était un exemple de mental – tout au moins, face à une équipe du calibre d'Arsenal – mais il aura surtout donné l'impression de renier trop souvent, notamment en première période, une de ses principales forces : étirer le jeu sur la largeur pour ouvrir sur les deux ailes, user les latéraux. Cela était dû sans doute au choix tactique de Redknapp : un 442 avec Van der Vaart en ailier droit, et non Lennon, sur le banc, et les deux tiges Crouch et Pavlyuchenko en pointes. Et comme le Hollandais n'est pas franchement homme à occuper un flanc, Tottenham ne s'en remettait à droite qu'au bon vouloir de Corluka, remplacé à la pause par Kaboul, pas franchement l'homme de couloir idéal. Et à gauche alors, Gareth Bale, c'est du poulet ? C'est officiellement le meilleur joueur de Premier League paraît-il depuis dimanche soir, non ? Le Gallois a fait quarante-cinq minutes seulement, rentré prématurément au vestiaire avant la pause, après une cartouche monumentale mais « légale » de Szczesny. Bale n'aura même pas eu le temps de voir la reprise de volée parfaite, pure, laser d'Huddlestone des vingt-cinq mètres (2-3). Il aura juste permis l'entrée en jeu de Lennon, poison par ses appels et décisif sur le duel face au portier polonais provoquant le pénalty égalisateur de Van der Vaart (3-3). Il y avait donc comme un déséquilibre chez ces Spurs bien trop penchés à gauche.



C'est bien dommage toujours car Gomes et Gallas avaient décidé de faire deux petits cadeaux à Arsenal : une parade ridiculement savonnée du Brésilien sur un but de Van Persie en seconde période - but refusé pour un hors-jeu inexistant - et un contrôle poitrine très approximatif du Français sur la réalisation, validée par l'arbitre cette fois-ci, de RVP (40', 1-3). Et c'est bien dommage enfin car l'arbitre s'était globalement montré plutôt clément avec l'équipe d'Arsène Wenger (qui ne retiendra sans doute que le but retiré à Van Persie), laissant de façon incompréhensible Diaby sur le terrain, coupable, en première période d'un tacle force rouge sur Modric, pas veinard ce soir puisque Song et Djourou y sont aussi allés de leurs chatouilles sur les chevilles et l'arbitre lui oubliera un penalty.



Mais, voilà, on ne se refait pas comme ça, en un claquement de doigts, chez les Gunners, qui n'auront profité de ces deux buts d'avance que durant quatre minutes, qui ont passé les vingt dernières de la rencontre à serrer les fesses devant les déferlantes des Spurs, qui, s'ils n'ont pas fourni autant de centres qu'à l'habitude, ne se sont pas fait prier pour s'engouffrer dans les espaces entre les défenseurs latéraux et les centraux. Szczesny, maladroit dans sa sortie pleine surface sur Lennon, sauvera même le strict minimum en fin de rencontre, à savoir le point du match nul. Non, Arsenal n'ira pas jusqu'à laisser la victoire aux Spurs dans les derniers instants, pas comme à l'Emirates. Mais, quand il sera temps de faire le bilan de cette saison 2011, les protégés d'Arsène n'auront pas à chercher trop loin les sept points les séparant ce soir du leader Manchester United : un mental indigne d'un prétendant au titre, les nuls improbables à Newcastle, contre Liverpool, ainsi que cette double confrontation face aux Spurs.



Ce mercredi soir, un dernier coup de pelle est même venu leur taper le crâne : Chelsea, annoncé mort en début d'année, est le nouveau dauphin des Red Devils, grâce à sa victoire contre Birmingham (3-1).



Tottenham / Arsenal : 3-3

Buteurs : Van der Vaart (7', 70' sp) et Huddlestone (44') pour les Spurs ; Walcott (5'), Nasri (12') et Van Persie (40') pour les Gunners



Ronan BOSCHER

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Nan mais franchement ils font exprès ? C'est pas possible autrement. Ou les joueurs cherchent à virer Wenger.
Au moins, ce match là à permis de voir un peu de beau foot pendant la première mi temps Real/barça qui n'était pas terrible ^^
j'aimerai connaitre l'explication de Wenger sur les finish de manchester et sur ceux d'arsenal...soit il est aveugle soit il s'enferme volontairement dans sa politique

Wenger s'est-il coaché des joueurs de caractère?
Wenger sait-il encore gagner un titre? (Poulidor si tu nous entend démaraboute le)
Wenger arrive-t-il à la même conclusion que tout le monde: manque de cadres & de caractères?
Veut-il absolument triompher avec ses enfants envers & contre tous?

ça devient affligeant, bientôt on aura le top 10 des matchs ou arsenal gagnait par 2 but d'écart sans prendre 3 points, limite sur cette saison ils viennent d'établir un record de la remontada inversée
Et en plus de tout ça, il ne montre jamais le bon exemple à ses joueurs : au lieu de les remettre en cause sur leur manque de concentration en fin de match, et de se remettre en cause lui-même sur ses choix parfois mauvais, il préfère tout mettre sur le dos de l'arbitrage ... Il a bon dos 5 min, à la longue ça devient lourd !
Arsenal, surtout maître du tout perdu! je suis un fan des gunners et ca commence à devenir lamentable!

Wenger est/était un bon entraîneur mais il n'a plus les c*uilles pour mener cette équipe vers un titre! Autant je respecte son projet de faire jouer des jeunes + tout ce qu'il a fait pour le club autant ses capacités à diriger un groupe me laisse perplexe. Il y a quelques années il en était capable (la saison des invincibles) mais ce n'est plus d'actualité. Selon moi il a fait son temps.

Des qu'il y a un peu de tension les joueurs se liquéfient et Wenger bien plus encore. Il suffit de voir comment ils ont joué contre Birmingham en finale de la coupe de la ligue! Aucun fond de jeu, aucune hargne dans leur yeux et c'est pas Wenger, qui se pose en victime permanente qui va gueuler pour les remotiver! Wenger n'a plus la force mentale pour ce genre de défi.

Et niveau effectif il a quelques rater depuis quelques années: Rosicky, les gardiens, Denilson, Diaby, bentner etc. Ce sont de bons joueurs mais n'ont pas le niveau , ce sont des deuxiémes couteaux et pour certains, ils sont juste bon pour la réserve. Il manque des joueurs de la trempe d'un Kuyt ou d'un Puyol ou même un joey Barton mais les meilleurs techniquement mais qui sont capable de gueuler
L'attitude de M. Wenger sur la photo de l'article semble assez bien synthétiser vos analyses ainsi que le sentiment général à propos des Gunners.

Ca fait iech tout ça mais je préfère me cacher le visage et ne pas regarder la vérité en face.
Bon ben là je crois que c'est clair, si Wenger ne change pas plein de choses dans son équipe à l'intersaison et ne se met pas à gueuler et à punir, il faudra tout simplement le foutre dehors.

Les critiques sont trop unanimes et sont les mêmes depuis trop longtemps pour être infondées. Surtout que la seule chose qui permettait de relativiser était l'age et que ça commence à plus tenir debout.

Et puis franchement avec le recul quand on regarde les joueurs qu'il a laissé partir, on se dit que c'est justement ceux dont le mental bien que désagréable aurait pu apporter à l'équipe l'état d'esprit manquant. Bref il est doublement responsable de la situation.
Bien que je défende souvent Arsène Wenger sur ce forum, l'honnêteté me pousse à abonder dans le même sens que la plupart des commentaires.

L'équipe joue bien, a une identités de jeu, et le coach sait faire les bons choix tactiques. Mais pourquoi n'y a t il personne pour gueuler quand les joueurs se déconcentrent? Pour envoyer une chaussure à la figure de Fabregas ou RVP un fois de temps en temps.

Peut être un joueur moins doué techniquement mais avec du charisme.

Le problème c'est que ce rôle Thierry Henry n'était pas capable de l'assumer, il voulait continuer à être celui pour qui l'équipe joue. Gallas n'a pas pu se faire respecter des jeunes comme Nasri. Eboué est trop gentil. Silvestre, Sol Campbell? pffff

Une éventuelle recrue (Seedorf? Van Bommel?, Xabi Alonso? Forlan?, Lissandro?...) mettrait du temps avant d'avoir la légitimité nécessaire. Alors personnellement à moins de faire revenir Pat Vieira ou Kolo Touré, je vois pas...
@Samuel: Le problème c'est qu'il suffit pas d'avoir le bon mental, faut aussi être bon, bien intégré et charismatique. Déjà c'est chaud. Nasri par exemple, on peut pas lui enlever son mental de gagneur mais il sera surement jamais un leader.

En fait la question que je me pose, c'est: Est-ce que si un tel joueur se retrouvait à Arsenal, il s'embrouillerait pas direct avec Wenger et les mous qui veulent pas qu'on leur gueule dessus et se retrouverait direct ailleurs?
Je ne vois que des critiques sur Wenger, mais êtes vous sûr qu'il soit le seul responsable ?
Il n'y a aucun entraîneur en Europe qui a son talent pour trouver et former les futurs talents de demain.
Après, sur le terrain, c'est encore un des rares à donner un vrai style de jeu à son équipe.
Le problème ne viendrait-il pas des joueurs qui connaissent la réputation de formateur du club et qui s'en servent pour lancer leurs carrières de mercenaires ?
Je dis ça en regardant un joueur comme Wilshere. Il est un des seuls à avoir déclaré sa flamme pour Arsenal et sur le terrain c'est également le seul qui semble ne jamais vouloir lâcher. Ce n'est pas le cas d'autres joueurs comme RVP ou Fabregas qui ne pensent qu'à pouvoir se barrer un jour.
L'erreur de Wenger ne serait-elle pas plutôt de ne pas vouloir laisser partir les vieux -ces pseudos cadres- pour essayer de reconstruire l'équipe autour de jeunes motivés et d'un ou deux piliers de Premier League sous-côtés à la Barton, pour durcir l'équipe ?
Avec ces quelques changements l'équipe pourrait vite changer de visage je pense ...
SuperPippo le clairvoyant, je te suis! Le cadre qui sortira du groupe s'appelle Jack comme le dit la prophétie.

Par contre, je comprend la difficulté qu'a Wenger à lâcher ses cadres qui à l'entraînement (et souvent en match) le font rêver. Il se dit surement qu'il est plus proche de la solution en les laissant mûrir (en pensant "cette année c'est la bonne") qu'en modifiant profondément son équipe.

Je ne sais trop quoi penser même si je soutiens clairement Wenger (beau jeu et bons résultats par rapport aux investissements consentis) mais en tout cas, je reste confiant pour l'avenir. Je crois vraiment en ce petit Wilshere!
Ramsey aussi pourrait être pas mal d'ici un ou deux ans. Je sais qu'il n'y en a que pour Wilshere mais bon...
En tout cas, ca fait visiblement chier Wenger...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 13