Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Arsenal, l’éternel recommencement

En retrait sur le marché des transferts, les Gunners ont pourtant besoin de grands noms pour revenir sur le devant de la scène. Mais comme chaque été, Wenger ne souhaite pas faire de folie. Ce qui n’est pas près d’attirer les top players.

Modififié
« Je ne préfère pas donner de noms parce qu’après, si on ne parvient pas à les recruter, les gens vous demandent ce que vous avez fait de mal. Nous sommes actifs, très actifs, chaque jour, et ce n’est pas fini. Le marché des transferts ferme le 31 août. Vous savez que beaucoup de choses se passent lors de la dernière semaine, donc il reste encore du temps. Mais je vous rassure, nous sommes actifs et nous travaillons sur nos pistes. » Le refrain a tellement été emprunté qu’on ne saurait dire de quand datent ces propos. 2013 ? 2015 ? En réalité, ils sont sortis de la bouche d’Arsène Wenger il y a quelques jours. Comme chaque été, lorsque les supporters commencent à grogner. Et comme d’habitude, l’Alsacien ne rassure personne. Sauf peut-être ses adversaires, qui y voient sûrement un aveu de faiblesse.

Xhaka, star du mercato


Car à l’heure où Arsenal concentre ses arguments pour faire signer Riyad Mahrez, l’effectif n’a pas énormément bougé. Pas suffisamment, en tout cas, pour espérer davantage qu’un top 4. On oubliera les achats des quasi inconnus Takuma Asano et Rob Holding ou les retours de prêt de Mathieu Debuchy, Wojciech Szczęsny, Carl Jenkinson et Yaya Sanogo. Seul Granit Xhaka, unique arrivée qui peut postuler une place de titulaire, représente un apport potentiel pour l’équipe. Acheté 45 millions d’euros, le Suisse de 23 ans représente l’avenir, mais va devoir s’adapter aux joutes anglaises, lui qui a grandi en Bundesliga. Bref, le mercato 2015-2016 des Gunners est, une nouvelle fois, bien décevant pour le moment.


Le pire, c'est que le constat se répète à chaque fois : trop frileux, trop radin, Tonton Arsène – accompagné de sa clique – réfléchit, tâtonne, patiente, discute, recule, revient, questionne. Résultat ? Les véritables transferts, ceux que les fans réclament, ne viennent pas. La saison dernière est un bon exemple : en dehors de Petr Čech, le club de Londres ne s’était absolument pas renforcé. Et quand bien même Wenger décide de passer à l’attaque, quelques problèmes se posent. D’abord, les recrues arrivent tardivement, ce qui foire un peu la préparation. Visiblement, l’entraîneur français s’en cogne. Après tout, si c’est sa manière de travailler, pourquoi pas.

Des recrues mal ciblées


Ce qui est plus regrettable, c’est que même si Arsenal se montre dynamique sur le marché, il ne parvient pas à cibler et choper ce dont il a besoin. À savoir des patrons, des vrais. Oui, les Gunners ont lâché 50 millions pour Mesut Özil et 38 pour Alexis Sánchez. Oui, il s’agit de gros poissons. Mais non, ce ne sont pas des leaders nés, capables d’amener une team au sommet national ou européen. Or, depuis que le départ de Patrick Vieira, Thierry Henry, Dennis Bergkamp ou Sol Campbell, les Canonniers manquent terriblement de ce genre de profils. Un mélange de talent et de grande gueule. Un mec qui peut mettre trente buts dans une saison, qui fait peur dans l’entrejeu ou qui en impose en défense tout en sachant aller influencer l’arbitre avec des coups de pression intelligents.


Alors, quand Wenger déclare que « si nous trouvons les bons candidats, alors nous mettrons une grosse somme, mais nous avons déjà beaucoup dépensé  » , les habitués de l’Emirates doivent avoir la juste impression d’être pris pour des cons. Au moment où Manchester United s’apprête à balancer 120 millions pour Paul Pogba, qu’Higuaín va rejoindre la Juve pour 90 patates, Arsenal parle de 50 millions pour Alexandre Lacazette et de 40 pour Mahrez. Pas des seconds couteaux, mais pas les guides recherchés non plus.

Qui veut d'Arsenal ?


Dès lors, la question se pose : Si MU, cinquième du championnat d’Angleterre et non qualifié pour la C1, peut se permettre d’établir un record de prix, qu’attend Arsenal, dauphin de Premier League, pour envoyer du 70 millions sur Leonardo Bonucci, du 60 sur Toni Kroos, du 50 sur Arthuro Vidal, du 80 pour Marco Verratti ou Thiago Silva ? Pourquoi ne pas avoir tenté Zlatan ? Ces dernières années, pourquoi ne pas avoir craqué et offert 80 pour Luis Suárez quand il était à Liverpool ou 40 à City pour Carlos Tévez ? Si les Gunners veulent récupérer le trophée de PL ou retrouver la finale de LDC, il semble bien que le chéquier soit le seul moyen efficace.


Problème : à force de se tourner vers des éléments jeunes, bons mais qui ne sont pas de véritables gagnants, Wenger a perdu en titres et en crédibilité. Depuis quelques années, Arsenal n’a plus l’étiquette du mastodonte européen, à la différence de United, City ou Chelsea (qui ont pourtant obtenu des résultats moindres dernièrement). Et ça, les top players le ressentent. Est-ce envisageable que l’un des grands noms cités ait envie de rejoindre les Canonniers, sachant que même Jamie Vardy a refusé leur proposition ? Pour trouver la réponse, Wenger devrait déjà commencer par se la poser.

Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 13:11 Euro Millions : 45 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti ce mardi
il y a 2 heures Famara Diedhiou suspendu pour avoir craché sur un adversaire 8 il y a 3 heures La liste des 23 de la Croatie pour le Mondial 2018 (via Facebook SO FOOT) il y a 3 heures La liste des 23 de l'Argentine pour la Mondial 2018 (via Facebook SO FOOT) il y a 3 heures La liste des 23 de l'Espagne pour la Mondial 2018 (via Facebook SO FOOT) il y a 4 heures L'attaquant anglais Grant Holt se met au catch 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
il y a 5 heures Huesca promu en Liga pour la première fois de son histoire 13 Hier à 16:35 Nainggolan prend sa retraite internationale 95