Advertisement
Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Arsenal-Tottenham (1-1)

Arsenal et Tottenham inséparables

Au bout d'un match équilibré et ouvert, Arsenal et Tottenham se sont quittés dimanche après-midi sur un nul logique (1-1). Kane a répondu à une erreur de Wimmer, et Liverpool a, à son tour, l'occasion de prendre la tête.

Modififié

Arsenal FC 1-1 Tottenham Hotspur FC

Buts : Wimmer (42e, CSC) pour Arsenal // Kane (51e, s.p.) pour Tottenham

Au fond, cela ne pouvait se terminer que comme ça. Ils se détestent, mais semblent de plus en plus inséparables. Cela avait déjà été le cas la saison dernière, à deux reprises, mais cette fois encore, Arsenal et Tottenham se sont regardés dans les yeux sans pouvoir bomber le torse avec le totem de roi du North London derby. Chacun a eu sa période, chacun a touché des montants, chacun s'est fait peur et a cru pouvoir gratter un peu plus qu'un point. Mais non, Kane a répondu à l'erreur du malheureux Kevin Wimmer, et voilà les ennemis obligés de regarder Chelsea prendre un peu d'avance et Liverpool en position de prendre la tête le temps de la trêve internationale.

Wimmer, la première et la chute


Oublier. Mauricio Pochettino ne pense qu’à ça depuis des mois, quelques semaines et encore ces derniers jours. Oublier la fin de saison dernière où Arsenal était finalement passé devant ses Spurs sur le fil d’un final terrible. Oublier une série en cours de six matchs consécutifs sans la moindre victoire, le moindre sourire, et ce, malgré le statut de seule équipe invaincue de Premier League après dix journées. Mais aussi, oublier ce nouveau dérapage européen cette semaine à Wembley contre le Bayer Leverkusen dans ce qui ressemblait à la plus mauvaise copie rendue sous Pochettino. Alors, pour ça, le coach argentin de Tottenham a débarqué à l’Emirates avec une tactique retravaillée, mais surtout sa gâchette Harry Kane, absent depuis le 18 septembre dernier. Pourquoi ? Car Tottenham arrive chez son rival sans certaines bases (Alderweireld, Alli, Lamela), mais également sans Moussa Sissoko, suspendu après son coup de coude à Harry Arter contre Bournemouth. Résultat : Kevin Wimmer est titulaire pour la première fois de la saison et les Spurs se balancent à trois derrière. Côté Arsenal, Wenger joue la continuité d’un groupe qui n’a plus perdu depuis quinze matchs toutes compétitions confondues et qui enregistre les retours de Walcott, Bellerín et Monreal. Giroud, lui, retrouve le banc.

Et l’expérimentation de Pochettino sonne au départ comme une excellente réussite. Tottenham est en place face à un Arsenal timide, sans mouvement et largement bougé au milieu, alors qu’Eriksen régale. Mustafi se fait même dépasser facilement par Son, mais Kane est trop court. Ce sera l’une des seules erreurs de la rencontre du défenseur allemand qui a posé une performance solide dimanche après-midi après un premier quart d’heure compliqué, à l’image d’une couverture très moyenne devant Eriksen. Puis Tottenham laisse passer sa chance de bousculer les prévisions sur une tête de Kane qui passe juste à côté du but de Čech. Comme une dernière baffe pour se réveiller. Alors, les Gunners allument la machine, Alexis Sánchez gratte ses premiers espaces de la journée, balance d’abord une première frappe largement au-dessus avant de prolonger un mouvement initié par Özil et fini sans force par Iwobi dans les bras de Lloris. Voilà Arsenal dans son match, ce dernier quart d’heure de première mi-temps est le sien : Walcott fracasse la barre, vient ensuite rire au visage de Vertonghen, et Wenger peut se lever. Sur un coup franc parfait, Özil dépose le ballon sur la tête de Kevin Wimmer, malheureux buteur contre son camp (1-0, 42e), alors que deux joueurs d’Arsenal étaient hors jeu. Au bout de la tension.

Les cartouches perdues


Pochettino sait son onze bousculé, marche derrière sa ligne et tente de trouver des solutions. Walker, touché en première période, est resté sur la pelouse et ne sortira qu'à dix minutes de la fin, alors les réponses vont venir toutes seules. Car dès la reprise, Tottenham reprend le contrôle et équilibre le débat avec, au cœur de la problématique, Laurent Koscielny. Sur la première accélération des Spurs, Son cale d’abord un petit pont au capitaine français avant de le voir coucher ensuite Dembélé dans la surface. Penalty et bascule. Kane égalise sans trembler (1-1, 51e) et Tottenham vient de se remettre les idées en place. Eriksen pousse ensuite Čech au sauvetage avant que Monreal ne sauve la baraque devant Harry Kane. La seconde période est ouverte, débridée, et Xhaka est à son tour proche de remettre Arsenal devant. Wenger répond alors à la tempête en relançant de la créativité à sa troupe avec l'entrée de Ramsey, la taille de Giroud et la vitesse d'Oxlade-Chamberlain. Ce que Pochettino ne peut pas faire avec la faiblesse actuelle de son banc. Finalement, malgré une tête de Dier sur le poteau, malgré de grosses cartouches pour Özil, Ramsey, Giroud et surtout Bellerín, Arsenal et Tottenham se quittent donc une nouvelle fois sur un nul logique. Et c'est Liverpool qui peut maintenant en profiter.


  • Résultats et classement de Premier League
    Retrouvez toute l'actualité de la Premier League

    Par Maxime Brigand
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 16:38 Les capitaines des équipes de Liga s'opposent à la délocalisation aux USA 57 Hier à 12:55 Avant Bielsa, Leeds pensait à Conte et Ranieri 25
    Partenaires
    Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Podcast Football Recall
    lundi 20 août Une équipe amateur à Caen coachée par ses supporters 23 lundi 20 août Euro Millions : 107 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti 2 lundi 20 août Ronaldo, Salah et Modrić nommés pour le titre de joueur UEFA de l'année 61 lundi 20 août Le maillot sans sponsor de River Plate bat des records 66