En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Résumé

Arsenal et Naples premiers de la classe

Feu d'artifice de buts pour cette ultime journée de phase de poules de la C1. Arsenal et Naples ont fait le boulot et le spectacle en dominant respectivement Bâle et Benfica et terminent en tête de leur groupe. Le Barça a atomisé Mönchengladbach, tandis que Beşiktaş a complètement sombré à Kiev.

Modififié

GROUPE A

Paris Saint-Germain 2-2 PFC Ludogorets Razgrad

Buts : Cavani (61e), Di María (90e+2) pour le PSG // Misidjan Vura (15e), Farías (69e) pour Ludogorets



FC Bâle 1-4 Arsenal FC

Buts : Doumbia (78e) pour Bale // Pérez (8e, 16e, 47e), Iwobi (54e) pour Arsenal

Les Gunners se décident à faire feu rapidement. Sánchez sert parfaitement Gibbs à gauche, qui centre pour Lucas Pérez. L'Espagnol n'a alors plus qu'à pousser la balle au fond des filets, comme à l'entraînement. Les Suisses sont complètement hors du coup défensivement et les ouailles de Wenger doublent la mise par Pérez, encore lui, qui marque un but de crevard en récupérant une frappe détournée de Gibbs. Et comme l'arrière-garde de Bale est décidément très coopérative, l'ancien goleador du Depor' en profite pour claquer un troisième pion peu après la pause. Iwobi participe lui aussi à la fête en poussant dans les cages une offrande d'Özil. Doumbia réduira néanmoins la marque pour les Suisses en fin de match. Anecdotique pour Wenger et ses Boys qui profitent de la contre-performance du PSG face à Ludogorets pour terminer premiers du groupe A.


Classement :


1. Arsenal FC - 14 pts
2. Paris Saint-Germain - 12 pts
3. PFC Ludogorets Razgrad - 3 pts
4. FC Bâle - 2 pts


GROUPE B

Dynamo Kiev 6-0 Beşiktaş JK

Buts : Besedin (9e), Yarmolenko (30e, sp), Buyalsky (32e), Gonzalez (45e+2), Sydorchuk (60e), Moraes (77e) pour Kiev

Match historique pour Beşiktaş qui doit s'imposer pour se qualifier pour la première fois de son histoire pour les huitièmes de la C1. Pas de pot pour les Stambouliotes, Kiev n'a aucune envie de jouer les victimes expiatoires. Les Ukrainiens ouvrent le score par Besedin, qui profite d'un caviar de Yarmolenko pour marquer du genou, à bout portant. Une soirée qui tourne rapidement au cauchemar pour le Beşiktaş, après l'expulsion de Beck, son arrière droit, pour une faute dans la surface. Yarmolenko transforme la sentence en tout sérénité. Les Turcs sont largués et paniquent aux quatre coins du terrain. Un grand n'importe quoi qui aboutit à une relance moisie de Tošić à l'entrée des seize mètres. Buyalsky en profite pour inscrire un troisième pion. Derlis Gonzalez quadruple même la mise pour les Ukrainiens peu avant la mi-temps. Ça en devient presque sadique, tant Beşiktaş semble avoir déjà la tête dans le sable. Sydorchuk, puis Moraes ajoutent deux nouveaux buts dans le second acte, alors que les Turcs se retrouvent à neuf après l'expulsion de Vincent Aboubakar. Six-zéro, merci et bon retour chez vous.


Benfica 1-2 SSC Napoli

Buts : Jimenez (87e) pour Benfica // Callejón (60e), Mertens (79e) pour Naples

Ça pète de tous les côtés dans l'une des rencontres les plus sexy et équilibrées de cette sixième journée de la phase de poules. Naples ouvre les hostilités par Gabbiadini, qui pense marquer de la tête avant que son but ne soit refusé pour hors-jeu. Benfica répond par Salvio, qui voit sa frappe croisée repoussée par Reina. Puis Gabbiadini et Callejón allument de nouvelles mèches dans la surface lisboète, mais la formation portugaise ne rompt pas. Ça déménage, mais ça manque encore de buts. Heureusement, qu'il y a Dries Mertens pour dévier subtilement une passe pour José Callejón, qui part comme un boulet de canon tromper d'une balle piquée Ederson Moraes. Naples, enfin libéré, se fait plaisir, et Mertens envoie un enchaînement croché intérieur-extérieur frappe enchaînée qui met dans le vent Luisão pour doubler la mise. Miam. Jimenez profitera ensuite d'une bavure d'Albiol pour réduire le score pour les Portugais. Réaction trop tardive, c'est bien Naples qui confirme sa mainmise sur le groupe B.


Classement :


1. Napoli - 11 pts
2. Benfica - 8 pts
3. Beşiktaş - 7 pts
4. Dynamo Kiev - 5 pts


GROUPE C

FC Barcelone 4-0 Borussia VfL Mönchengladbach

Buts : Messi (15e), Turan (49e, 53e, 67e) pour Barcelone

Messi et ses potes dans la cour de récré. En quatre temps, le Barça a dézingué le Borussia. Messi troue d'abord la défense allemande, sert Turan sur le côté gauche qui lui remet intelligemment, puis conclut du gauche. Le foot selon Lionel, quoi. Arda Turan n'a alors plus qu'à conclure en l'espace de quatre minutes deux merveilles d'actions collectives pour planter deux buts en seconde période. Puis un troisième, après avoir exploité dans la surface une combinaison initiée par Rafinha et Alcácer. Finalement, quatre buts à rien et une balade de plus pour le Barça dans son Camp Nou chéri.


Manchester City 1-1 Celtic FC

Buts : Iheanacho (8e) pour Manchester City // Roberts (4e) pour le Celtic

City étant déjà assuré de terminer second de son groupe derrière le Barça, Pep Guardiola la joue pépère en alignant son équipe D. Forcément, ça se voit. Le Celtic a la dalle, comme toujours, et ouvre le score dès la quatrième minute par Roberts, qui profite d'un dégagement hasardeux de Caballero. Seulement, les Citizens peuvent compter sur leur pépite nigériane, Kelechi Iheanacho, vingt ans et une moyenne de buts par match franchement sexy pour un joueur aussi jeune. Et qui s'en va égaliser d'une frappe puissante du gauche dans la lulu. Le score ne bougera plus par la suite malgré un beau paquet d'occasions des deux côtés.


Classement :


1. FC Barcelone - 15 pts

2. Manchester City - 9 pts
3. Borussia VfL Mönchengladbach - 5 pts
4. Celtic - 3 pts


GROUPE D

FC Bayern Munich 1-0 Atlético de Madrid

Buts : Lewandowski (28e) pour le Bayern



PSV Eindhoven 0-0 FK Rostov



Le PSV monopolise la gonfle avec plus de 60% de possession. Et c'est tout. Ou presque. Quasiment rien à signaler dans un match où Rostov a clairement décidé de verrouiller derrière pour jouer le contre. Eindhoven aura beau faire entrer une nouvelle batterie de joueurs offensifs, se ruer vers l'avant en fin de match et faire monter son gardien sur les corners adverses, rien n'y fera. Et c'est Rostov qui s'empare de la troisième place synonyme de qualification pour les seizièmes de C3.


Classement :


1. Atlético de Madrid - 15 pts
2. Bayern Munich - 12 pts
4. Rostov - 5 pts
3. PSV Eindhoven - 2 pt

  • Résultats et classement de la Ligue des champions
    Retrouvez toute l'actualité de la Ligue des champions

    Par Adrien Candau
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 1
    il y a 3 heures Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 6
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6 mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20