En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 11e journée
  3. // Swansea/Arsenal (0-3)

Arsenal coule les Cygnes

Après une première période indigne, Arsenal s'est remis la tête à l'endroit et n'a fait qu'une bouchée de Swansea (0-3), ce samedi après-midi. Supérieurs techniquement et réalistes, les Gunners signent une cinquième victoire de rang et restent au contact du leader Manchester City.

Modififié

Swansea FC 0-3 Arsenal FC

Buts : Giroud (49e), Koscielny (68e), Campbell (73e) pour les Gunners

Il en faudra donc bien plus pour faire vaciller les certitudes acquises par Arsenal. Les blessures à foison ? Arsène Wenger a toujours dû faire avec. La claque reçue contre Sheffield Wednesday cette semaine ? Une simple erreur. Ce samedi après-midi, dans l'enceinte du Liberty Stadium, les Gunners l'ont prouvé avec la manière en pliant une équipe de Swansea à court d'arguments (0-3). Après un premier acte raté, ils ont su élever leur niveau de jeu pour étouffer et asseoir leur domination lors du second. Les Frenchies Olivier Giroud et Laurent Koscielny ont notamment permis à Arsenal d'enchaîner avec une cinquième victoire consécutive en Premier League et d'engranger un peu plus de confiance. Pendant que José Mourinho n'en finit plus de sombrer, le sourire d'Arsène Wenger n'a jamais semblé aussi béat.

La panthère ne rugit pas


De la débâcle essuyée cette semaine face à Sheffield Wednesday en League Cup, Arsène Wenger ne choisit de reconduire que quatre titulaires (Čech, Mertesacker, Campbell et Giroud). Contraint de composer avec une infirmerie pleine, à laquelle se sont ajoutés Walcott et Oxlade-Chamberlain, le manager français peut tout de même compter sur ses principaux animateurs offensifs, à savoir Cazorla, Özil et Sánchez. En face, Swansea fait dans le classique avec son 4-3-2-1 habituel. Et c'est la paire Ki-Shelvey qui va dicter le rythme dès l'entame du match. Bénéficiant d'une possession de balle largement en sa faveur, les Swans progressent lentement, mais sûrement dans le camp adverse. Sans, toutefois, parvenir à faire vaciller un bloc des Gunners parfaitement en place. Car ni Ayew ni Montero ne percutent dans leurs couloirs, et les redoublements de passes latérales n'en finissent plus.

Dans ce qui tourne au round d'observation entre les deux formations, il faut une inspiration géniale du chauve Shelvey pour animer une partie morose. Sur une passe laser au milieu de terrain, l'ex-Red transperce toute la défense londonienne pour trouver Gomis, mais l'attaquant français tergiverse trop devant Čech et gâche une énorme occasion (21e). La plus nette de cette première période. Pas aussi acérées que d'habitude, les griffes de la panthère se transforment en douces caresses. Comme cette tête sans grande conviction quelques minutes plus tard après un joli travail de Montero (27e). Swansea presse haut et laisse, forcément, des espaces opportuns pour des Canonniers aux aspirations offensives poussives. D'un enroulé merveilleux du pied gauche, Campbell est tout proche de faire trembler les filets adverses (16e). Giroud, volontaire et actif sur le front de l'attaque, l'imite à son tour. Mais sa frappe ne fait que lécher la barre transversale de Fabiański. Victime d'une béquille, le Frenchy termine la première période sur le cul. Le coup de sifflet de l'arbitre pour la mi-temps arrive donc à point nommé.

Giroud offre le 2000e à Wenger


Pas franchement très inspiré sur la pelouse du Liberty Stadium, Arsenal s'en remet à un coup de pied arrêté dès le retour des vestiaires pour faire basculer les débats. Sur un corner botté par Özil, Giroud parvient à se défaire du marquage de Williams et claque une tête sur laquelle Fabiański ne peut rien (0-1, 49e). Le 2000e but inscrit toutes compétitions confondues de l'ère Wenger. Une ouverture du score qui ébranle totalement une équipe galloise jusqu'ici pleine d'allant et entreprenante. Revigorés, les Gunners retrouvent de la maîtrise technique, font reculer leurs adversaires et opèrent en contres grâce aux espaces libérés. Mais c'est sur une réalisation litigieuse que la formation londonienne enterre tout dernier soupçon de suspense. Sur une longue chandelle, Koscielny et Giroud gênent Fabiański dans sa sortie qui relâche le ballon. Le défenseur suit et double la mise (0-2, 68e), malgré l'ire de Garry Monk sur le banc. Dès lors, Arsenal déroule. Combine astucieusement. Construit patiemment. Et c'est sur une action collective que Campbell, à la réception d'un centre en retrait à ras de terre d'Özil, porte l'estocade à quinze minutes du terme (0-3, 74e). Le dernier frisson d'une fin de match gérée sans forcer par Arsenal. Avec cette victoire ne souffrant aucune contestation, Arsenal continue sa belle série. Pour le plus grand plaisir de Tonton Arsène.

Par Romain Duchâteau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 mardi 16 janvier Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88