1. //
  2. // 32e journée
  3. // Burnley/Arsenal (0-1)

Arsenal continue sa folle série

En déplacement sur la pelouse de Burnley, ce samedi après-midi, les Gunners n'ont pas laissé passer l'occasion de conforter leur deuxième place en disposant des Clarets, sur le score de 1-0.

Modififié
7 6

Burnley - Arsenal
(0-1)

A. Ramsey (11') pour Arsenal.


Moqué, critiqué, voire conspué, Arsenal n'a pas connu un début de saison de tout repos. Très vite largués dans la course au titre, Wenger et sa bande ont, comme chaque année, été la cible de critiques incessantes. Salués pour la qualité de leur jeu tout en étant montrés du doigt pour leur incapacité à lutter avec les plus grands, les Gunners n'ont pourtant rien lâché. Et après une incroyable série de huit succès consécutifs, ce sont bien eux, les Canonniers, qui sont confortablement installés sur la deuxième marche du podium de Premier League. À quatre points de Chelsea, qui compte toutefois deux matchs en moins. Une saison pas tant ratée que ça, finalement.

Ramsey en buteur


Forts de sept succès consécutifs, toutes compétitions confondues, c'est en grands favoris que les Gunners se pointent sur la pelouse du Turf Moor, ce samedi, pour y affronter une équipe de Burnley engluée dans les bas-fonds de la Premier League. La différence entre les deux équipes se fait d'ailleurs très vite ressentir sur le terrain, car même si Sam Vokes parvient à se créer la première occasion du match (5e), après avoir pris de vitesse un Per Mertesacker qui devrait de plus en plus songer à s'armer d'un déambulateur, ce sont bien les Londoniens qui ont le contrôle du jeu dans ce début de rencontre.

Il ne faut d'ailleurs pas attendre plus de douze minutes pour voir Aaron Ramsey ouvrir le score en reprenant, en force, un ballon contré par la défense de Burnley suite à une tentative de Sánchez. 1-0 après douze minutes de jeu, on se dit alors qu'Arsenal n'a plus qu'à dérouler pour faire le break le plus rapidement possible. Pourtant, les Gunners ont du mal à se défaire de valeureux Clarets, et Ospina doit même y aller de sa parade pour empêcher Kieran Trippier de remettre les deux équipes à égalité sur un coup franc parfaitement tapé. Sans briller, mais en étant bien organisés, les hommes de Wenger parviennent donc à rentrer aux vestiaires avec un petit but d'avance. C'est déjà ça.

La victoire en titubant


Après quinze minutes de repos, ce second acte repart sur les mêmes bases que le premier : Arsenal maîtrise son sujet dans l'ensemble, mais ne parvient pas à se créer d'énormes occasions, la faute à un jeu moins léché que d'habitude. De son côté, Burnley prend sa chance quand elle se présente, à l'image d'Ashley Barnes dont le tir en pivot oblige Ospina à une nouvelle intervention (51e). Après un gros passage à vide, les Gunners sortent peu à peu la tête de l'eau et reprennent leur marche en avant, mais sans pour autant parvenir à inscrire ce deuxième but tant attendu. Les passes sont hasardeuses, les combinaisons brouillonnes, bref, Arsenal galère un peu, malgré son avantage au score. Après quelques dernières frayeurs en défense et quelques hésitations en attaque, Arsenal parvient à assurer l'essentiel, dans un match loin d'être évident, en repartant de Burnley avec trois points supplémentaires dans sa besace. Une huitième victoire consécutive qui permet aux ouailles de Wenger de conserver leur deuxième place, tout en revenant à quatre points de Chelsea, qui jouera demain sur le terrain de QPR. Mission accomplie.

⇒ Résultats et classement de Premier League

Par Gaspard Manet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Chimikhooney Niveau : Ligue 1
J'ai trouvé le match d'Arsenal plutôt abouti défensivement, ce qui m'étonne vachement.
On voit que Coquelin apporte vraiment quelque chose.
Par contre il est toujours un ton en dessous des autres au niveau technique et des passes, mais qu'est ce qu'il est essentiel dans ces matchs !

Je trouve qu'on le dit pas assez, mais Koko fait quand même des matchs pour deux en défense centrale.

Sinon j'ai bien aimé cette équipe de Burnley, ils méritent vraiment pas la descente. (A l'inverse de Hull, QPR et Sunderland)
Une victoire de fonctionnaires mais un match globalement maitrise sur un terrain ou City et United ont laisse des plumes.

Il faudra etre biennnnn meilleur en demi contre Reading et contre les Blues.
Finalement elle est pas si mauvaise cette équipe qu'on a éliminé en 1/8...
TheNiangasse Niveau : CFA2
C'est quand même pratique de jouer avec un vrai gardien, pour tenir un 1-0, ça aide
On aurait eu le même résultat avec Szczesny dans les cages.

Mais peut-être pas avec Arteta devant la défense.

Coquelin a fait 11 interceptions aujourd'hui, c'est énorme. Ce mec est monumental. Si Deschamps le snobe encore lors de sa prochaine liste, ça confine à la faute professionnelle.

Déçu de voir la série de Giroud s'arrêter. J'espère qu'il la reprendra contre Chelsea ...
Chimikhooney Niveau : Ligue 1
Message posté par Steak
On aurait eu le même résultat avec Szczesny dans les cages.

Mais peut-être pas avec Arteta devant la défense.

Coquelin a fait 11 interceptions aujourd'hui, c'est énorme. Ce mec est monumental. Si Deschamps le snobe encore lors de sa prochaine liste, ça confine à la faute professionnelle.

Déçu de voir la série de Giroud s'arrêter. J'espère qu'il la reprendra contre Chelsea ...


Son interception qui amène au but était parfaite.

Le problème avec Coquelin c'est que ça fait vraiment pas assez longtemps qu'on le voit il y a plusieurs aspects qu'il faut encore qu'on découvre. Je trouve que pour le moment Schneiderlin a plus prouvé que Coquelin, surtout je trouve le Schneid plus serein au niveau des passes et il a aussi je pense beaucoup de sang froid qui vient avec l'expérience à ce poste.

Après par rapport aux autres milieux récup' du groupe, j'ai du mal à juger vu que je les connais pas assez. (Gonalons, je le connais vraiment pas assez ? Cabaye, dur de le juger sur cette saison... Grenier retour de blessure).

Sczezny est incapable de faire les dégagements aux poings qu'on a vu sur ce match, Ospina n'était pas non plus impérial comme un Buffon, mais il est tellement rassurant.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
7 6