Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Arsenal-City

Arsenal-City, le baromètre des Français

À l’heure de s’affronter dans un match en retard comptant pour la 28e journée de Premier League, où en sont les Français d’Arsenal et de Manchester City ? Entre blessures et banc de touche, beaucoup aimeraient ralentir le temps avant que les Bleus ne partent en Russie. Où seul Laurent Koscielny est certain d’aller.

Modififié

Laurent Koscielny (Arsenal)


Huitième saison pleine pour Lolo en Angleterre. Vice-capitaine, voire capitaine tout court puisque Per Mertesacker ne joue plus, le défenseur central reste indiscutable chez les Gunners. Même si, à l’instar de sa bande, il souffle aussi bien le chaud (contre Crystal Palace, Everton, West Bromwich Albion ou Newcastle) que le froid (face à Tottenham, Swansea ou Liverpool) ces derniers temps. Ces performances mitigées, notamment contre les gros calibres, risquent-elles de lui coûter sa place de titulaire en équipe de France, sachant que Raphaël Varane et Samuel Umtiti constituent de sérieux candidats au poste ? Oui, a estimé Emmanuel Petit sur SFR Sport fin janvier : « Il y a des joueurs qui ont perdu leur gnaque. Quand je vois Koscielny ce soir... D’ailleurs, un petit message si jamais il nous regarde : fais attention, parce qu’il y a une Coupe du monde qui arrive, et je trouve que tu es en train de perdre ta motivation et ton rôle de leader dans la défense. Je pense qu’il devient fataliste. Et ça, c’est un danger pour lui. » Une valeur sûre, quand même, aux yeux de Didier Deschamps dans sa liste des 23.

Probabilité de le voir au Mondial 2018 : 99%



Benjamin Mendy (Manchester City)


Tu rejoues quand, Benjam’ ? Bientôt, espèrent tous les Français. « Je pense qu’il sera avec nous d’ici trois semaines, a répondu son partenaire Bernardo Silva sur RMC le 21 février. Il a une grande envie d’aller à la Coupe du monde. J’en ai parlé avec lui et il m’a dit que c’était un grand objectif pour lui de jouer cette compétition. Il va tout faire pour être là.  » Face au vide laissé par ses concurrents dans le couloir gauche de la sélection – Layvin Kurzawa désormais remplaçant au Paris Saint-Germain, Lucas Digne toujours suppléant de Jordi Alba à Barcelone, Patrice Évra un poil cramé à West Ham... –, Mendy demeure donc une solution évidente pour l’équipe nationale, même s’il venait à galérer pour retrouver son niveau. « Il est dans des temps de passage qui sont bons, voire très bons, s’est en tout cas enthousiasmé DD sur SFR. Après, c’est se remettre dans le rythme, dans l’entraînement collectif, reprendre la compétition. Mais il fait tout, je sais qu’il a la volonté. » Pep Guardiola a, lui, fixé à mars le retour de son joueur blessé depuis septembre. Reviens-nous vite, gamin.

Probabilité de le voir au Mondial 2018 : 80%



Aymeric Laporte (Manchester City)


Un mec coûtant 65 millions d’euros peut-il rater une Coupe du monde alors que son pays y participe ? Réponse : oui. Car Deschamps n’est pas du genre à regarder le prix d’un transfert quand il est question de coucher 23 noms sur un papier. Mais le cas Laporte pourrait tout de même lui donner quelques maux de tête si la greffe avec les Sky Blues venait à prendre. Désormais Mancunien, l’arrière central a été aligné à trois reprises toutes compétitions confondues depuis qu’il a laissé la frontière espagnole derrière lui. En se signalant par quelques fautes de concentration, mais sans être catastrophique non plus. Loin de là. Problème : avec la présence du taulier Nicolás Otamendi, le retour de blessure du talentueux John Stones et la forme de l’historique Vincent Kompany (quelle prestation en finale de League Cup contre Arsenal...), quatre bonhommes luttent pour s’asseoir sur deux chaises. Ce qui risque de condamner Aymeric à la touche malgré le calendrier chargé des Citizens. Au moins, Didier n’aurait pas besoin de Doliprane dans cette situation.

Probabilité de le voir au Mondial 2018 : 25%, comme sa valeur marchande en millions d’euros avant de quitter l’Athletic Bilbao.



Alexandre Lacazette (Arsenal)


En voilà un qui vit une période compliquée. Celui qui a (définitivement ?) perdu sa place en pointe dans le onze type de Wenger après l’arrivée de Pierre-Emerick Aubameyang s’est en plus blessé au genou mi-février. Malgré une adaptation plutôt réussie, l’attaquant, qui n’a inscrit qu’un seul but sur ses treize dernières parties toutes compétitions confondues, est dans le dur. Non seulement il ne fait pas partie des préférés de Deschamps, mais il va en plus rater encore un mois de compétition (au minimum). Sans oublier que la dernière image qu’il a laissée avant son pépin physique aggrave son cas (une entrée totalement ratée à Tottenham avec deux grosses occasions loupées). Question : Lacazette peut-il se recycler sur une aile, où il a déjà évolué à l’Olympique lyonnais ? Si son salut doit passer par là...

Probabilité de le voir au Mondial 2018 : 9%, comme son nombre de buts cette saison



Arsène Wenger (Arsenal)


S’agit-il de sa dernière saison sur le banc des Gunners? L’interrogation revient chaque année. Pourquoi ? Parce que le manque de résultats d’Arsenal revient elle aussi chaque année. « Mon avenir ? Honnêtement, c'est la dernière chose dont je m'inquiète actuellement, a balayé le coach français, excédé à juste titre par ce sujet qui tourne en boucle en conférence de presse. Cela vous empêche de dormir ? Ma situation est certaine, incertaine... Le match de jeudi est ce qui importe. Le reste n'est pas intéressant. Je suis surpris de devoir répondre tout le temps à la même chose. Je suis là depuis 21 ans, j'ai refusé des offres du monde entier pour respecter mon contrat. » Opposé à un Manchester City supérieur en finale de League Cup, l’Alsacien a de nouveau manqué l’occasion de remporter un trophée qui lui échappe inexorablement. Largués à dix points de la zone Ligue des champions en championnat avant leur rencontre en retard du soir, ses hommes n’ont finalement plus que la Ligue Europa pour sauver 2017-2018. Même si le technicien assure qu’il croit encore au Top 4. Et si c’était le moment opportun pour enfin ramener une Coupe d'Europe ?

Probabilité de le voir au Mondial 2018 : 5%, si Deschamps est suspendu avant l’événement pour avoir parié sur la victoire du PSG en C1



Mathieu Debuchy (Saint-Étienne)


Comme Olivier Giroud (Chelsea), Francis Coquelin (Valence) et Jeff Reine-Adelaïde (Angers), le latéral droit a quitté Londres cet hiver. Avec réussite, pour le moment. Arsène, cela aurait peut-être valu le coup de lui faire confiance, non ?

Probabilité de le voir au Mondial 2018 : 35%


Eliaquim Mangala (Everton)


Comme David Faupala (Zorya Louhansk), l’ancien de Porto a quitté Manchester cet hiver. Dirigeants mancuniens, cela aurait peut-être valu le coup de se renseigner davantage avant de lâcher cinquante millions pour lui, non ?

Probabilité de le voir au Mondial 2018 : 0,1% en cas de pénurie en défense centrale

Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Podcast Football Recall Épisode 27 : Neymar boit la tasse, l'Allemagne KO et Thauvin à terre Hier à 08:24 Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3
Hier à 21:23 Zuber égalise d'un coup de crâne pour la Suisse 2 Hier à 20:20 Le sublime but de Coutinho face à la Suisse 2 Hier à 17:45 Lozano climatise l'Allemagne 4 Hier à 17:15 Maradona, le cigare et les yeux tirés 45 Hier à 15:30 Le bijou de Kolarov face au Costa Rica 9
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
Hier à 14:58 La liesse des supporters mexicains à Moscou 1 Hier à 13:48 Un fan égyptien en fauteuil porté dans une fan zone 4
Hier à 11:10 Sept personnes blessées par un taxi à Moscou 15 Hier à 10:33 Le clapping solide des Islandais avant le match face à l'Argentine 9 Podcast Football Recall Épisode 26 : Les Bleus au ralenti, l'Allemagne démarre et un gardien au festival de Cannes samedi 16 juin Le CSC malheureux d'Etebo 1 samedi 16 juin Poulsen ouvre le score pour le Danemark 3 samedi 16 juin Le penalty de Cueva qui s'envole 9 samedi 16 juin Messi rate son penalty ! 18 samedi 16 juin Finnbogason relance l'Islande ! 3 samedi 16 juin Le premier but en Coupe du monde d'Agüero samedi 16 juin Van Marwijk : « On méritait le nul » 17 samedi 16 juin Pogba délivre les Bleus 8 samedi 16 juin La main de Samuel Umtiti et le penalty de Jedinak 4 samedi 16 juin L'ouverture du score de Griezmann grâce à la VAR 1 samedi 16 juin Le rap de Benjamin Pavard (via Facebook SO FOOT)