1. // Métier : parieur professionnel

Arnaud Rael : « Le bon parieur ne parie pas tous les jours »

À bientôt 36 ans, Arnaud Rael passe du bon temps au Costa Rica. Plus connu sur la toile sous le pseudo de Noart, le bonhomme est l’un des rares parieurs professionnels français. Il raconte son rythme, ses méthodes, ses joueurs fétiches et ses bons conseils. Faites-lui confiance : en un soir de C1, mardi, il s’est fait plus de 5000 euros.

Modififié
2k 54
Arnaud, tu vis au Costa Rica depuis longtemps ?
Je suis au Costa Rica depuis presque deux ans, après avoir vécu quatre ans à Malte. Je parie, j’ai créé quelques sites internet, avec de l’info et du conseil, et j’ai animé pendant un an une web radio, toujours sur le pari sportif. Sinon, ici, je surfe pas mal et je joue au ballon. Je profite, quoi.

Tu ne joues que sur du foot ?
Avant, je pariais beaucoup sur la NBA, mais cette année, j’ai décroché et je me concentre que sur du foot. Ça me permet d’avoir un rythme de vie plus sympa.

Tu vis hors de France parce que depuis la création de l'Autorité de régulation des jeux en ligne (ARJEL) en 2010, les cotes sont plus basses ?
Je suis parti à la base pour le soleil. Et maintenant, j’y reste pour les cotes. L’ARJEL n’existait pas il y a encore peu. Je cherche le mot pour la qualifier… En gros, c’est devenu presque impossible de gagner en France. Les cotes sont trop basses, et il n’y a pas d’accès au betting exchange, type Betfair, où je parie. Betfair, c’est un site où tu as besoin de gens en face pour pouvoir parier. Tout le problème repose sur le taux de redistribution au joueur imposé aux sites de paris. Avant, en France, ça montait jusqu’à 95%. Aujourd’hui, on est à 75% de moyenne.

C’est quoi ta méthode ?
Une gestion de capital très rigoureuse, ne pas jouer sur des zones possiblement truquées, ne pas jouer sur les petites cotes. Parce qu’être à 80% de réussite sur des cotes moyennes à 1,20, ce n’est pas rentable. Il faut être capable d’évaluer sur quelle cote moyenne minimum tu dois jouer par rapport à ton taux de réussite moyen pour savoir si t’es rentable. Moi, par exemple, je suis à 55% de réussite, donc en dessous d’1,80, ça ne me sert pas. Donc les parieurs qui te disent « Moi je suis à 80% de réussite » , c’est bien, mais ça ne sert à rien. Il faut le corréler à la cote moyenne de tes paris.

Pourquoi tu ne paries que sur les gros championnats ou grosses compétitions ?
Pour éviter les trucages sur les championnats mineurs. Je me m’intéresse qu’aux matchs qui bénéficient d’une importante couverture médiatique, de manière à avoir toutes les infos à disposition. Beaucoup de joueurs parient juste avec des statistiques sans même connaître les équipes. Moi jamais. Je ne conçois pas qu’un pari se construise uniquement sur des stats. Ma stratégie, c’est l’analyse, la connaissance et la rigueur. Je parie en investissant mon capital, uniquement sur des cotes moyennes/élevées et sur mes domaines favoris.

Dont les buteurs.
Oui, je choisis les plus réguliers et ceux qui ont un historique le plus long possible, qui me permet de calculer un ratio buts/match pertinent. J’ai des buteurs de matchs à l’extérieur, d’autres de matchs à domicile. Cette année, mon préféré, c’est Balotelli. J’anticipe tous mes paris sur le mois, je prépare mes listes et je tranche à la sortie des compos, une heure avant le match. Je suis des joueurs, j’ai des alertes Google et des filtres sur tous les réseaux sociaux. Comme ça, j’ai toutes les infos nécessaires sur mes chouchous. L’aspect psychologique, pour un joueur sans blessure, c’est le plus important. Exemple, Lavezzi perd son oncle, il marque. Benzema est papa, il marque. Ils préparent des messages sous leur maillot, leur but est prévu, en quelque sorte. Pour les records, aussi. Kaká, pour son 100e but, les adversaires l’ont limite laissé passer.

Ça représente quelle quantité d’argent, tes paris ?
Je ne mise jamais moins de 500 euros, et j’ai déjà mis jusqu’à 5000. Là, sur la C1, j’ai envoyé la purée. J’ai mis 3000 sur un but de Messi, dont la cote était à presque 2,40. Il revient bien, tout le monde voit City assez fort, mais ils m’ont déçu contre Chelsea et je trouve qu’ils ont une défense pas extraordinaire. Même si ce n’est qu’un match aller, je pense qu’il va faire la différence, ses statistiques sont énormes, et il a une grosse value bet. C’est un bon coup à tenter. J’ai aussi mis 1000 euros sur Zlatan, à 2,24.

Ça représente quoi tes paris en heures de travail par jour ?
Je dirais entre trois et quatre heures par jour, entre la préparation, le match et les lives. Il y a aussi des jours où je ne travaille pas, s’il n’y a pas de match qui m’intéresse, je passe.

Et tes revenus sur 2013, ça donne quoi ?
En 2013, j'étais à 15% d'évolution mensuelle par rapport à mon capital de départ de 10 000 euros, ce qui me fait 1500 euros de gain par mois.

Les parieurs professionnels français, il y en a beaucoup ?
Non, il y en a peu. Et généralement, ceux qui vivent de ça restent plutôt dans leur coin. Moi, il y a plusieurs médias qui m’ont contacté. Je le fais pour avoir un peu de visibilité sur mon site Beatzebook, parce que je pense bien faire mon travail, surtout par rapport à ce qu’on trouve sur le net. Mon idée, c’est de profiter de mon expérience pour éduquer les parieurs. Je suis en totale transparence par rapport à mes résultats. J’offre une approche ultra-professionnelle du pari.

Pour finir, et parce que c’est le retour des Trois Frères, quelle est la différence entre un bon et un mauvais parieur ?
La différence, c’est que le bon, il ne parie pas tous les jours, il ne fait pas de combinés, il ne parie pas sur les petites cotes et il gère son capital.


Propos recueillis par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Monacal de fOt Niveau : District
Et le mauvais parieur, il ne parie pas tous les jours, il ne fait pas de combinés, il ne parie pas sur les petites cotes et il gère son capital... mais... c'est un mauvais parieur.
Baballe Masquée Niveau : Loisir
Le bon parieur ne parie jamais sur les matches de ligue 1 ...
Rael…il a des tuyaux cosmiques,non'
Sidney G'Ovule Niveau : Loisir
Y'a un peut-être un gros coup à jouer sur un titre de champion de l'ASM...

Ça peut paraître peu probable aujourd'hui, évidemment. Mais mathématiquement c'est encore possible
1500 euros/mois, c'est la progression de son chiffre d'affaires ou le salaire qu'il se sort?

Pas bien compris.

A 1'500 euros/mois, je préfère rester dans mon job que de vivre avec ce stress de merd*e.

La différence entre le bon et le mauvais parieur?

"ha ha, facile ça comme question... ... Ouais mais ça c'est des questions à la con de toute façon!"
Arthur-FAFI Niveau : DHR
Interview intéressante, on y apprend que pour être un "parieur professionnel" :
1/ Il faut partir à l'étranger.
2/ Il ne faut pas avoir une mentalité de flambeur car autrement il est difficile de se raisonner.
3/ Il faut travailler 3-4 heures par jour en ayant une bonne capacité d'analyse.
4/ Il faut pouvoir jouer entre 500 et 5000 E sans trembler, ni flamber.

Résultats des courses : Avec toutes ces qualités, Arnaud Rael est dans le top 1/ 1000 de tous les parieurs. Et, il gagne 1 500 E par mois.

Mon avis perso, on peut aussi parier comme on va au ciné, on s'achète un petit plaisir, mais il ne pas trop penser qu'en plus on va y gagner sa vie.
Il se la pète un peu non ?
Arthur-FAFI Niveau : DHR
Mais peut-être se dit-il aussi qu'en allant sur son site, les "parieurs du dimanche" lui apporteront petit pécule, les opérateurs de jeu lui donneront une petit commission...
Chacun défend son beefsteak et c'est honorable.
Mehmet Scholl Niveau : CFA
Je m'y etais essayé l'année dernière, encouragé par un pote mordu de ca. J'ai pas trop eu de réussite mais vu que j'ai pas le vice, je risque rien de ce coté la

Par contre, je me souviendrai toute ma vie d'avoir perdu plus d'un million de francs à l'époque... C'était en 94-95 j'sais plus trop bref, un loto sportif classique, à 5 mns du coup de sifflet final, j'ai les 13 bon résultats et dans les dernières minutes, 2 matchs m'ont baisé, Nice qui va s'imposer 3-2 au parc des princes ( époque Ipoua - Nagbé je crois ) et Sochaux qui menait 1-0 et qui se fait égaliser contre le HAC...

Pour un doubiste de naissance qui vit à Nice depuis sa plus tendre enfance, ca vous pose la quenelle ca hein ?

Du coup je faisais la gueule en allant retirer mon pascal chez le buraliste, alors que si on m'avait dit en validant le ticket à 5 francs que j'allais ramasser ca, j'aurais pissé partout

Jean-Bonbeur Niveau : CFA2
Si on suit ca methode et qu on paris a chaque de match de paris barca et du real, un but d Ibra de messi et de cr7, cest vrai que ca doit rapporter pas mal vu les records qu ils nous font depuis qqs annees!
La branlette de ce vieux gars...
Le mec parle comme si c'était un vrai métier et une science exacte.

Et le facteur chance, il en parle ?
Balotelli, son chouchou pour les paris?
Il m'a l'air bien instable quand meme ce joueur pour les paris. Capable de se faire exclure ou changer par le coach a n'importe quel moment du match, tout comme il peut devenir papa pour la Xieme fois a peu0 pres n'importe quand aussi.
mackallaway Niveau : CFA2
Il a raisone et tort en même temps : jouer sur des matchs médiatiques évite les risques de fraude mais les côtes sont plus basses donc évidemment pour gagner beaucoup, il faut miser gros. J'ai misé Paris par +2buts contre Leverkusen qui misait à 3.50. C'est sur que lorsque tu sors 2000E, tu es refait pour le mois. Maintenant il faut les sortir et surtout se dire qu'il y a aussi un fort % pour ne jamais les revoir.

L'interet de jouer un championnat truqué ou bizarre (non non je ne parlerai pas de la Turqui ou de la Bulgarie), c'est justement d'avoir n'importe quoi. Galatasaray qui perd 2-0 à dom contre le dernier qui ne met jamais un pied devant l'autre par exemple.

Je ne pense pas que devenir professionnel soit rentable à long terme : stress, cartons-blessures non prévues sur un match ; par contre s'en servir comme complément de revenu, pourquoi pas
Ça serait pas 15000 euros/mois ? (Le stagiaire a du encore faire des siennes).
Parce que faire un article sur un gars qui gagne 1500 euros/mois...
Message posté par Papa Ours
1500 euros/mois, c'est la progression de son chiffre d'affaires ou le salaire qu'il se sort?

Pas bien compris.

A 1'500 euros/mois, je préfère rester dans mon job que de vivre avec ce stress de merd*e.

La différence entre le bon et le mauvais parieur?

"ha ha, facile ça comme question... ... Ouais mais ça c'est des questions à la con de toute façon!"


1500€/mois... au Costa Rica.
C'est pas la même chose qu'en france, là-bas le salaire moyen est d'environ 750$.
C'est comme si tu gagnais dans les 3K net en france.
Message posté par Papa Ours
1500 euros/mois, c'est la progression de son chiffre d'affaires ou le salaire qu'il se sort?

Pas bien compris.

A 1'500 euros/mois, je préfère rester dans mon job que de vivre avec ce stress de merd*e.

La différence entre le bon et le mauvais parieur?

"ha ha, facile ça comme question... ... Ouais mais ça c'est des questions à la con de toute façon!"


Il se sert en moyenne 1500 par mois, donc ca fait 18000 de gains sur l’année, ce qui représente 15% de sa bankroll => Il a 120 000 EUR de bankroll, et il parie entre 0.4% et 4% de ça au max (500 min / 5000 max)
Message posté par Moudugland
La branlette de ce vieux gars...
Le mec parle comme si c'était un vrai métier et une science exacte.

Et le facteur chance, il en parle ?


L'art c'est justement de réduire le facteur chance au strict minimum...
Le mieux c'est de ne pas parier sur le foot car on a que 33% de chance de gagner. Alors que au tennis ou au basket on a 1 chance sur 2. C'est bien plus sur.
Le bon parieur ne suit jamais les conseils de So Foot.
Augmentation sur son capital, ce qui fait 1500€/mois sur 1 année, mais on connait pas le capital de départ. Donc c'est une non-réponse de sa part. Et il allait pas non plus balancer son "salaire".
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
2k 54