Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // CFA
  3. // Arles-Avignon

Arles-Avignon, l'adieu aux larmes

C'était le rêve de quatre hommes. En 2009, l'Athletic Club Arlésien devenait l'Athletic Club Arles-Avignon avec des matchs au Parc des sports d'Avignon et une vie à Arles. Une double vie passionnée qui vient d'éclater en vol sous la pression castratrice des instances nationales et qui se règle désormais derrière les barres des tribunaux. Générique de fin.

Modififié
Au bout du fil, le silence. Personne ne souhaite s'exprimer, personne n'est présent ou ne souhaite se rendre disponible. L'heure est trop grave. Rien, pas un mot. On ne vit que sur un souvenir désormais. « Depuis une semaine, le président Salerno est passé nous voir une fois, mais depuis, personne, lance, inquiet, Victor Zvunka, l'entraîneur de l'équipe première d'Arles-Avignon. On va retourner au stade ce matin, faire notre travail, on va voir ce qu'il va se passer, et vendredi, on attendra les réponses du tribunal de commerce d'Avignon qui tranchera sur notre avenir. Professionnellement, pour nous, c'est terminé. » Il y a quelques jours, le tribunal administratif de Paris n'a pas dérogé à la règle tacite qui glisse de la DNCG à la FFF en passant par le CNOSF : Arles-Avignon est interdit d'intégrer le championnat de National, où il a sportivement sa place, doit rester dans le groupe C de CFA et doit oublier son statut professionnel. « On nous a coupé les jambes. Et comme on avait encore les bras qui bougeaient, on nous a tout arraché » , commente, amer, Patrick Chauvin, ancien président du club pendant douze ans, ex-joueur de la maison et aujourd'hui premier adjoint à la mairie d'Arles.

La lettre au père Noël


Trente points, sept petites victoires, Pascal Chimbonda, Gaël Givet, Mamadou Niang. Voilà le bilan du dernier chapitre arlésien écrit l'an passé. Dernier de Ligue 2, Arles-Avignon est relégué en National. Marcel Salerno, le président du club, souhaite prendre du recul et mettre de côté le football. Comme le football français en a désormais l'habitude chaque été, rien ne va se passer comme prévu. C'est une partie du charme, c'est aussi une partie du drame. L'AC Arles-Avignon reçoit une série d'avis négatifs de la part des différentes instances nationales, ces dernières jugeant le dossier du club trop fragile. Marcel Salerno revient, le retravaille et cherche à comprendre. En réalité, tout le monde cherche à comprendre. Patrick Chauvin, à l'origine de la fusion entre Arles et Avignon en 2009 reprend : « Il y a beaucoup de tristesse et d'incompréhension. Tout le monde est touché. J'ai appelé la FFF il y a une semaine, on ne m'a donné que des réponses évasives. Pareil à la Ligue Méditerranée. On avait le cancer, maintenant on a le sida. On ne peut plus avancer. »

Selon la DNCG, Arles-Avignon aurait procédé à une augmentation de capital après la date limite fixée par la brigade financière. La Fédération a validé, le CNOSF aussi et le 31 juillet dernier, après une rétrogradation en CFA, Marcel Salerno a annoncé le redressement judiciaire du club. « Aujourd'hui, on va continuer à se battre, affirme Patrick Chauvin. Mais on se bat contre le vent. On va aller à la Fédé cette semaine, on veut exprimer nos souhaits. On a les moyens financiers pour jouer dans n'importe quelles divisions, en National, en CFA ou en CFA 2. Le problème, c'est qu'aujourd'hui, on ne peut pas signer de contrat professionnel. » Il y a quelques semaines, dans un dernier espoir, Marcel Salerno a même écrit une lettre manuscrite à Noël Le Graët.

Des minots et des chômeurs


La barrière est solide et la réponse unanime. On assiste bien à la fin du club d'Arles-Avignon. La structure va devoir se reconstruire, à Arles, et une fois le dossier réglé, Marcel Salerno devrait quitter son poste. Le football aussi. Sportivement, on ne sait pas où l'on retrouvera l'ancien hôtel sportif des Angelos grecs, de Camel Meriem, pour ne citer qu'eux. Comme Luzenac, renvoyé chez les amateurs ? La solution est évoquée. Pendant ce temps-là, le coach Zvunka prépare ses valises en remplissant ses dernières fonctions. « On ne sait pas tout ce qu'il se passe. Après, de notre côté, on a jamais eu de retard dans nos paies. C'est un énorme gâchis. Trente ou quarante personnes vont se retrouver prochainement au chômage » , détaille l'ancien coach guingampais.


Après trois journées, Arles-Avignon compte trois défaites et aucun but marqué. La rencontre contre Hyères (0-3), à domicile, samedi dernier, était la dernière. L'effectif compte aujourd'hui six joueurs professionnels, dont seulement quatre joueurs de champ. Zvunka affirme « n'avoir jamais vu ça » et a dû aligner les U19 lors de la première journée, avant de faire du bricolage. Le rêve de 2009 est aujourd'hui un souvenir. Le club souhaite maintenant « être respecté » , va écumer les tribunaux avant de se reconstruire. Arles-Avignon est mort, vive Arles.

Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 31 minutes La troisième Coupe d'Europe officialisée en décembre 4
il y a 2 heures Carrasco offre 10 000 euros à un coéquipier qu'il a envoyé à l'hôpital 9

Le Kiosque SO PRESS

il y a 6 heures Mediapro ne revendra pas ses droits 37 il y a 7 heures Rivelino dézingue le jeu de l'équipe de France 140 il y a 7 heures Football Leaks : pour Agnelli et Čeferin, c'est une « fiction » 23
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 16:51 Le double raté d'un joueur du Lesotho 8