1. //
  2. // Neuchâtel Xamax

Arizmendi : « Mon licenciement à Xamax m'a été signifié par mail »

Javier Arizmendi n'a toujours pas compris dans quelle galère il s'était embarqué. Prêté par Getafe au Neuchâtel Xamax l'été dernier, la direction lui a demandé de quitter la Suisse sans raison début janvier. Deux semaines plus tard le club faisait faillite. Arizmendi revient sur son aventure et ses relations avec l'étrange Bulat Chagayev.

Modififié
5 0
Javier quelle a été ta réaction à la mort du club?

Pour être franc, ça ne m'a pas beaucoup surpris, ils ont eu beaucoup de problèmes depuis le début de saison. Les choses ne se sont jamais améliorées, à aucun moment la direction du club n'a pu trouver de solution malgré ce qu'ils disaient, et finalement il est arrivé ce qui devait se passer

C'était quelque chose de prévisible pour toi donc?

Oui mais c'est dommage, c'est vraiment très triste, parce que le Xamax n'est pas une entreprise quelconque comme peuvent l’être un supermarché ou un magasin de vêtements. Le principal capital, la richesse d'un club de football, ce sont les gens, les supporteurs. Maintenant à Neuchâtel ils se retrouvent sans leur équipe, un club que les gens allaient voir au stade et pour lequel ils éprouvaient des sentiments forts. Cette équipe était très importante pour eux et à cause de la mauvaise gestion de certaines personnes ils s'en retrouvent privés. Et c'est ça qui est vraiment très triste

Tu as compris pourquoi tu t'étais fait virer il y a deux semaines?

Non ils ne m'ont donné aucune raison, aucune explication. Ils m'ont envoyé un e-mail me prévenant qu'ils n'avaient plus besoin de mes services et que je n'avais plus à venir à l'entraînement. Et donc voila, c'est quelque chose qui te surprend vraiment, qu'on t'annonce une chose pareil en t'envoyant un simple email. Mais bon c'était la manière de faire de cette direction , c'est des choses qui te surprennent moins avec le temps, tu apprends à connaitre ces personnages et tu sais qu'ils peuvent faire ça à n'importe quel moment

Quand tu as signé en Suisse, tu imaginais avoir des problèmes de salaire comme ça?

Moi quand j'ai appris l’intérêt de cette équipe, je pensais que j'allais dans un pays riche où il était impossible de voir des choses pareilles. Par exemple en Espagne il y a des clubs qui sont endettés et qui ont des problèmes financiers bien pires, et c'est impossible de faire faillite en 6 mois. Mais en Suisse les gens sont habitués à une gestion financière très droite, stricte, ça fait partie des coutumes du pays et les dirigeants de Neuchâtel ne l'ont jamais compris. Quand tu vas la-bas tu n'imagines jamais te retrouver dans une galère pareille mais bon les joueurs qui ont signé ne pouvaient pas savoir, et n'ont pas eu de chance.

Pendant combien de temps que tu n'a pas été payé?

Deux mois, ils ne nous ont payés ni en novembre, ni en décembre. Maintenant que la faillite du club a été déclarée, ça fait 3 mois où nous ne serons pas payés.

Tu penses quoi de Bulat Chagaev?

Bon moi au final, je n'ai pas eu beaucoup de relations personnelles avec lui, donc je ne peux pas t'en parler personnellement, il ne venait nous voir que très rarement. Ce que je peux dire c'est que c'est un personnage bizarre, je pense que son problème principal est qu'à aucun moment il n'a compris la mentalité suisse et il ne s'est pas conformé à la législation, il a une manière de travailler particulière à laquelle il n'a jamais renoncé, et dans un pays aussi ordonné que la Suisse ça n'est jamais passé.

Et ses relations avec les joueurs, il n'y a pas des choses qui t'ont choqué quand même?

Si si, il est venu une fois dans le vestiaire. Nous avions fait match nul contre Lausanne, et il est venu nous voir furieux. Ce n'est vraiment pas une situation agréable à vivre parce que, se faire menacer par son président, cela n'est pas une situation qu'un footballeur doit accepter, et sa manière de faire n'a été agréable pour aucun joueur qui était dans le vestiaire à ce moment là.

T'avais jamais vu ça?

Non, non, jamais! Si quelqu'un doit s'énerver c'est l’entraîneur, c'est lui qui se charge des problèmes techniques, le propriétaire du club n'a rien à dire dessus.

Tu retiens malgré tout des points positifs de ton aventure suisse?

Je verrai ça plus tard, maintenant c'est trop frais pour moi pour le savoir. Si je dois te parler de choses positives, je dirais que l'équipe s'en est bien sortie sportivement dans une situation très compliquée. Je me souviendrai certainement de choses positives sur le plan humain avec le temps. Après il y a toujours des choses positives, je me souviendrai des autres joueurs de l'effectif avec qui je me suis bien entendu

Tu t’entraînes à nouveau avec Getafe, l'avenir s'annonce comment?

J'étais prêté par Getafe à Neuchâtel, maintenant je m’entraîne à nouveau avec Getafe. J'attends la fin du mercato pour voir si je rejoins un autre club. On verra si il y a la possibilité d'aller jouer autre part ou si je finis la saison à Getafe. Je ne le sais pas encore.

Tu as l'air d'avoir été marqué par cette expérience suisse. Tu es blasé du foot?

Non, non pour moi ça va. Je voulais partir de Neuchâtel, parce que la situation là bas était ingérable. Moi je peux m’entraîner, j'ai un club, j'ai de la chance quand je vois la situation de certains de mes ex partenaires qui appartenaient au Xamax et qui se retrouvent sans club. Ma situation est bien meilleure et par respect pour eux, je ne peux vraiment pas me plaindre.

Propos recueillis par Arthur Jeanne
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
5 0