1. // Euro 2012
  2. // Victoire finale de l'Espagne

Arbeloa, l’anti-héros

Couillu, malin, chanceux, turpide… Les qualificatifs foisonnent pour désigner Álvaro Arbeloa, maître du monde et dorénavant double souverain européen. Mais qui se cache vraiment derrière le soi-disant maillon faible de la Roja ? L’incarnation d’un vrai anti-héros.

Modififié
4 31
Xavi, Iniesta, Casillas… Ils en rêvent tous, mais ne l’accrocheront probablement jamais au-dessus de leur cheminée. Non par manque de mérite, ni de talent, seulement par absence d’aubaine, de coup de pouce. Álvaro Arbeloa s’en carre bien, lui, du Ballon d’Or et du destin. De près ou de loin, il n’a pas la vision de jeu du Pelopo, se casserait les reins à imiter Don Andrés et n’aura jamais le quart de la classe de San Iker. L’un de ses pouvoirs est encore d’en être conscient. Alors Robocop – son surnom dans la Selección – fait du Arbeloa. Il tacle, injure, contrôle, passe et découpe, encore. Bref, il joue pour les autres avant de jouer pour sa poire. Sur son flanc droit, le travailleur de l’ombre anti-sexy qu’il incarne cravache. Pour que les artistes de la Roja deviennent les héros d’une certaine vision romantique du ballon rond. Sa rançon se paye donc en trophées. Beaucoup de trophées. Bah oui, une Copa del Mundo et deux Coupes d’Europe, ça vous comble un Christophe Jallet du riche et vous garnit une étagère.

Limité techniquement, par rapport au reste de l'équipe s'entend, Arbeloa a compris bien mieux que quiconque ses carences. Alors que certains s’épanchent sur leurs atouts, lui s’attache à gommer ses faiblesses. «  Álvaro est un combattant et sera bien meilleur à l’avenir s’il continue à travailler » , déclarait Rafa Benítez lors de son arrivée sur les bords de la Mersey en 2007. À croire que les dires de l’idole du Kop ont visé dans le mille : cinq printemps plus tard, le minot du centre de formation du Real Madrid Castille (qu’il quitte pour le Deportivo en 2006) est devenu un indéboulonable du stade Bernabeu. À l’heure où la mode s’offre aux latéraux supersoniques, lui fait dans le classique et respecte à la lettre l’adage qui veut qu' «  un défenseur, ça défend  » . Dans cette ascension au plus haut niveau, ne parlons pas de hasard, mais de chance – mais si, vous savez, celle qui sourit aux audacieux.

La cabeza et les cojones pleines

Pareillement, c’est la fortune qui sourit aux téméraires. Et pour assouvir sa soif de titres, Alvaro se rapproche plus de Machiavel que de Voltaire (cf. Essai de critique sur le prince de Machiavel). Pour le natif de Salamanque, la fin justifie les moyens. Lorsqu’il s’agit d’ébranler son adversaire, c’est un doux euphémisme que d’affirmer que le bougre s’y connaît. Pour rappel, retour à la finale de la Copa del Rey version 2011 entre la Casa Blanca et les Blaugranas : tout en se relevant, l’homme à la tête de gendre idéal dédicace d’un coup de crampon la cuisse de David Villa. Clásico toujours, Robocop aurait réussi en avril dernier à faire sortir de ses gonds le pourtant placide Xavi. Ce dernier lui aurait lancé un mignon : «  Mais que tu es mauvais ! Sois conscient que c’est grâce à nous que tu as gagné une Coupe du monde et 600 000 euros.  » Venant du Catalan, cette insulte fait gage de douceur dans le monde des bad boys madrilènes.

Mais Álvaro Arbeloa n’est pas le premier Joey Barton venu. Sans pousser le vice jusqu'à le qualifier d’érudit, le garçon en a dans la tête. Originaire de l’historique cité universitaire espagnole, il ne lui a pas suffi que de simples cojones bien rondes. Son plan de carrière plaide en sa faveur : pas assez bon pour le Real, il part faire ses armes chez les Dockers de Liverpool – où il arrive à se braquer avec le Scouser Carragher, véridique – après un détour par la Corogne. En 2009, il reprend la route du sud sans oublier l’engagement qu’il a acquis au pays où Nigel de Jong est roi. L’appel du Home sweet home sans doute… Malgré la concurrence, il y fait son trou jusqu’à décrocher le CDI du flanc droit. Quand la rumeur envoie la danseuse de samba Maicon du côté de la cité royale, Álvaro rit du haut de ses quelques breloques glanées avec la Roja. Si « l’étoffe des héros est un tissu de mensonges » , comme disait Jacques Prévert, alors Álvaro ne le sait que trop bien.

Par Robin Delorme, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Amiral_Madoff Niveau : District
je veux bien que cet article parle d'un espagnol mais ascension ne s'écrit pas "ascencion", qui plus est arbeloa a été ridicule tout au long de l'euro alternant les fautes et les passes ratées, il aurait été en équipe de france il se serait fait siffler à chaque fois qu'il touchait le ballon donc un peu d'objectivité svp.
ps: qu'il remercie puyol.
Perso, je le remercie. Je me suis toujours demandé quelle gueule aurai un de mes passements de jambe si je le faisais en mondovision en finale d'un championnat d'Europe.
Grace à lui, je le sais.
On parle d'un gars qui pousse le vice jusqu’à être tactiquement parlant impeccable.
on critique son manque de technique: la vache, faut vraiment lui trouver tout les défauts.
Quant Alba (ou Marcelo au Real) ne fait que des montées de taré, qui est la pour compenser le décalage des centraux?
On peut dire du mal des joueurs, mais il faut reconnaître un certain talent a ceux qui tactiquement ont tout compris.
Et dire qu'il est mauvais d'enlever en rien les qualités qui font de lui un excellent défenseur.
"Qu'il a acquéri"...sérieusement??
Note : 1
Six, tu m'as fait marrer.
Bientot un lateral portugais au madrid...tremble Arbeloa !
Three-Eyed Frenchy Niveau : Ballon d'or
"l’engagement qu’il a acquéri"
serieux les gars? Non mais si vous etes pas sereins, il faut relire le Bled ou le Bescherelle
C'est quand même dommage qu'offensivement il soit quelconque.

Il est polyvalent mais quand même limité. Avec le Real quand il montait sur son flanc droit (notamment contre le Bayern) il faisait quand même pitié.

Mais disons qu'il fait le boulot comme en témoigne la confiance de Jousé qu'il l'a fait revenir à la maison et de VDB.
SF dézingue Arbeloa pendant tout l'Euro, puis tout à coup le gars a droit à son article élogieux. C'est beau!
Ragondinho Niveau : CFA
Son retour à Madrid fait partie de la première partie du projet "return of the mac" florentino Perez :

- Hispanisation du Real après la hollandisation, pas très apprécié par le public des Meringue au citron, malgré les noms présents (Robben, Sneijder, VdV, VNistella, Drenthe, Huntelaar...)

Mourinho se le voit donc imposé et n'en est pas très fan !

S'en suit une Portugisation du Real. De plus le Moudugenou décide de faire passer Ramos dans l'axe en échange d'Arbeloa pas très convaincant à ce poste ! Du coup turn over interne...

Maintenant est ce que Arbeloa fera parti de la vague de départ annoncé du coté de la casa blanca ?

Comme je l'ai lu plus haut, c'est la blessure de Puyol qui ouvre la titularisation d'Arbeloa à l'Euro...

Après le joueur est besogneux, il a le métier dans les jambes, mais c'est vrai que c'est un cador ! D'ailleurs, je ne pense pas qu'il ait réellement sa place au Real...
Ragondinho Niveau : CFA
FAUTE A CORRIGER : ajouter un "pas" entre ce n'est [...] un cador !! :)
Défensivement, il s'en sort bien. Il sait contrer son ailier. Il a suffisamment d'habileté technique, de sens tactique et de physique pour assurer ce rôle et il se fait rarement passer. Quand on connaît les clients, en face, on peut déjà trouver Arbeloa pas si mal!

Offensivement, par contre, il est très moyen. Il va au charbon, propose ses services, est capable de une-deux mais il ne sait pas dribbler (ne serait-ce qu'un peu) et ses centres sont rarement de qualité.

C'est dommage. On aimerait voir un mec plus doué que lui, à son poste, dans cette équipe espagnole. On a l'impression qu'elle serait encore plus forte.

Mais si des pointures comme Mourinho ou Del Bosque lui font confiance, on ne peut que s'incliner devant leurs décisions et reconnaître que les résultats sont là en même temps qu'Arbeloa.
ReynaldPedros Niveau : DHR
J'ai vraiment acqué-rit en lisant cet article... mais mon Dieu, où So Foot va-t-il chercher toute cette débauche grammaticale ? Subversif jusque dans la langue française, un vrai mag jusqu'au-boutiste. Merci.

Bon pour le fond, c'est vrai que c'est bizarre de vous voir vomir sur Arbeloa pendant tout l'euro et puis paf un article sur cet "anti-héros". Mais en même temps, les amis commentateurs : plusieurs journalistes = plusieurs points de vue ! C'est normal (voire sain) !!

Pour ce qui est du foot... ah bah non, on parle d'Arbeloa.
Arbeloa n'a certes pas pas grand chose de l'apport offensif ou la technique d'un latéral moderne, toujours est il qu'il se bat avec ses armes défensivement et que si il est aujourd’hui titulaire c'est qu'il est le meilleur espagnol à ce poste ( à partir du moment ou Ramos joue dans l'axe)
Ce qui a attiré mon attention ici c'est la remarque déplacée de qu'AURAIT eu Xavi « Mais que tu es mauvais ! Sois conscient que c’est grâce à nous que tu as gagné une Coupe du Monde et 600 000 euros »
Non mais il se prend pour qui ce type ? si c’est pour celui qui a fait gagné la CDM à l'Espagne, nombreux sont ceux qui y ont contribué bien plus que lui (Iker, Ramos, Villa, ALonso, Iniesta) et puis quand il dit nous. c'est qui nous? il parle d'un petit clan en selection ou de quoi au juste?
Franchement dézinguer un collègue en selection de la sorte sous pretexte qu'il est moins doué c'est un manque flagrant de professionnalisme, pck dans ce cas Iker pourrait dire fermer tous vos gueules tout ça c'est grâce à moi et ils n’auront pas grand chose à lui répondre.
Enfin bon la classe ça ne s’achète pas, même pas pour 600000 euro.
C'est vrai que la petite anecdote sur Xavi est pas piquée des vers! Perso, je ne connais pas les tenants et aboutissants de l'histoire (qu'est-ce qu'a bien pu faire Arbeloa pour provoquer ça?) donc, je ne juge pas.

Et puis, Xavi a bien le droit de péter un plomb une fois de temps en temps comme tout le monde.

Et, s'il n'est pas le seul, il est quand même une des figures centrales de la Roja et peut bien se permettre de recadrer Arbeloa.

L'article parle aussi des "bad boys" madrilènes. Arbeloa ne semble pas être un saint. Loin de là!
monthypython Niveau : District
Xavi a tout à fait le droit de critiquer Arbeloa pour son comportement abject durant les classicos. Il a simplement voulu rappeler que sans les joueurs du Barca, l'équipe d'espagne n'aurait rien gagné. Et la personne qui se permet de mettre en doute le professionnalisme de Xavi ne doit pas connaitre beaucoup le foot-ball espagnol et encore moins le foot-ball en général.
hmiller, je te rend la monnaie de ta pièce pour ton roulage en boule au bureau sous l'article de Wenger qui dit non aux Bleus.
Timorcheck Niveau : DHR
J'ai acquéri
Tu as acquéri
Il a acquéri
...
Et les journalistes critiquent Nasri et Menez de ne pas être des exemples pour la jeunesse...
La violence de la punchline de Xavi quand meme
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
4 31