Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Sassuolo-Palerme

Aqui, l’anicroche

Après avoir déçu tout au long de sa carrière, Alberto Aquilani (trente-deux ans) est prêté à Sassuolo pour les six prochains mois. Un nouveau choix qui pose question à la suite de ses déroutes au Sporting Portugal et à Pescara.

Modififié
Les cheveux, mi-longs, dessinent désormais une coiffure improbable au-dessus sa trogne fatiguée. Les yeux cernés, le regard louche, la barbe de trois jours, le sourire forcé : l’ensemble n’est pas forcément très beau à regarder. C’est qu’Alberto Aquilani a perdu de sa superbe. Oublié, le séduisant milieu du début des années 2000. Envolée, la classe de ses jambes déambulant dans l’entrejeu. Aujourd’hui, Aquilani n’est plus le joueur élégant qui avait l’avenir devant lui, mais plutôt un homme de trente-deux ans qui s’est perdu et se cherche encore un présent. Reste que les espoirs de résurrection ne sont pas énormes quand on pense à celui qui vient d’être prêté pour six mois à Sassuolo, et dont le contrat avec Pescara s’achève en fin de saison. Même si son nouvel entraîneur, Eusebio Di Francesco, s’est réjoui de l’arrivée de sa nouvelle recrue, qu’il avait déjà tenté de faire venir il y a quelques mois : « Il est le joueur que je cherchais, un joueur que j'ai toujours apprécié. (...) Il s’est immédiatement adapté à la mentalité de l'équipe. »


À Pescara justement, l’aventure a tourné court. Avec seulement neuf matchs de championnat (six en tant que titulaire) depuis le mois de septembre, l’Italien traînait son spleen à chaque fois qu’il entrait sur une pelouse. À peine a-t-il esquissé un sourire lorsqu'il a marqué son unique but, inutile, sur une jolie frappe lors de la défaite à Udinese (3-1). Massimo Oddo a bien tenté de s’appuyer sur lui tout en lui redonnant confiance, mais le défi était trop élevé pour l'atteindre. Car depuis son départ de la Fiorentina, Aquilani et ses choix sont encore plus difficiles à comprendre qu’avant sa bonne période violette (entre 2012 et 2015), quand il enchaînait les clubs (Rome, Liverpool, Juve et Milan).

Vidéo

« Je n'ai pas besoin qu'on me lèche le cul pour être heureux »


Alberto paraissait en effet heureux à Florence. Même si ses performances ont décliné en 2014-2015, rien ne laissait présager une fin de parcours de la sorte. Arrivé au terme de son bail à l’été 2015, le joueur n’insiste pas pour continuer l’aventure, comme en témoignent ses propos dans la Gazzetta dello Sport : « Ce n'est pas un drame ou un traumatisme, au contraire. Je suis serein et je m'entraîne avec un préparateur physique. Je n'ai pas besoin d'un contrat et qu'on me lèche le cul pour être heureux. J'attends un projet en lequel je crois vraiment avant de m'impliquer, j'ai besoin d'une équipe qui croit en moi. J'ai parlé avec quelques équipes, mais j'attends d'être vraiment convaincu. » Et surprise, c’est alors le Sporting Portugal qui signe l’international (38 sélections).

Pour quel résultat ? Dans la Gazzetta, le Romain assure dans un premier temps que tout va bien dans le meilleur des mondes, que ce soit sur le plan sportif ou familial : « L’organisation et la passion sont les mêmes qu’en Italie, estime-t-il en juillet. Jorge Jesus est un ensemble de Mourinho et Capello. Au début, on m'a dit que je jouerais dans une grande équipe et que nous disputerions le titre. Maintenant, je peux dire qu'ils avaient raison. Et puis, j’apprécie le mode de vie pour moi et mes filles. (...) Aurora va à l'école, apprend de nouvelles langues, et la culture de Lisbonne est magnifique. (...) Ma femme a choisi de se consacrer entièrement à moi et à la famille, refusant beaucoup de propositions de travail. »


Mais le temps avançant, l’expédition portugaise ressemble à un immense bide sur le papier. Aquilani dispute une vingtaine de rencontres, mais est aligné d’entrée à seulement cinq petites reprises et se console avec les coupes nationales. Un an après s’être posé en terre lusitanienne, le milieu de terrain a perdu son statut en sélection, rate le championnat d’Europe en France et est contraint de refaire ses valises. Direction Pescara, pour le succès qu’on connaît. Un club qu’il a quitté de la pire des façons : sur un carton rouge pour un tacle tout bidon. Un peu à l’image de sa carrière qui devrait se terminer en eau de boudin, mais qui pourrait également finir comme elle a commencé. De forte belle manière, et avec quelques gestes de classe.



Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier
Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Podcast Football Recall
Podcast Football Recall Épisode 31: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses jeudi 21 juin Pourquoi c’est largement mieux de regarder un match AuBureau plutôt qu’au bureau ? 1 jeudi 21 juin Des bourses d'échanges Panini près de Nantes 8 jeudi 21 juin Où trouver le guide SO FOOT du Mondial 2018 ? jeudi 21 juin Suivez la Coupe du monde sur un bateau à Paris ! 10