1. // Coupe du monde 2014
  2. // Quart de finale
  3. // France/Allemagne (0-1)

Apprendre à perdre

Ils se sont battus, ils ont perdu, nous sommes tristes, le Mondial est terminé. C'est encore la faute à ces satanés « détails » qui nous poursuivent. Gagner, c'est bien. Mais perdre, c'est encore mieux.

Modififié
30 29
Perdre. Perdre encore. Perdre sans combattre. Perdre sans avoir le plaisir de rêver encore un peu. Perdre sans avoir le temps de se demander ce qu'on aurait pu faire, ce qu'on aurait peut-être dû faire. Perdre en voyant le temps qui coule seconde par seconde et qui semble indifférent à notre sort. Perdre comme une obsession qui assaille l'esprit dès le premier but. Il y a des matchs où l'on essaie de s'accrocher à quelque chose, comme la Colombie s'était accrochée à son génie de 22 ans matraqué pendant 90 minutes par Fernandinho. James Rodríguez n'avait rien dit et s'était obstiné. De ce visage de poupon dégoulinaient une envie et un talent capable d'entretenir l'illusion d'un miracle et de faire taire tout un stade hostile. Il n'avait pas d'expérience, lui, mais en marquant ce pénalty, il avait offert aux spectateurs l'envie d'en voir encore plus, de se coucher tard, l'illusion que ce match ne terminerait jamais. Les Colombiens avaient perdu en offrant ce qu'ils avaient de mieux, en vidant absolument toutes leurs poches. En deuxième mi-temps, ils s'étaient lancés à l'attaque sans milieu de terrain, sans aucun filet qui les retenait. Il voulait tellement gagner qu'ils avaient oublié qu'ils pouvaient aussi perdre. C'est cette pleine inconscience de l'enjeu qui offrit au spectateur la volupté d'un spectacle dont il se souviendra. Le plaisir, c'est le risque. L'expérience, c'est l'ennui.

Maracanã morne plaine


Alors que penser quand la cruauté de la Coupe du monde s'exerça en pleine après-midi ? Dieu (forme sublimée de la FIFA) avait voulu que ce France-Allemagne fût le premier de tous les quarts de finale et qu'il précédât ainsi de quelques heures ce splendide Brésil-Colombie rempli de larmes, de sueur et d'inconstance. Certes il y eut des fautes dans ce match, mais il y eut quelques souvenirs à conserver : ce coup franc de David Luiz, ce visage rouge de Lucifer célébrant son forfait devant 50 000 possédés. Il y eut les contrôles de balle de James aussi. La blessure de Neymar. Quelque chose qu'on pressentait mémorable. Plus ce Brésil-Colombie devenait intéressant, plus la mémoire se mettait à déformer notre France-Allemagne. Que nous avait-il offert, à nous, au juste ? Qu'allait-il nous laisser dans le cerveau ? Une frappe de Benzema, un ou deux hors-jeu. L'arrêt de Neuer. Peut-être un peu de souffrance aussi, parce qu'il fallait bien. Mais ce goût de fer dans la bouche et cette espèce de tension irrépressible qui tombe dans les jambes à l'heure d'abandonner le Maracanã sans y avoir marqué le moindre but, est la sensation amère des rendez-vous manqués. On a beau essayer de se souvenir, il ne nous restera pas grand-chose à retenir, en fait. Aucune leçon à tirer. Le vide. Même les Allemands avaient l'air triste à la fin de ce match.

Le détail


Dans la presse étrangère, on parle aujourd'hui de notre France-Allemagne, ce sommet, cet Olympe, comme d'une triste après-midi où il n'y eut « rien au Maracanã » (El Pais), que la France avait été « gelée » (The Telegraph) que ce match « fut l'un des plus pauvres de la Coupe du monde. Il n'y eut aucun risque, aucune émotion » (El Pais). Quand on parle de notre Deschamps, notre « patron » (Le Monde), comme d'un « entraîneur malhabile » (El Pais) qui sortit Cabaye, « le seul milieu capable d'adresser des ballons dans la surface à Giroud » , on aimerait leur dire que non, nous, on y avait cru, mais les forces nous manquent. Alors après ce France-Allemagne, nous nous étions tus comme nous nous étions tus après ce Chelsea-PSG où les savants de la chose avaient là aussi diagnostiqué un « manque d'expérience » . Ils avaient deviné que c'étaient bien les « détails » qui faisaient la différence entre la victoire et la défaite à ce « niveau de la compétition » . Une touche d'Ivanović, un but du tibia de Ba ne valaient pas beaucoup plus cher que cette « erreur de marquage » de Varane sur Hummels. Il faut regretter ces fameux « détails » qui décident des grands matchs, ce « manque d'expérience » , qu'on évoque comme un mot d'excuse falsifié à chaque défaite nette et sans contestation possible. Mais en vouloir au temps qui passe, c'est comme en vouloir au temps qu'il fait. C'est la meilleure façon de ne rien dire, de ne rien faire et puis d'attendre.

Le compétiteur qui ne compétite plus


Pourtant il y en aurait eu des choses à dire, mais quand la patrie est en jeu, on préfère se taire plutôt que de passer pour un lâche. « On a quand même bien représenté notre pays, avec fierté. On finit la compétition en étant fiers d'avoir tout donné pour la patrie, je pense que les Français l'ont senti aussi » , nous dit Sakho juste après ce match. Comme il s'était ainsi adressé à nous, on est bien obligé de lui répondre qu'on est un peu déçu quand même et que la « patrie » aurait peut-être mérité un peu plus de panache. On aurait préféré perdre 4-3 plutôt que 1-0 sur coup franc à la dixième minute. Sakho, il ressemblait un peu au médecin-chef Bestombes du Voyage au bout de la nuit, celui qui réparait les soldats blessés à grands coups d'électrochocs pour les renvoyer ensuite à leurs tranchées au nom du « patriotisme » . Céline nous avait pourtant prévenu : « Pour accéder à cette vérité, non seulement l'intelligence est superflue, Bardamu, mais elle gêne ! » On aurait préféré parler d'autre chose, mais enfin, il n'y avait pas le choix. Alors pour patienter un peu, on prit un autre livre pour éviter de trop penser et trop regretter. À la page 44 de Dínamico de lo impensado de Dante Panzeri, le livre qui révolutionna le point de vue sur le football dans l'hémisphère sud dans les années 60, on lit bêtement : « La barbarie et le désagréable du football viennent du fait que le public ne sait pas au nom de quoi et pourquoi on joue au football. Voilà pourquoi il est perméable à croire à l'idée que durant un match, c'est "le pays" ou "la patrie" qui joue. » Perdre fait partie du jeu. La patrie n'a rien à voir avec tout cela. Ce qui compte ici, c'est la façon de se souvenir, la façon de tomber, la façon d'apprendre. C'était donc cela l'expérience, apprendre à perdre.

Par Thibaud Leplat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

LaPaillade91 Niveau : Loisir
Mais pourquoi diable quand vous voulez parler de foot (M.Leplat), vous ne parlez pas de foot ?
rodillacero Niveau : DHR
Putain citer Celine et Panzeri, je commence aussi à decrocher. Pitié, allez y pas trop fort, j'ai perdu mes identifiants de l'equipe.
Sidney G'Ovule Niveau : Loisir
Message posté par LaPaillade91
Mais pourquoi diable quand vous voulez parler de foot (M.Leplat), vous ne parlez pas de foot ?


ça fait du bien aussi de prendre un peu de recul par rapport au football, et malgré cette distance prise avec les évènements l'article souligne avec pertinence que l'on a manqué de folie face à l'Allemagne. Jouer l'esprit libéré, avec spontanéité et foi, ça peut faire pencher la balance en ta faveur quand tu manques d'expérience. La référence à Voyage au bout de la nuit est rafraîchissante aussi
TsouinTsouin Niveau : Ligue 1
Superbe dernier paragraphe.
Voilà pourquoi j'aime Sofoot : pour ce genre d'articles. Mais aussi pour les brèves débiles histoire de se reposer les méninges, comme James et sa sauterelle.

Ce site est très représentatif du football finalement... Il faut (savoir) être con pour aimer le football mais il faut en avoir (un peu) dans le crâne pour le comprendre.
Rakamlerouge Niveau : National
Céline, le "Voyage" et Mamad' Sako dans la même phrase, pas de doute vous êtes bien chez Sofoot.

Bel article!
C'est intéressant de comparer le match de la Colombie à celui de la France.
Ils étaient tout deux dominés au score, et pourtant avec de l'envie, de la hargne de l'engagement et de la technique.. La Colombie a failli retourner la situation.
Tandis que nous, de l'application, de la solidité et.. De la prise de risque minimum on as jamais sur emballé le match !
On vante notre milieu a 3 mais il manque cruellement de technicité et de percussion. Mis à part Pogba intéressant en première période, j'aimerais savoir ce qu'as pu apporter matuidi mis à part ses kilomètres, ses contrôles manquées, conduites de balles approximative et mauvaise passe. Je pense simplement que l'on est bien trop frileux lorsqu'il faut attaqué même si on en met 8 à la Jamaique, 5 à la Suisse, ca restait du réalisme.
Cabaye, si l'on se repasse le match, a trés peu joué de l'avant, et lorsqu'il le faisait c'étais en jeu long.. Ca passait 1 fois sur 3, ca crée des occasions mais c'étais la seul prise de risque offensive que l'on était capable de prendre.
Est-ce normal ? Peut on attendre mieux de la part de cette équipe ?
Je l'espère .. Avec un peu plus d'expérience et de joueurs à l'aise techniquement !
Roland Gland Niveau : DHR
Message posté par LaPaillade91
Mais pourquoi diable quand vous voulez parler de foot (M.Leplat), vous ne parlez pas de foot ?


Parce que le sport (et en l'occurrence le foot) et un trait d'union de la culture au sens large et que, la littérature, la philosophie, et tant de choses encore permettent d'enrichir la compréhension de ce trait d'union.

Si aujourd'hui, le foot n'est pas aussi bien vu dans les catégories socio professionnelles supérieures, c'est notamment à cause de ce discours : "le foot est quelque chose qui ne se conceptualise pas, c'est juste un jeu ou on court derrière le ballon."

Libre à toi de ne pas aimer les articles de Leplat, moi je les aime bien. Si on fait attention un minimum au message délivré, il n'y a rien de plus juste : on apprend aussi de ses échecs.
Cunnylinguist Niveau : Loisir
Message posté par LaPaillade91
Mais pourquoi diable quand vous voulez parler de foot (M.Leplat), vous ne parlez pas de foot ?


Parce que le football, de par son importance, fait partie de la Culture (oui, avec un C majuscule). Le relier à d'autres éléments de culture n'est donc pas si ahurissant que ça.
LaPaillade91 Niveau : Loisir
Message posté par Roland Gland


Parce que le sport (et en l'occurrence le foot) et un trait d'union de la culture au sens large et que, la littérature, la philosophie, et tant de choses encore permettent d'enrichir la compréhension de ce trait d'union.

Si aujourd'hui, le foot n'est pas aussi bien vu dans les catégories socio professionnelles supérieures, c'est notamment à cause de ce discours : "le foot est quelque chose qui ne se conceptualise pas, c'est juste un jeu ou on court derrière le ballon."

Libre à toi de ne pas aimer les articles de Leplat, moi je les aime bien. Si on fait attention un minimum au message délivré, il n'y a rien de plus juste : on apprend aussi de ses échecs.



J'ai bien aimé cet article, même si je n'ai pas lu les auteurs cités.
Note : 1
La différence avec le match de la Colombie est au milieu de terrain. Les habiles cafeteros se sont heurtés aux brutes bresiliennes au milieu, alors que nous, nos brutes se sont heurtés aux habiles allemands qui malheureusement menaient déjà au score...
Note : 6
En lisant cet article, j'ai l'impression d'être au lendemain de France-Espagne d'il y a 2 ans. Et le fait de se dire ça, ça me fait penser que finalement, peut-être que notre équipe n'a pas tant progressé depuis 2 ans.

Depuis 2010 on est revenu dans le peloton, mais on a pas les jambes pour suivre l'échappée (métaphore de préparation au tour de france).

Peut-être que d'ici deux ans, ces p'tits gars pourront à nouveau nous faire rêver, mais en attendant on va se taper des matchs amicaux.

plus que 1460 jours avant la prochaine WC, allez...
Message posté par Lothaire
La différence avec le match de la Colombie est au milieu de terrain. Les habiles cafeteros se sont heurtés aux brutes bresiliennes au milieu, alors que nous, nos brutes se sont heurtés aux habiles allemands qui malheureusement menaient déjà au score...


C'est juste je trouve ça dommage,
On a un problème au niveau de la formation de toute manière lorsqu'on voit le cas de Griezmann, même Valbuena qui a beaucoup galéré pour en arriver la.
D'ici 2016 espéronss de voir quelques "coming-out", compter sur un courreur à pied (matuidi) pour animer un jeu offensif c'est limite.
En 2016 nous n'aurions pas vraiment l'excuse de l'expérience, il faudra plus d'engagement aussi
Message posté par Lothaire
La différence avec le match de la Colombie est au milieu de terrain. Les habiles cafeteros se sont heurtés aux brutes bresiliennes au milieu, alors que nous, nos brutes se sont heurtés aux habiles allemands qui malheureusement menaient déjà au score...


C'est juste je trouve ça dommage,
On a un problème au niveau de la formation de toute manière lorsqu'on voit le cas de Griezmann, même Valbuena qui a beaucoup galéré pour en arriver la.
D'ici 2016 espéronss de voir quelques "coming-out", compter sur un courreur à pied (matuidi) pour animer un jeu offensif c'est limite.
En 2016 nous n'aurions pas vraiment l'excuse de l'expérience, il faudra plus d'engagement aussi
Message posté par Lothaire
La différence avec le match de la Colombie est au milieu de terrain. Les habiles cafeteros se sont heurtés aux brutes bresiliennes au milieu, alors que nous, nos brutes se sont heurtés aux habiles allemands qui malheureusement menaient déjà au score...


C'est juste je trouve ça dommage,
On a un problème au niveau de la formation de toute manière lorsqu'on voit le cas de Griezmann, même Valbuena qui a beaucoup galéré pour en arriver la.
D'ici 2016 espéronss de voir quelques "coming-out", compter sur un courreur à pied (matuidi) pour animer un jeu offensif c'est limite.
En 2016 nous n'aurions pas vraiment l'excuse de l'expérience, il faudra plus d'engagement aussi
El Puerro Niveau : CFA2
C'est aussi ce genre de gargarismes qui ont toujours fait perdre la France. Et dans de nombreux domaines, manifestement.
Santiago Wanderers Niveau : District
Message posté par VrGL
En lisant cet article, j'ai l'impression d'être au lendemain de France-Espagne d'il y a 2 ans. Et le fait de se dire ça, ça me fait penser que finalement, peut-être que notre équipe n'a pas tant progressé depuis 2 ans.

Depuis 2010 on est revenu dans le peloton, mais on a pas les jambes pour suivre l'échappée (métaphore de préparation au tour de france).

Peut-être que d'ici deux ans, ces p'tits gars pourront à nouveau nous faire rêver, mais en attendant on va se taper des matchs amicaux.

plus que 1460 jours avant la prochaine WC, allez...


"Le quart de finale contre l'Espagne (championne du monde et d'Europe en titre) voit une équipe de France encaisser le but le plus rapide sous l'ère Laurent Blanc, à la 19e minute par Xabi Alonso. Au terme d'une rencontre très pauvre en actions de jeu, les champions du monde espagnols s'imposent finalement sans forcer 2-0 grâce à un doublé de Xabi Alonso avec un penalty dans le temps additionnel. N'ayant presque rien tenté pendant le match, la France quitte la compétition sur un goût d'inachevé"
(article Wikipédia sur le quart France-Espagne de 2012).

On remplace "Allemagne" par "Espagne" et l'analyse est valable: les Allemands n'ont pas été transcendants, mais ils n'ont pas été mis en danger par une équipe de France ayant eu finalement du mal à se créer de réelles occasions. Peu de progrès en deux ans, toujours dans l'opération com' réhabilitation post-Knysna, et un cadre tellement policé qu'il empêche les joueurs de se lâcher lorsqu'il le faut, c'est-à-dire sur le terrain.
Franchement après avoir encaissé ma déception d'hier et mater le match Brésil Colombie... Je me dis que vraiment on aurait pu aller au bout !

Mine de rien, y'a aucune équipe qui se détache et montre clairement sa domination...
Le Brésil poussif, l'argentine encore pire... les pays-bas lors des 2 derniers matchs on voit qu'eux aussi galère... Quid de la Belgique ?

Bref tout ça pour dire qu'on aurait pu aller au bout (oui, oui sans déconner) et le pire c'est le faux rythme que les allemands ont imprimé sur le match... sans le but de la tête, on serait aller paisiblement sur un bon 0 0 des familles et on aurait sans doute eu les pénaltis... Deutch Qualitat ?

La Belgique & le Costa Rica auront toutes leurs chances et je vois même des surprises pour les hollandais et argentins...
Joli papier, n'en déplaise aux neuneus décrocheurs de l'épique kissifrote ou de l'époque kissifrite, je ne sais plus… Ouais, c'est bien ça cette edf, de l'ennui et de la tristesse, plus par fatigue que par déception… On baille, on se fait ièche, on voit des pros surblindés allumer mollement un gardien envisagé comme un piquet d'entrée chez Saint-Pierre, un cône d'entrainement avec des gants de Mickey… On est fiers, blablabla, passe encore, tout donné, blablabla, et là ça coince… Qui a vu des types qui voulaient gagner?… D'abord jouer, jouer pour gagner?… L'edf a repris à l'unisson la scie soporifique proposée par des allemands aussi chiants que leurs adversaires… Objectif atteint, a claironné le staff et la fédé… Un 1/4 de finale à faire reluire jusqu'en 2016, putain c'est long… On ne demandaient pas aux joueurs d'endosser le costard cheap de vrp de la gestion d'après crise...
C'est vrai que c'est en matant Brésil-Colombie que je me suis rendu compte que France-Allemagne avait été finalement super chiant*.

Contrairement au Ghana et l'Algérie qui jouaient relâchés contre l'Allemagne car ils n'avaient rien à perdre, l'EDF s'est sans doute crispée à se dire que c'était du 50/50. Résultat, à part balancer de longs ballons devant, on n'a jamais organisé correctement nos attaques. Et techniquement, c'était quand même assez pauvre, avec un nombre de ballons perdus assez impressionnant.

Bref, même si la chaleur a dû jouer sur la rencontre, c'était finalement décevant car aucune des deux équipes n'a emballé le match. Les Allemands ont géré leur avance et les Français ont manqué de folie en tentant le tout pour le tout. Alors que la Colombie, même menée 2-0, n'a jamais abdiqué et a poussé jusqu'au bout. Y'a qu'à voir le but refusé ou Yepes était prêt à piétiner son coéquipier et Ospina qui était là sur le dernier coup franc.
Message posté par whendod
C'est intéressant de comparer le match de la Colombie à celui de la France.
Ils étaient tout deux dominés au score, et pourtant avec de l'envie, de la hargne de l'engagement et de la technique.. La Colombie a failli retourner la situation.
Tandis que nous, de l'application, de la solidité et.. De la prise de risque minimum on as jamais sur emballé le match !
On vante notre milieu a 3 mais il manque cruellement de technicité et de percussion. Mis à part Pogba intéressant en première période, j'aimerais savoir ce qu'as pu apporter matuidi mis à part ses kilomètres, ses contrôles manquées, conduites de balles approximative et mauvaise passe. Je pense simplement que l'on est bien trop frileux lorsqu'il faut attaqué même si on en met 8 à la Jamaique, 5 à la Suisse, ca restait du réalisme.
Cabaye, si l'on se repasse le match, a trés peu joué de l'avant, et lorsqu'il le faisait c'étais en jeu long.. Ca passait 1 fois sur 3, ca crée des occasions mais c'étais la seul prise de risque offensive que l'on était capable de prendre.
Est-ce normal ? Peut on attendre mieux de la part de cette équipe ?
Je l'espère .. Avec un peu plus d'expérience et de joueurs à l'aise techniquement !


On est d'accord… Que Matuidi soit le joueur qui mette les attaquants sur rampes de lancement, c'est juste aberrant… Ça manque cruellement de technique, de mouvement et de changements de rythme au milieu… Pogba a le talent, mais est-il disposé à se mettre aussi au service du collectif et à se bouger au soutien?… Et puis l'attaque, c'est toujours un problème… Benzema n'est ni le taulier, ni le génie qu'on veut nous vendre… Les occases vendangées contre l'Allemagne le prouvent… Un joueur décisif les auraient mis au fond… Quant à l'audace, il me semble que ça va de pair avec la capacité à changer de rythme, à initier individuellement un mouvement suivi et soutenu par le collectif… L'edf n'a ni les joueurs, ni l'esprit, ni le projet de jeu… C'est sûr qu'en ce qui concerne la réduction des risques, DD le DRH n'angoisse pas trop la fédé...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
30 29