Anthony Weber : « Mon échauffement est perturbé si je ne porte pas le bon caleçon »

Blessé l'an passé au tendon d'Achille, Anthony Weber devrait récupérer cette saison sa place dans la charnière centrale du Stade de Reims. Pour sa quatrième saison en Ligue 1, l'ancien de Strasbourg et du Paris FC revient sur sa convalescence, sa passion pour la NBA et son goût pour les vieux sous-vêtements.

Modififié
Tu as manqué l'essentiel de la saison passée à cause d'une rupture du tendon d'Achille en avril 2014 contre Nice. J'imagine que les souffrances de la préparation d'avant-saison passent mieux avec l'envie de faire une saison pleine ?
Tout à fait, quand on revient de blessure, on a une préparation tronquée. Celle d'avant-saison et celle en cours de saison ne sont pas pareilles. Là, cela se passe bien, je me sens bien, et je suis revanchard par rapport à la saison passée. J'ai une grosse envie.

Toi qui n'as disputé que 13 matchs la saison passée, tu vas être un peu comme une recrue pour Reims ?
Presque. L'important pour moi est d'être bien physiquement, de ne pas être gêné par des pépins physiques comme sur la saison passée et retrouver mon niveau. Je suis sur la bonne voie.

Quand on a été blessé sérieusement comme toi, a-t-on une appréhension au moment de revenir ?
Bien sûr, mon tendon a été raide pendant un long moment, il a fallu énormément de soins et de travail pour l'assouplir. Même si tout le monde me disait qu'il était solide et qu'il y avait peu de chances que cela pète à nouveau, il y avait une petite crainte, forcément. Au fil des jours, des séances d'entraînement et des matchs, cela a disparu.

C'était quoi le plus dur à supporter entre le jour où tu t'es blessé en avril et ton retour à la compétition en décembre ?
Être à l'écart du groupe. J'étais parti un mois en rééducation à Cap-Breton, et c'était la période justement où le groupe reprenait l'entraînement. Je me sentais mis à l'écart, même si ce n'était pas le cas. C'est toujours compliqué de ne pas être avec le groupe. Et la rééducation a été longue et difficile parce qu'un tendon est toujours difficile à consolider. J'ai dû faire pas mal de séances d'assouplissement du tendon, mais aussi de la musculation du mollet gauche, car j'avais perdu toute ma force musculaire à la jambe gauche. J'ai dû travailler énormément pour retrouver tout ça.

Tu t'es inquiété pour ta place de titulaire ?
À ce moment-là, je ne me posais pas la question. L'important pour moi, c'était de revenir le plus vite possible, je ne me concentrais que sur cela. Une fois qu'on se sent prêt physiquement, apte à reprendre les matchs de Ligue 1 et qu'on ne joue pas, forcément, c'est difficile. J'ai presque attendu trois mois avant de rejouer un match après la reprise des entraînements, c'était compliqué.

« La saison dernière, des joueurs ne se sentaient plus trop concernés par la vie de groupe et les résultats du club, car on était laissés sur le carreau. » Anthony Weber

L'objectif du club cette saison reste le même, le maintien avant tout ?
Pour l'instant, on n'a pas eu ce type de discours de la part du coach ou du président, mais on ressent de l'ambition au club. On n'a pas envie de refaire une saison comme on vient de vivre, c'est-à-dire galérer pour le maintien jusqu'à la dernière journée. Toutes les saisons sont différentes, on a l'esprit revanchard et l'envie de donner du plaisir à nos supporters, avec du bon football, de bons matchs à domicile, car c'était compliqué la saison passée. On va faire le maximum. Après, on ne sait jamais, une grosse saison est vite arrivée. Il y a quelques années, personne ne nous voyait monter en Ligue 1 et pourtant, on l'a fait. Pourquoi pas créer la surprise et finir dans la première partie de tableau, 10e ou 11e comme il y a deux ans ?

La saison passée, après une très bonne première partie de saison, les résultats se sont dégradés jusqu'au départ de Jean-Luc Vasseur. Comment expliques-tu ces difficultés hivernales autrement que par la Coupe d'Afrique des nations ?
La CAN a certainement joué avec le départ de quatre joueurs titulaires, cela a été compliqué. Perdre quatre joueurs importants alors qu'on est dans une belle dynamique, forcément, ça la casse. Et puis il y a eu des soucis en interne avec l'entraîneur, une cassure entre les titulaires et les remplaçants. Des choses se sont passées dans le vestiaire, on n'a pas su s'asseoir autour d'une table et dialoguer. Ou plutôt, on l'a fait, mais trop tard. C'est aussi pour cela que la seconde partie de saison était compliquée.

La gestion humaine des remplaçants n'avait pas fonctionné ?
C'est ça (il hésite). C'est toujours compliqué d'être remplaçant, mais là, c'était dur à vivre, car on était mis de côté et on ressentait que le coach avait besoin de certains joueurs et pas de tout le monde. Pas mal de joueurs ne se sentaient plus trop concernés par la vie de groupe et les résultats du club, car on était laissés sur le carreau.

Jusqu'à présent, ton plus beau souvenir à Reims, c'est la montée en 2012 ou les maintiens ?
Le plus fort, c'est la montée en Ligue 1. C'était extraordinaire de redonner aux supporters, au club, à la ville, une montée en Ligue 1, 33 ans après. À mon arrivée au club, je sentais qu'il y avait une grosse attente, faire ce que l'on a fait, ce n'était pas évident. L'année d'avant, on avait été 10es de Ligue 2. À la trêve, on était 19es et monter en Ligue 1 n'était pas l'objectif du club en début de saison. Au fil des matchs, on a senti qu'on pouvait le faire, on avait un groupe extraordinaire, une bande de potes qui ne se prenaient pas au sérieux, on s'entendait tous très bien en dehors du terrain et on faisait énormément d'activités ensemble. Cela se ressentait sur le terrain.

Une aventure humaine qui ressemble à la génération 87 à Strasbourg avec laquelle tu as gagné la Gambardella en 2006...
Exactement, c'était le même cas de figure que notre montée avec Reims, on était vraiment, vraiment des potes. Il n'y avait pas de remplaçant, pas de titulaire, on était ensemble, c'est tout. C'est grâce à ça qu'on est allés au bout, car on n'avait pas la meilleure équipe sur le papier, Lyon était largement meilleur que nous. On s'est qualifiés contre Lens alors qu'ils devaient nous massacrer 3 ou 4 à zéro, et finalement, on est passés aux penalties. On était tellement soudés, avec une telle envie d'être ensemble, que cela a fait la différence.

« Je me souviens du caleçon que je portais lors de mon premier but en Ligue 1. Depuis, c'est toujours le même que je porte en match. » Anthony Weber

De cette génération, à laquelle on peut ajouter Morgan Schneiderlin qui est de 89, mais qui était souvent surclassé, très peu ont eu leur chance en équipe première au Racing. Toi, tu as dû partir au Paris FC. Comment tu expliques que le club n'ait pas fait plus de place pour vous ?
On venait de descendre en Ligue 2, le président voulait absolument remonter l'année suivante, ils ont misé sur des joueurs d'expérience et moins sur la formation. Cela a peut-être été une erreur de leur part sur le long terme. Seuls Romain Gasmi et Kevin Gameiro avaient commencé à jouer en professionnel.

C'est vrai que tu aimerais devenir formateur après ta carrière ? Il y a des gens qui t'ont inspiré à Strasbourg ?
Je veux rester dans le football, ça, c'est sûr, et entraîner des jeunes me plairait vraiment. Ce que j'ai vu du métier de formateur avec François Keller (à l'époque entraîneur de la réserve, ndlr) et Claude Fichaux (éducateur au centre de formation à l'époque, ndlr), ce n'est pas qu'une relation joueur/entraîneur, mais bien plus que cela. De temps en temps, on s'envoie des textos, on s'appelle... Quand je les ai vus exercer à ce poste-là, cela m'a plu, cette vision du métier m'attire. Après, quand j'étais sous leurs ordres, on n'était pas forcément trop proches, il ne faut pas, mais on sentait qu'il y avait des liens d'amitié, et quand j'ai commencé à jouer en pro, à ne plus être avec eux, j'ai compris qu'on avait créé un lien fort.

En dehors du foot, ta passion, c'est le basket NBA ?
Exactement ! Je ne peux pas voir tous les matchs, car ils sont super tôt le matin, ce n'est pas possible pour moi. Mais je regarde NBA Extra sur beIN, je ne la rate jamais. Je ne supporte pas vraiment une équipe, mais je suis fan de Derrick Rose, donc forcément je suis fan des Chicago Bulls aussi. Sa façon de jouer, de se déplacer, il est super dynamique. Il n'est pas très grand (1,91m, ndlr), mais quand je le vois dunker, j'ai l'impression qu'il fait deux mètres comme Tim Duncan ou d'autres joueurs comme Lebron James. Il y a Stephen Curry aussi dans un registre plus élégant avec une technique extraordinaire. J'admire chez eux leur dévouement au travail, ce que l'on a peut-être moins, nous, les footballeurs. J'ai vu une fois un reportage sur Lebron James après sa deuxième finale perdue en NBA. Au lieu de partir en vacances, il était parti environ un mois pour une tournée marketing avec Nike, il avait emmené deux ou trois entraîneurs avec lui pour bosser dès qu'il avait du temps libre. Ils gagnent des millions de dollars et restent des monstres de travail et de grands athlètes.

Superstition : tu en es toujours à porter le même caleçon en match ? Combien d'années ?
C'est vrai, c'est vrai. J'ai changé il y a quelque temps, car l'ancien était en morceaux. Cela fait trois ans que je porte le même. Je ne sais pas comment on en vient là, mais c'est souvent assez idiot. Quand j'ai marqué contre Lille mon premier but en Ligue 1 (le 15 décembre 2012, ndlr), je me souviens du caleçon que je portais. Depuis, c'est toujours le même que je porte en match.

C'est un truc d'Alsacien ou quoi ? Frank Lebœuf le faisait aussi quand il jouait à Strasbourg...
Je sais pas... Lebœuf le faisait aussi ? Tu me l'apprends ! (rires) C'est un truc que je ne faisais pas quand j'étais plus jeune. J'ai commencé à le faire au Paris FC. Je ne sais pas si on s'imagine assurer le succès de notre carrière en faisant ça, mais cela permet de se sentir bien. Cela peut perturber mon échauffement de savoir que je ne porte pas le bon caleçon...


Propos recueillis par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Hier à 18:38 Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) Hier à 16:30 La petite gourmandise de Callejón 1
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 11:44 Un but barcelonesque en D4 argentine 10
mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 16 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 24 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 8 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66 vendredi 7 juillet Un Anglais va faire le tour des stades des 55 pays d'Europe pendant un an 14 jeudi 6 juillet Fusion Juvisy-Paris FC actée 9 jeudi 6 juillet Platini : suspension confirmée par le Tribunal fédéral suisse 5 jeudi 6 juillet Le golazo de Damião avec Flamengo 10 jeudi 6 juillet Wycombe dévoile un maillot de gardien hypnotisant 20 jeudi 6 juillet Giovinco continue de régaler à Toronto 12 jeudi 6 juillet Piqué s'éclate dans le désert 20 jeudi 6 juillet Maradona continue ses péripéties 13 mercredi 5 juillet Le Real met la main sur Theo Hernández 44 mercredi 5 juillet SOLDES : jusqu'à -20% sur la boutique SO FOOT 2 mercredi 5 juillet Asamoah Gyan revient en Europe 26 mercredi 5 juillet Un supporter fait 13 700 km pour voir jouer son équipe 8 mercredi 5 juillet Eric Dier fait l'essuie-glace 9 mercredi 5 juillet Chapecoense vire son entraîneur 7 mercredi 5 juillet Lingard tape un foot avec des gosses hystériques 43 mardi 4 juillet Le prochain SO FOOT en kiosque le 12 juillet 1 mardi 4 juillet Chine : un arbitre tabassé lors d'un match supposé truqué 12 mardi 4 juillet John Terry s'invite sur la fesse d'un supporter d'Aston Villa 15 mardi 4 juillet Un Géorgien se fait tatouer son onze de rêve des Pays-Bas 48 mardi 4 juillet Maradona au match pour Infantino 3 mardi 4 juillet Podolski et la culture japonaise 23 mardi 4 juillet La superbe vidéo de campagne d'abonnement de la Sampdoria 24 lundi 3 juillet Maradona accusé d'agression par une journaliste russe 45 lundi 3 juillet Djibril Cissé signe en D3 suisse 26 lundi 3 juillet Le portrait mural d'Hamšík dévoilé 13 lundi 3 juillet Maradona joue au hockey en Russie 4 lundi 3 juillet Un joueur nord-irlandais fait croire qu'il signe au Barça 13 lundi 3 juillet Éric Besson devient président du Blanc-Mesnil 15 dimanche 2 juillet Le solo de Pato 14 dimanche 2 juillet Blatter : « J'aurais dû m'arrêter plus tôt » 16 dimanche 2 juillet Dybala marque un coup franc improbable 8 samedi 1er juillet Infantino reconnaît des failles dans l'arbitrage vidéo 17 samedi 1er juillet Ronaldinho humilie Blomqvist lors d'un match de charité 26 vendredi 30 juin Bientôt un plafond de salaire pour les clubs ? 41 vendredi 30 juin Percuté par un scooter, il rattrape le chauffard grâce à ses coéquipiers 18 vendredi 30 juin Mariano Díaz s'engage avec Lyon 47 vendredi 30 juin L'énorme frappe de Wendel avec Fluminense 2 vendredi 30 juin Hulk suspendu après avoir soutenu Oscar 24 vendredi 30 juin Benayoun offre la victoire au Beitar en barrage de Ligue Europa 21