1. // Interview- Anthony Réveillère

« À Lyon, on avait la culture de la victoire »

Récent retraité après une carrière longue de 18 saisons à Rennes, Valence, Naples ou encore Sunderland, Anthony Réveillère a surtout marqué l'histoire de l'Olympique lyonnais. Avec 5 titres en dix ans, et quelques beaux souvenirs européens. Interview nostalgie avec le latéral droit des grandes années de l'OL.

Modififié
Samedi, tu étais à Gerland pour la der dans ce stade. J'imagine que cela compte beaucoup pour toi ?
Fallait être présent. On était invités par le club avec les anciens sur plusieurs générations, cela faisait beaucoup de monde. C'était marrant de refouler la pelouse, de faire un dernier tour d'honneur. C'est bien qu'ils aient fait profiter les anciens de la fête, même si malheureusement, il n'y a pas eu le résultat sur le terrain. On a fait un petit match entre nous le matin, des équipes mélangées avec auto-arbitrage, sur le terrain habituel de la CFA. Pour le nouveau stade, je me suis placé pour pouvoir y aller. Je n'ai jamais été un grand fan des déplacements au stade, mais j'aimerais bien faire la première au Stade des Lumières. Je fais partie des joueurs qui ont leur photo sur place, j'ai envie de montrer ça à mes enfants.

Lyon, ce sont tes plus beaux souvenirs de footballeur ?
Oui. Mon plus gros souvenir reste mon premier match avec Rennes, car je réalisais mon rêve de jouer en pro. Mais Lyon, c'est la plus belle période. On alliait le plaisir à notre métier. Prendre du plaisir dans le jeu, les résultats et les titres... On a été le meilleur club français sur sept saisons, personnellement j'ai eu cinq titres. Je me suis rendu compte depuis mon départ il y a deux ans de toute la reconnaissance des gens qui gardent cette période en souvenir. Quand cela va un peu moins bien, il y a de la nostalgie.

Tu as vécu la période hégémonique en France. Au bout d'un moment, on a l'impression que gagner le titre, c'était banal pour vous...
Non, on mettait tout en œuvre pour remplir les objectifs. Gagner un titre, ce n'est jamais si simple, il faut aller le chercher. On se le rendait sûrement facile par nos efforts, nos investissements personnels et la qualité du jeu... On s'est rendu compte de ce que l'on avait fait quand on a cessé d'être champion. Mais on l'avait quand même bien fêté. Les saisons s'enchaînent : on savoure l'instant T, ensuite on a les vacances, puis il faut passer à la nouvelle saison.

On cherchait des objectifs pour rester concentrés, ne pas ralentir : record de points, record de buts marqués...

Après 2008, quand on a cessé d'être champions et qu'on a gagné seulement une Coupe de France, on ressentait le manque en voyant les autres célébrer le titre. On avait toujours soif de titres, mais on s'est rendu compte que ce n'était pas si facile ce que l'on avait réalisé. Le PSG aujourd'hui est dans le même schéma. Ils vont faire en sorte de le gagner le plus longtemps possible pour battre des records. Pour nous, c'était pareil, on cherchait des objectifs pour rester concentré, ne pas ralentir : record de points, record de buts marqués... C'est ce que doit faire Laurent Blanc pour stimuler son groupe.

Sur la scène européenne, l'OL a été une locomotive pour la L1, mais sans passer le stade des quarts durant sa grande période, puis une demi-finale en 2010. C'était quoi le manque ?
Peut-être de la chance, de petits détails. Contre le PSV en 2005, on a une balle de 2-0 à l'aller, puis on se fait égaliser sur une frappe anodine. Là-bas, on a un penalty qui n'est pas sifflé... C'est beaucoup de petites choses. Quand on voit ces deux matchs, notre défaite aux penalties... Contre le Milan AC en 2006, on s'écroule à la toute fin. Mais c'est l'année du PSV qu'on pouvait aller très loin. On avait les armes ensuite pour faire mal au Milan AC. Mais avec des si on peut refaire le monde. Mais on avait l'équipe pour aller au bout sur ces deux années-là. Quand on arrive en demies, c'est aussi parce que l'on affronte Bordeaux en quarts. C'était un match de Coupe d'Europe, mais aussi un match de Ligue 1, et on est passés à l'expérience. Au tour d'après, on s'est fait exploser par un Bayern surpuissant. On n'a pas de regrets sur cette année-là, on avait poussé au maximum avec le groupe que l'on avait. C'est vraiment le PSV qui laisse des regrets. Tout le monde avait vu qu'il y avait penalty sur Nilmar. Mais bon, on a pris beaucoup de plaisir, et le faire en exerçant son métier, c'est un aboutissement. À Lyon, on avait une culture de la victoire, je suis content d'avoir été imprégné de ça.

Même à l'entraînement, il existait cet esprit de compétition ?
Oui, même aux entraînements, tous les joueurs, mais c'était dans une bonne ambiance. Il y avait parfois des conflits d'intérêt, des petites embrouilles... Mais comme dans tout club. Il y avait des sourires, des plaisanteries. Sans forcément être les meilleurs amis du monde, on se respectait. Juninho le disait, on n'est pas forcément obligés d'être proches dans la vie, mais c'est sur le terrain qu'il faut être soudés comme jamais. On jouait les uns pour les autres. Quand l'un était en galère, il y avait un autre derrière. Il y avait une solidarité, on était des guerriers, des compétiteurs, et on avait compris que pour aller loin, on devait être ensemble. Et chaque été, il n'y avait pas de gros chamboulements dans le groupe, les recrues se mettaient au diapason. On était solidaires, mais on savait se dire les choses, s'engueuler si nécessaire.

Des joueurs comme Vercoutre ou Caçapa n'étaient pas titulaires, mais dans le vestiaire...
… ils étaient écoutés. À mon époque, il n'y avait que des internationaux, avec du caractère. Personne n'était timide ni dans le jeu ni dans la vie du groupe. Personne ne se faisait marcher sur les pieds, chacun tentait de s'affirmer. Et on avait compris que les remplaçants auraient du temps de jeu, car il y avait beaucoup de matchs et des possibilités de méforme. Personne ne pensait à son cas individuel comme cela peut être le cas aujourd'hui, c'était sain comme ambiance.

C'est à quel moment que cet OL a atteint son plus haut niveau de maîtrise ?
J'ai le souvenir avec Paul Le Guen qu'on allait toujours de l'avant. Même à 3-0 à la 80e, on continuait d'attaquer. Gérard Houllier, quant à lui, a voulu apporter plus de contrôle de balle, plus de patience et de maîtrise du jeu. Chaque entraîneur amène sa touche. La saison après Coupe du monde 2006, tous les internationaux sont en vacances. On commence à Nantes où on est menés 1-0 et finalement, on l'emporte avec Squillaci, Ben Arfa, Diarra... Une équipe un peu bis qui a joué un mois ensemble et a gagné ses quatre matchs. On est partis sur une dynamique où on sentait que l'entraîneur et le président nous faisaient confiance en attendant le retour des titulaires en puissance. On n'a pas perdu jusqu'à la trêve, c'était impressionnant.

Je me souviens d'autres périodes où les équipes venaient à Gerland pour ne pas prendre de valise. On gagnait le rapport de force avant le match.
J'ai le souvenir qu'on avait tellement confiance en nous que même quand on perdait 1-0, on continuait à jouer sans paniquer. On sentait qu'on allait gagner au final. On allait chercher les victoires dans les dernières secondes... On se sentait très forts. Je me souviens d'autres périodes où les équipes venaient à Gerland pour ne pas prendre de valise. On gagnait le rapport de force avant le match. Notre jeu usait les équipes, les mecs que l'on connaissait dans les équipes en face nous disaient : « Soyez sympas avec nous ce soir, de la compassion s'il vous plaît. » On ne s'occupait pas de l'adversaire, sauf dans les matchs européens. On imposait notre jeu et ce n'était pas autrement. On a commencé à être en difficulté quand on a cherché à s'adapter aux autres équipes.

Avec Alain Perrin vous faites le doublé en 2008, mais la relation avec les joueurs était très compliquée...
Alain Perrin avait un caractère particulier. Quand on arrive dans un club où les joueurs ont déjà un palmarès, on n'a pas forcément besoin de leur parler comme si c'étaient des débutants. Un entraîneur doit savoir s'imposer, mais aussi s'adapter à ce qui est déjà en place, comme pour les joueurs. Je ne connais pas bien le métier d'entraîneur, j'imagine qu'il est compliqué, mais avec Perrin, cela avait mal débuté déjà au stage d'avant-saison. On avait encore des tauliers dans l'équipe, on savait ce que l'on voulait, et on est allés chercher le titre et la Coupe de France dans la même semaine. Au final, cela a masqué beaucoup de choses. Cela reste une belle saison, mais en coulisses, c'était compliqué. Pour moi, c'est un bon mec, mais c'est important pour un entraîneur d'entretenir un bon relationnel avec tout le monde. Il avait peut-être trop de franc-parler, alors qu'à Lyon, il y avait des joueurs de gros caractère. C'était tendu.

Il paraît qu'il avait tendance à beaucoup saccader les oppositions à l'entraînement afin d'expliquer les phases de jeu. En résultait que les joueurs ne prenaient pas de plaisir...
Je n'ai plus de souvenirs précis, mais il voulait beaucoup travailler tactiquement. Il était marrant, car avant les matchs, il avait toujours une stratégie par rapport à l'adversaire. Il y avait un système un peu différent à chaque match. Même si on a su nous prendre en main, jouer sur notre expérience et le vécu de nos titres précédents, il a aussi sa part dans l'acquisition du titre en 2008. Il a aussi ses mérites, bien que la saison ait été dure. Cela aurait été difficile d'envisager une saison de plus avec lui.

Quand vous êtes champion en 2008, à la dernière journée, avez-vous conscience que c'est peut-être le dernier, notamment à cause de l'arrivée du Bordeaux de Laurent Blanc ?
J'avais une proposition de la Fiorentina cet été-là, et je voulais partir, en me disant que c'était bien de partir sur un titre et que ce serait difficile de continuer à gagner. J'avais eu une saison difficile, j'avais été baladé à droite et à gauche dans le cadre d'un turn-over avec François Clerc, et cela ne me convenait pas. Je m'étais pas mal embrouillé avec l'entraîneur. François Clerc jouait sur les matchs importants, alors que j'étais plus ou moins le titulaire en club. Mais vu qu'il était appelé en sélection... Personne ne comprenait, on me disait : « Tu vas jouer ces matchs-là, mais pas ceux-là... » Cela m'a énervé, car trois gros matchs que l'on m'avait promis m'étaient passés sous le nez. Donc j'ai explosé. Je suis allé dans le bureau de Perrin début 2008 et je lui ai dit : « Je ne peux pas continuer comme ça, je ne comprends pas les choix. »

En 2008, on était sur une fin de cycle, c'était le bon moment pour partir, même si Lyon restait mon club. Cela ne s'est pas fait avec la Fiorentina, et finalement, je suis resté cinq ans de plus.

Je trouvais que c'était un turn-over diplomatique : je faisais souffler Grosso à gauche et Clerc à droite. J'ai donc proposé d'être sur le banc : « Je vous facilite la tâche, je reste sur le banc. Je suis doublure à gauche et à droite, mais si l'un des deux est mauvais, je prends sa place et je ne bougerai plus. » Ils ont refusé, alors j'ai dit que je ne voulais plus d'explications, que je me contentais de faire mon taf. Au final, j'ai été titulaire sur les deux derniers mois. Quand la proposition de la Fiorentina est arrivée, qu'il n'arrivait pas à dire qui était le titulaire, qui le remplaçant, alors cela me tentait. On était sur une fin de cycle, c'était le bon moment pour partir, même si Lyon restait mon club. Cela ne s'est pas fait avec la Fio et finalement je suis resté cinq ans de plus. Mais pour moi, Perrin n'avait pas pris ses responsabilités en 2008. Et vu que j'étais une grande gueule, je l'ai crié haut et fort. Décembre 2007, je ne jouais plus, je ne parlais plus, on ne se serrait même pas la main. Mais au final, notre relation s'est améliorée sur les deux derniers mois.

Avec François Clerc, cela se passait comment ?
Il devait voir que j'étais souvent convoqué dans le bureau. À la fin, cela se passait mal. Je n'ai pas de problèmes avec la concurrence, mais quand tu es bon sur le terrain, normalement on ne te met pas sur le banc. On peut te dire : « On te fait souffler » , mais quand tu as l'habitude de jouer tous les trois jours, tu ne veux pas être au repos, sauf si tu es vraiment épuisé. Avec Clerc, on s'est dit les choses, je lui ai dit qu'on ne s'aimait pas et que cela ne servait à rien de se parler, de se serrer la main et de faire semblant. Quand je n'y arrive pas avec une personne, je lui dis. J'étais titulaire en club, lui il était en sélection. C'était un peu bizarre, mais bon, j'avais une relation bizarre avec le sélectionneur de l'époque aussi, Raymond Domenech. Je n'ai pas fait les matchs de qualification, puis j'ai terminé au Mondial 2010, allez comprendre...




Propos recueillis par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

ToxikCheese Niveau : Loisir
Alala Reveillere !

Son nom restera à jamais attaché à l'humiliation de Mancini avec la Roma mais bordel, quel joueur c'était ! Je crois même que c'est pas loin d'être le joueur à avoir le plus disputé de match de LDC avec l'OL, en compagnie de COupet (Coupet doit être devant)

Il a marqué l'histoire du club !

ToxikCheese Niveau : Loisir
Et pour moi, j'ai jamais vu Claudio Cacapa comme un remplaçant ! lors de sa dernière saison à Lyon, si je me souviens bien, c'est Squilacci qui a le plus jouer au côté de Cris, mais Cacapa c'est blessé assez gravement durant la saison
Youri Zidane Niveau : DHR
Ce qui m'a beaucoup marqué avec cet OL,c'était les séance de franche accolade juste après l'échauffement,mythique...
ce fameux péno sur Nilmar... bien sur que Gomes et ses mains tordues le touche bordel
Quel joueur quand même! Tellement constant! Surtout après sa blessure et la polémique qui a suivi sa non opération du croisé.
Il avait pas l'air plutôt en retrait mais effectivement c'est assez connu à Lyon qu'il avait une sacrée grande gueule, et qu'il ne pouvait pas encadrer Clerc (en même temps c'est logique parce que se faire doubler dans la hiérarchie par un mec aussi faible que lui, c'est plus qu'énervant).
Bref, bon joueur, bon mec, bon souvenir.
C'était clairement le meilleur latéral droit français depuis la retraite de Sagnol.
Un des latéraux les plus sous-coté de la dernière décennie.
J'ai toujours beaucoup aimé ce joueur. Alors si en plus il peut pas non plus saquer François Clerc, là je tombe amoureux.
dobbystereo Niveau : DHR
"Sur la scène européenne, l'OL a été une locomotive pour la L1"

Ahah, et l'article précédent qui dit l'inverse pour le PSG... Ok So Foot, vous ne savez plus de quoi vous parlez, en tout cas plus vraiment de foot..

Soyez cohérent, si le PSG n'est pas une locomotive, l'OL ne l'a jamais été...
Ed Deline Niveau : CFA2
de toute façon François Clerc est un suceur de stéphanois...
JuanValdez Niveau : DHR
Cachapa? pas titulaire? Je me trompe peut-être mais il n'était pas capitaine à un moment?
Message posté par Ed Deline
de toute façon François Clerc est un suceur de stéphanois...


Hahaha depuis le derby, j'ai cette chanson en boucle dans la tête...
Pour ce qui est de Francois CLERC, il faut avoir l'honnêteté de dire qu'à ce moment-là il était bien supérieur à Antho.
Il a l'air de manquer severement d'humilité le Reveillère quand même...
Pas d'accord. Clerc a simplement profité d'une blessure de Reveillère et j'ai jamais compris pourquoi mais il a fait un buzz médiatique. C'était pas au mauvais joueur, mais bon il était clairement surcoté et Réveillère a toujours été au-dessus.
Message posté par olmumire
Pour ce qui est de Francois CLERC, il faut avoir l'honnêteté de dire qu'à ce moment-là il était bien supérieur à Antho.


Pas d'accord. Clerc a simplement profité d'une blessure de Reveillère et j'ai jamais compris pourquoi mais il a fait un buzz médiatique. C'était pas au mauvais joueur, mais bon il était clairement surcoté et Réveillère a toujours été au-dessus.
Message posté par olmumire
Pour ce qui est de Francois CLERC, il faut avoir l'honnêteté de dire qu'à ce moment-là il était bien supérieur à Antho.


Pas d'accord. Clerc a simplement profité d'une blessure de Reveillère et j'ai jamais compris pourquoi mais il a fait un buzz médiatique. C'était pas au mauvais joueur, mais bon il était clairement surcoté et Réveillère a toujours été au-dessus.
il y a 24 minutes Le retour de la rumeur Messi à Manchester City 7 il y a 50 minutes Le rap des ultras de Genk 1 il y a 2 heures Gillet chante du Maître Gims pour son bizutage à l'Olympiakos 6
il y a 3 heures Blaise Matuidi va nous manquer (via BRUT SPORT) Hier à 21:45 Le 200e but en Premier League de Rooney 16
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 14:44 Un lob de soixante mètres en Angleterre 4 Hier à 14:05 Le CSC gênant de Wycombe 12 Hier à 13:44 Anigo s'embrouille sur le bord de la touche 38
Hier à 10:20 Quand Bailly envoyait un kick à Zlatan 12 dimanche 20 août L'hommage du Camp Nou aux victimes de l'attentat 2 dimanche 20 août Kembo Ekoko à Bursaspor 3 dimanche 20 août La bastos de Marcos Alonso 3 dimanche 20 août Il foire sa panenka à la 96e minute 23 dimanche 20 août La grosse mine de Bruno Fernandes avec le Sporting 4 dimanche 20 août Müller se blesse pour sept mois en célébrant son but 59 dimanche 20 août Alec Georgen régale sous les yeux d'Emery 8 dimanche 20 août Les pieds en l'air pour fêter le but de Jesé 8 dimanche 20 août La demi-volée de Gignac 10 dimanche 20 août Suspendu, Kaká regarde un match avec ses supporters 6 samedi 19 août Le bonbon de Malcom 12 samedi 19 août Le lob fou de Fekir 32 samedi 19 août Le cadeau de Cissé à l'un de ses coéquipiers 11 samedi 19 août Les ultras allemands répondent à la DFB 15 samedi 19 août Trezeguet bouscule Beşiktaş 25 vendredi 18 août Nantes, la mascotte et le plagiat 26 vendredi 18 août Brian Fernández arrive à Metz 9 vendredi 18 août 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM jeudi 17 août Valdés lance sa société de production 8 jeudi 17 août Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 15 mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 34 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 54 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5
À lire ensuite
Clash of Clans