En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options

Anigo : « Montrer qu'on est sur le bon chemin »

Vendredi soir, l'OM se déplace à Ajaccio pour disputer un match en hommage à Michel Moretti, l'ancien président Ajaccien. L'occasion pour José Anigo de faire le point sur l'évènement et sur les échéances à venir du club marseillais.

Modififié
José, l'OM s'apprête à rentrer dans le rush de l'automne avec le championnat et la Ligue des Champions. Est-ce que le club est prêt pour les choses sérieuses ?

Ce n'est pas une cadence infernale, disons que c'est plus ardu. Maintenant, on commence à avoir l'habitude de jouer tous les trois jours. Les déplacements, la récupération, on sait comment ça se passe, on ne voit pas ça comme un obstacle insurmontable.


On a l'impression que les deux prochains matchs, contre Monaco et le Spartak au Vélodrome, vont déterminer beaucoup de choses.

Il faut gagner le match contre Monaco, pour montrer que l'on est sur le bon chemin, pour confirmer les bonnes phases de jeu développées contre Bordeaux. Derrière, il y aura le Spartak. Un match extrêmement important. On peut presque dire un 16ème de finale car il est vital de commencer notre phase de poule par une victoire.


Vous avez eu l'occasion de les voir jouer ?

Personnellement non, j'étais dans le mercato jusqu'à hier minuit, je ne me suis pas encore plongé dans les matchs.


Ah bon, le mercato de l'OM n'était pas bouclé ?

Il faut être professionnel jusqu'au bout. Si, dans l'urgence, on a un pépin, une blessure ou autre, il faut être apte à réagir. On a donc été attentif, car il y a un joker mais c'est quand même de pouvoir s'en passer pour le moment. Mais, c'est vrai, on regardait plus dans le sens des arrivées que celui des départs.



Vendredi l'OM joue à Ajaccio. Quel souvenir gardez-vous de son ancien président, Michel Moretti ?

De Michel, j'ai le souvenir d'un homme entier, un homme droit. Avec ce genre de personnes, vous savez que vous n'avez pas besoin systématiquement d'avoir quelque chose écrit. A deux reprises, il m'avait proposé d'entraîner Ajaccio. L'envie y était, mais ce n'était pas le moment.

[page]
Ce match, c'est aussi l'occasion de célébrer un partenariat entre les deux clubs.


Oui, et on en est très content. Il y a les raisons humaines, évoquées ci-dessus, mais il y a aussi un grand intérêt sportif. On prend la suite de Monaco, à qui le partenariat avec l'ACA avait bien réussi (notamment avec Prso et Squillacci). On vient de voir revenir Sabo et Leyti N'Diaye, on est très content. Ils ont gagné en maturité. Cette année, on leur prête M'Bow, un champion de France !

Ouais...

Sérieusement, il a fait sa dizaine de matchs l'an dernier, il a besoin de prendre du volume, ça peut être une bonne surprise. Et que ce soit clair, c'est Ajaccio qui choisit les joueurs, pas nous. Patrick Vernet, le directeur sportif, vient les voir jouer dans l'année. Après, si le club est en difficultés, on veut bien leur prêter un joueur au mercato, s'il faut aider, mais il faudrait voir avec Didier Deschamps.

Le plus petit des Ayew, Jordan, n'a pas voulu se faire prêter à l'intersaison, il disait qu'il était trop jeune.

Jordan a eu un bon raisonnement. Je pense moi aussi qu'il n'a pas encore la maturité nécessaire pour faire une saison entière sur le terrain. Il est très jeune, il a besoin de travailler au quotidien, avec les pros de l'OM.

L'OM a une image spéciale en Corse. Adulé par certains, détesté par d'autres. Comment le vivez-vous ?

Personnellement, je me sens très bien en Corse. Et à chaque fois que j'y suis, on parle beaucoup de l'OM, je ne nous vois pas si détestés que ça. Concernant la célébration du titre et l'anniversaire de Furiani, vous pensez bien que j'étais mal à l'aise (l'OM a été champion 18 ans jour pour jour après la catastrophe de Furiani, ndlr). Je comprends la grogne des bastiais. Les gens de la Ligue organisent une compétition mais ils ne sont pas capables de se rendre compte qu'il y a une histoire, qu'il s'est passé des choses avant... Derrière, on ne pouvait pas non plus empêcher les joueurs, les supporters, de célébrer le titre. Mais ce n'était pas agréable.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée
Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 jeudi 18 janvier Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 jeudi 18 janvier Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17