En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // PSG/OM

Anigo l'incendiaire

Ben, oui, on sait : l'actu c'est les Bleus, la Roumanie et les trois points. Sauf que José Anigo a profité de la trêve internationale pour allumer le feu, en prévision du très, très, très lointain « clasico » PSG-OM du 7 novembre prochain... Bravo, José : c'est toi le meilleur !

Modififié
Leproux 1 – Anigo zéro


Bon, tout de suite, le mot “clasico”. Ridicule et cheap : OM-PSG et PSG-OM, c'est pas Real-Barça. Point final. « Faut arrêter ! » , comme disait José Bové en parlant comme un révolté face à la ghettoïsation des quartiers “difficiles”... Tiens donc : même prénom, José, et même démagogie. Pourquoi démagogie ? Parce que José Anigo se doit toujours de montrer qu'il existe, coincé qu'il est entre Deschamps et Dassier. D'où sa sortie remarquée il y a trois jours, suite à la décision de la LFP de restreindre le quota de places de supporters marseillais du PSG-OM du 7 novembre prochain. Initialement prévu à 2000, le contingent de supporters provençaux autorisés à se rendre dans la capitale pourrait être réduit à 1500 voire à 1000. Tout ça, dans le but évident de limiter les débordements. Alors José Vengeur a sur réagi : « Ce problème appartient au PSG et non à l'OM ! Chaque année, c'est le même refrain. Ça commence à être fatigant. Si le PSG a un problème, qu'il le règle. Nous, nos supporters sont exemplaires depuis le début de la saison. Il n'y a pas de raison qu'on les pénalise ou les punisse (...) C'est le président du PSG qui a, lui, des problèmes avec ses supporters. Nous on n'en a pas ! On a un quota de places à avoir et il n'est pas question de le changer » . Réponse du berger à la mégère, Robin Leproux a répliqué à José Anigo : « D'abord, le nombre de supporters marseillais qui vient au Parc, c'est une décision de la Ligue et pas du PSG. Quant à l'horaire du match, c'est la Préfecture de Police de Paris qui décide pour des raisons de sécurité. Sur ces deux points, ce n'est pas une décision du PSG. S'il a bien tenu ces propos, Anigo a une fois de plus raté l'occasion de se taire » . Bien dit. Tout y est, pas besoin de développer. Aucun réflexe de supporter pro-Paris, ici. On salue juste le bon sens de Robin.
[page]
José Anigaud


Reprenons la rhétorique anigienne. José dit : « C'est le président du PSG qui a, lui, des problèmes avec ses supporters » . Qui a prétendu le contraire ? Pas les dirigeants parisiens. José toujours : « Si le PSG a un problème, qu'il le règle » . Mais José, réveille-toi ! C'est ce qu'ils font. Depuis cet été, le PSG a établi un “plan sécurité” au Parc des Princes. Justement pour éradiquer dans un premier temps les violences internes entre supporters parisiens. Pacifier d'abord les tribunes, puis plus tard gérer les rapports entre supporters du PSG et supporters des équipes visiteuses. On peut ne pas être d'accord avec le Plan Sécurité voulu et instauré par Leproux, mais on ne peut pas suspecter le PSG de ne rien faire. Où la stupidité de Anigo atteint des sommets, c'est dans la démagogie encore plus basse : « Nous, nos supporters sont exemplaires depuis le début de la saison (...) Le président du PSG a des problèmes avec ses supporters. Nous on n'en a pas ! Le président du PSG qui a, lui, des problèmes avec ses supporters. Nous on n'en a pas ! » Les supporters de l'OM exemplaires ? Pour l'instant, alors... Bon, petit jeu des comparaisons un peu naze pour flatter le public marseillais. Classique ! On appelle ça faire l'union sacrée : ça fait partie du boulot d'Anigo. Et comme l'euphorie ne règne pas trop à l'OM ces temps-ci, rien de tel qu'un bon shoot de speed anti-Paris. Ben, voyons !

[page]
Les leçons du passé


José est la caution 100 % marseillaise du club : l'âme, le passé, l'Histoire, la mémoire, l'esprit, la chair, le cœur, le souffle... Bref, la légitimité olympienne qu'un Dassier n'a pas et qui le forcera mécaniquement à renchérir sur son directeur sportif. A Marseille, c'est comme ça que ça se passe : face à Paris, il ne faut jamais faiblir. Même un “modéré” comme Pape Diouf avait cédé à ce climat “populiste” lors du comique PSG-Marseille du 5 mars 2006. Le président marseillais avait décidé d'envoyer la CFA de l'OM au Parc en signe de protestation contre les mesures de sécurité mises en place au Parc des Princes et le non-respect de quota de places. Déjà... Les “minots” avaient fait 0-0 au Parc, ce qui avait ravi les supporters : Diouf le roi, les minots héros ! Sauf que, au final... Avec son vrai effectif, l'OM aurait pu torpiller un PSG à la ramasse et choper deux points de plus fastoche. Or, à la fin de la saison, Marseille avait fini 5ème et 60 points, à deux petites unités du 3ème, Lille... La C3 au lieu de la C1. Bravo Pape ! Est-ce que cette année l'OM ne pourrait pas faire comme l'an passé, lors du PSG-Marseille du 28 février 2010 ? Les supporters marseillais avaient “refusé” le déplacement. Déjà à cause du climat général ultra violent : avant le match, des incidents entre supporters parisiens du virage Auteuil et du Kop de Boulogne avaient dégénéré et Yann, membre de la tribune Boulogne, avait trouvé la mort. En outre, le match aller reporté pour cause de Grippe A avait aussi charrié son lot de tensions et d'incidents insupportables (voir les violences sur la Canebière). Ce 28 février 2010, les Olympiens avaient gagné 3-0, sans l'aide de leur public. Là, ça avait de la gueule : on monte à Paris sans nos supporters et on gagne au Parc ! Rien à dire. Victoire sportive (3-0) et victoire symbolique (les supporters parisiens sont des débiles finis)...
[page]
Match à trop hauts risques


Parce qu'il est toujours là, le problème : PSG-OM, ça reste un match à risques. A très hauts risques. Et cette année, comme avant. Peut-être même plus qu'avant, au vu de la colère des anciens abonnés de Boulogne et Auteuil, toujours bien décidés à s'opposer activement au Plan Leproux. On n'invente rien : le prochain Dortmund-PSG, de C3, en Allemagne, s'annonce explosif : on craint la grosse casse entre supporters parisiens et allemands, le 4 novembre prochain. Alors pourquoi envenimer les choses ? Surtout au moment où le PSG tente de pacifier ses tribunes. Déjà qu'il est à craindre que des supporters marseillais achètent des billets “en solo”, hors des billetteries de l'OM. Attention ! Ils ont le droit. Problème : avec le placement aléatoire, la “promiscuité” entre supporters des deux bords risque de créer des tensions. Pour peu que sur la pelouse, la partie soit houleuse... Et comme le Parc sera aussi plein à ras bord. On attendait donc un peu plus de sagesse, côté marseillais. Plus de “solidarité” avec les dirigeants parisiens qui tentent courageusement d'éradiquer la violence dans leurs tribunes (une fois de plus, on salue l'intention de Leproux : les méthodes, on peut en discuter). Accepter sans acrimonie (le joli mot !) que le contingent de supporters olympiens soit ramené au total voulu par la Ligue, voire même pas de supporters du tout... si leur vie est en danger ! Au lieu de ça, Anigo allume la mèche de sa petite bombe artisanale. On va quand même pas délocaliser tous les PSG-OM à Tunis, non ?

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 1 heure Le derby de Bahia se termine avec dix expulsés 3
il y a 2 heures Un supporter met le feu tout seul en D8 anglaise 4 Hier à 16:01 Tony Chapron est en arrêt maladie 43 Hier à 13:27 Des supporters uruguayens créent un chant sur l'air de Bella Ciao 24
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 12:18 Un entraîneur espagnol s'énerve en conférence de presse 8 samedi 17 février Les maillots du PSG floqués en mandarin 27 samedi 17 février La panenka ratée de Diego Castro en Australie 20
À lire ensuite
L'Irlande reprend la main