Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Anigo : « Je pensais que c'était le bon endroit pour partir »

Modififié
Dans Paris Match, qui sort aujourd'hui en kiosque, l'ancien directeur sportif de l'Olympique de Marseille est revenu sur le décès de son fils, Adrien.

Pour Anigo, tout a commencé à Jules-Ferry, un collège des quartiers Nord dans lequel Adrien était scolarisé : « C'est là qu'il a rencontré les mauvaises personnes. Les cités sont des centres de formation pour la délinquance. Il a trouvé dans la rue ce qu'il n'avait pas à la maison. Je pense que sa mère lui manquait, je ne pouvais pas jouer les deux rôles »

Le 5 septembre 2013, jour au cours duquel il a reçu les balles mortelles, Anigo fils avait pourtant déjà prévu de rejoindre son père au Maroc : « À Marseille, il y a toujours quelqu'un du passé qui vous rattrape. Impossible de s'extirper des griffes du Milieu, sauf en s'enfuyant » . Une perte qui a bien failli pousser José à se donner la mort, comme il l'explique plus loin : « Lors d'un déplacement à Naples avec l'OM, en octobre dernier, j'ai songé à rejoindre Adrien. Nous étions sur la terrasse d'un grand hôtel et je regardais en bas, en pensant que c'était le bon endroit pour partir. J'ai senti ma vie tenir à un fil. Puis j'ai réalisé que je ne pouvais pas abandonner ma famille. »

Anigo vit désormais à Marrakech et s'occupe du recrutement de l'OM sur le continent africain. Il affirme que Marseille est derrière lui : « Je reviendrai pour être enterré à côté de mon fils, car j'aime passionnément ma ville. Mais aujourd'hui, je ne peux pas vivre avec elle. Tout me rappelle Adrien. Et puis à l'OM, les Marseillais, les supporters, les médias, ne me supportent plus à cause des mauvais résultats de l'équipe, des histoires. »


Bon courage, José. BT
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 14
Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall lundi 16 juillet La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT)