Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Demies
  3. // Angers-Guingamp (2-0)

Angers, soixante ans après

Dans une rencontre globalement équilibrée, Angers a su faire la différence. Par trois fois. Le but de Mangani, tout d’abord, puis le penalty arrêté par Letellier. Et, enfin, le but du break de Toko Ekambi en fin de rencontre. De quoi envoyer le SCO disputer la deuxième finale de coupe de son histoire, soixante ans après. Pour y décrocher, enfin, son premier titre ?

Modififié

Angers 2-0 Guingamp

Buts : Mangani (38e), Toko Ekambi (90e+2)

Il n’est pas le plus connu de la génération 87. Loin de là, même. Mais à Angers, Thomas Mangani est bien le patron. Contre Guingamp, ce mardi, il l’a encore prouvé. Dans un match fermé, où les occasions dangereuses ont été rares, pour ne pas dire inexistantes, c’est lui qui a trouvé la solution. Avec son pied gauche, comme souvent. Un contrôle, deux dribbles et une frappe. Simple et efficace. Terriblement efficace même, puisque ce but, couplé à celui de Toko Ekambi dans les arrêts de jeu, permet à Angers de s’envoler vers la finale de la Coupe de France, soixante ans après la seule disputée dans son histoire. Raymond Kopa, qui a récemment donné son nom au stade angevin, doit sûrement être fier de son club de cœur.

Le pied gauche de Mangani


Si le duel apparaît équilibré au vu de la saison des deux équipes, il n’empêche que Guingamp, deux fois titré dans cette compétition sur les huit dernières années, ne peut se défaire du costume de favori. Sur la pelouse, pourtant, tous les joueurs apparaissent sapés de la même manière tant ce début de rencontre ne voit aucune des deux formations prendre l’ascendant. Le premier frisson est toutefois guingampais, lorsque Jimmy Briand voit sa frappe à ras de terre filer en direction du but, mais Vincent Manceau, vigilant, écarte le danger. Solide, le SCO subit une légère domination bretonne tout en parvenant à se projeter très vite vers l’avant. Comme sur ce déboulé côté droit de Bamba qui parvient à trouver Mangani plein axe. Le gaucher récupère le ballon, pénètre dans la surface où il élimine deux joueurs avant de faire mouche d’une frappe croisée (38e). Angers vire donc en tête au meilleur des moments, juste avant la pause. Mieux, les Angevins ont même l’occasion de doubler la mise, mais la frappe de Bérigaud s’en va percuter les parties intimes de Karl-Johan Johnsson qui, espérons-le, porte une coquille.

Letellier sauve les siens


Forts de leur avantage au score et désireux d’aller disputer la deuxième finale de Coupe de France de leur histoire, les locaux démarrent fort cette seconde période. Très fort, même, mais la tête de Ndoye fuit le cadre guingampais pour quelques centimètres. Sereins, les Angevins gèrent tranquillement leur avantage au score, tandis que les Bretons ne parviennent pas à concrétiser leur temps fort, notamment dans les trente derniers mètres où leur manque d’inspiration se fait cruellement ressentir. Les meilleures occasions restent donc angevines même s’il est difficile de trouver vraiment de quoi s’enflammer dans cette fin de match. Enfin, si. À la 88e exactement. Ndoye reçoit un ballon sur la poitrine dans sa surface de réparation. Pas pour l’arbitre qui y voit une main et siffle penalty. Briand s’élance pour arracher la prolongation, mais Letellier détourne la frappe de l’attaquant breton. Héroïque. Et histoire que la fête soit plus belle du côté d’Angers, Ekambi vient même doubler la mise dans les ultimes secondes. Soixante ans après, le SCO est donc de retour en finale de Coupe de France. Historique.

Gaspard Manet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 5 heures Harry Redknapp grand vainqueur d'une télé-réalité britannique 5 il y a 8 heures Gourcuff out jusqu'en 2019 45
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE
il y a 9 heures L'organisateur de la CAN sera connu le 9 janvier 15