1. //
  2. // Quarts
  3. // Manchester United-Anderlecht

Anderlecht et le chef-d’œuvre des « Busby Babes »

Aujourd’hui encore, malgré les nombreuses décennies découlées, le record tient toujours. Pour sa première participation à la Coupe d’Europe en 1956, Manchester United émiettait Anderlecht sur le score fleuve de 10-0, la plus large victoire de son histoire. Une représentation grandiose et aboutie. La plus belle jamais accomplie par les enfants de Sir Matt Busby.

Modififié
Il a d’abord fallu vivre, ou plutôt survivre, pour affronter l’indicible. Non sans avoir failli quitter ce monde et après avoir reçu à deux reprises les derniers sacrements de la part d’un prêtre. « J’ai prié pour que la fin vienne rapidement » , reconnaîtra-t-il, longtemps après avoir admis l’inacceptable. Revenu de cet entre-deux incertain, Matt Busby n’a plus jamais été le même homme. Ses côtes et sa poitrine sont striées de cicatrices que le temps ne pourra jamais enlever. Des douleurs corporelles qui s’accompagnent d’une culpabilité indélébile et insoutenable. Celle d’être encore là, parmi le commun des mortels, après avoir perdu huit de ses enfants. Ceux que l’histoire appellera plus tard les « Busby Babes » , partis trop tôt, trop vite lors du drame de Munich. La mort a frappé Manchester United le 6 février 1958, quand l’avion BEA Elizabethan, qui ramenait l’équipe et ses accompagnateurs de Belgrade, a manqué sa troisième tentative de décollage sur la piste de l’aéroport de Munich. Derrière, c’est la vie qui a dû reprendre son cours. Il a fallu se relever, dans le silence du deuil et la sidération. Pour ne pas abandonner les morts, ni jamais les oublier.


Lorsque le manager écossais a reposé pour la première fois un pied dans son « théâtre des rêves » , regarder les vivants dans les yeux s’apparentait à une torture : «  Se rétablir en Allemagne était une chose, faire face à Old Trafford en était une autre. Quand je me suis approché du terrain et que j'ai traversé ce pont le long duquel s'étaient entassés nos supporters par cinquantaine, hurlant leur soutien, j'arrivais à peine à lever les yeux. Je savais que les fantômes de ces gamins seraient toujours là, ils le sont toujours et ils le seront à jamais tant que ceux qui les ont vus traverseront ce pont. Pour toujours, ils verront ces fantômes rouges, jeunes, heureux sur la pelouse verte d'Old Trafford » . Comme une sorte d’héritage intemporel à ne pas galvauder ni ternir. Comme une dette intime et éternelle. En reprenant le fil de sa romance avec les Red Devils, Busby a honoré leur mémoire. Et rendu le plus bel hommage, dix ans plus tard, en se hissant sur le toit de l’Europe pour la première fois dans l’histoire du club anglais. Une soirée enivrante pour le coach iconique. Mais peut-être pas sa plus belle car ses «  Babes » n’étaient pas là pour y participer.

Révolution et l’Europe en ligne de mire


Sa plus belle nuit, Sir Matt Busby l’a sans doute vécue le 26 septembre 1956. Au milieu des siens, ceux qu’il voulait voir grandir année après année. C’était un rendez-vous européen contre Anderlecht, transformé en un festival passé à la postérité. Un mémorable 10-0 et aujourd’hui encore la plus large victoire de Manchester United. La plus grande déroute dans l’histoire du club belge aussi. Le soir-même, le manager britannique l’évoquait d’ailleurs avec un sentiment de plénitude rarement atteint. « C’était le plus grand frisson que vous pouvez connaître dans une vie de football, confiait-il, presque exalté. C’était la meilleure démonstration d’un travail d’équipe que j’ai pu voir de la part d’une formation. Un football proche de la perfection que n'importe qui voudrait voir » . Pour prendre un peu plus la mesure de cet exploit, il faut remonter le temps. Se replonger à une époque où United dessinait les contours d’une nouvelle ère prometteuse.



Arrivé à la tête des Red Devils dans la foulée de la fin de la Seconde Guerre mondiale, Busby signe un contrat de cinq ans et établit une feuille de route sur autant d’années pour redonner de l’élan à un club qui ne cessait d'osciller entre la première et la seconde division. Sa politique menée conjointement avec son immuable adjoint, Jimmy Murphy, repose avant tout sur un contrôle absolu dans le domaine sportif. Aucune ingérence de la part des dirigeants mancuniens, une liberté totale dans la formation et sur le marché des transferts. Une révolution qui se traduit surtout par une volonté farouche de s’appuyer sur des jeunes et qui finit par porter ses fruits. En s’adjugeant la FA Cup (1948), la First Division (1952) et le Charity Shield (1952), United s’affirme sur la scène nationale. Et avec la création de la Coupe des clubs champions en 1955, Busby entend s’inviter sur l’échiquier européen.

Le poids de l’histoire


Problème, la Fédération anglaise s’oppose à ce que les formations du Royaume prennent part à la compétition, afin de ne pas nuire au championnat. Initialement convié pour la première édition, Chelsea ne peut concourir. Mais, auréolé de son titre de champion en 1955 et à force de persuasion, le Manchester de Busby finit par faire céder la FA, devenant le premier club anglais à participer à la Coupe d’Europe. « Il faut ouvrir les yeux. Le football est devenu un jeu mondial. Nous ne pouvons plus nous contenter de jouer entre nous, confiait l’Écossais. Le football n’appartient plus exclusivement à l’Angleterre, l’Écosse et les îles Britanniques même si c’est là que l’avenir du jeu réside » . L’histoire européenne des Red Devils débute ainsi, à l’occasion d’une double confrontation en tour préliminaire contre Anderlecht. Triples champions en titre et sept fois vainqueurs de leur championnat, les Bruxellois dominent sans partage chez eux. Sauf qu'à cette période, la Belgique représente l’inconnu pour les Anglais.


« Bruxelles semblait à un million de kilomètres, expliquait récemment Tom Clare, historien de United, au Daily Mail. Ce fut la même chose pour les joueurs. La première fois qu’ils apprenaient quoi que ce soit au sujet de leurs adversaires était à l'entrée avec eux sur le terrain ! » L’appréhension passée, United prend l’ascendant sur son vis-à-vis devant les 35 000 spectateurs du Parc Astrid, le 12 septembre 1956. Avec un groupe extrêmement jeune (20 ans de moyenne d’âge), dont faisait partie Duncan Edwards, considéré comme le plus grand talent à venir outre-Manche et « le seul joueur qui me faisait me sentir inférieur  » dixit Busby. Manchester s’impose sans trembler grâce à des buts de Dennis Viollet et Tommy Taylor. Un baptême du feu européen réussi que le Guardian retranscrit le lendemain avec un certain lyrisme : « Ce fut un match joué dans une atmosphère d’une beauté inoubliable parce que la rencontre a commencé avec le terrain inondé d’une lumière argentée magnifique découpant la pelouse en deux parties : l'une ensoleillée et l’autre ombragée par la tribune. Il y avait un contraste magique entre clarté et obscurité. On se croyait au théâtre » .

« C’est un score de cricket, les gars se sont surpassés cette nuit »


La première pièce sur le Vieux Continent s’avère prometteuse. La seconde sera exécutée avec maestria. Deux semaines après le déplacement en terres belges, les Red Devils accueillent à leur tour la troupe de Bill Gormlie. Mais dans l’enceinte de son voisin City, Maine Road, et non chez eux à Old Trafford, car les projecteurs n’étaient pas encore installés pour éclairer la pelouse. Ce qui n’a pas empêché United de livrer un splendide récital. Déjà buteur à l’aller, Taylor – qui finira meilleur buteur au terme de la saison – claque son doublé avant que Whelan ne l’imite. Si Pegg et Berry se joignent aux festivités, le grand bonhomme de ce match s’appelle Viollet, auteur d’un quadruplé ce soir-là. « Nous étions tous très excités pour ce match retour et aussi un peu inquiets car on jouait loin de chez nous, reconnaissait Busby. Les conditions étaient un peu dérangeantes. Il avait beaucoup plu et le terrain était couvert de flaques d'eau. Il n’était toutefois pas nécessaire de s’inquiéter » .


«  Les garçons ont gagné 10-0, un score incroyable qui laisse supposer qu’Anderlecht était une équipe faible. Mais ce n'était pas une petite équipe de Malte ou d’Islande, poursuivait-il. La Belgique est une nation forte de football et Anderlecht sont ses champions. Je dois dire que c’est un résultat qu’on retrouve plus dans les rencontres de cricket que de football. J’avais l’habitude de voir bien jouer les gars récemment, mais ils se sont surpassés cette nuit  » . Parmi les hommes présents lors de cette soirée mirifique, seuls Busby, Viollet, Wood, Foulkes et Berry – qui ne rejouera jamais après – survivront au drame de Munich. Edwards, Byrne, Jones, Pegg, Taylor, Whelan et Colman n’auront pas cette chance. Bien des années plus tard, Sir Matt Busby rappellera à tous cette évidence incontestable : « En toute modestie, mon analyse des saisons 1955-1956 et 1956-1957 est qu’aucun club dans le pays ne pouvait rivaliser avec Manchester United » . Peut-être le plus bel hommage à ses « enfants disparus » . Des fantômes éternellement jeunes et heureux.

Par Hayden Saerens
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Note : 1
je t'aime So Foot !!!
Je t'aime pcq tu parles d'Anderlecht, mais je viens de lire l'article et c'est pas trop a notre avantage en fait.... donc je t'aime quand meme mais si tu pouvais faire un bel article sur les mauves , je t'aimerai encore plus !
Comme le dit Jcvd, c'est très bien de parler de ce Manchester United avant le drame de Munich, mais ce serait sympa aussi de parler de ce Anderlecht, encore amateur (du moins 2-3 joueurs étaient quand même sponsorisés), qui dans les années 40-50 posait les fondations de sa domination sur le foot belge grâce au travaux des entraineurs anglais Ernest Smith et ensuite Bill Gormlie.

Car il faut pas oublier que Anderlecht, à l'occasion des cent ans de la Fédération anglaise en 1954, l'emportera sur le terrain d'Arsenal à Highbury, première défaite des Londoniens sur leur pelouse face à une équipe étrangère en 90 ans d'existence. C'est quand même pas rien, ce serait bien d'en parler ...
Et c'est sympa aussi de donner les noms de cette génération de joueurs d'Anderlecht, comme la crapule de Jef Jurion, le buteur Jef Jermans, le gardien Félix Week, Pierre Hanon, Jacques Culot, Pierre Gettemans, Jeng Van den Bosch et sur la fin, le joueur d'avenir du club Paul Van Himst ...
Bah, on a nos pages de gloires et celles de désillusions, c'est ce qui fait l'histoire d'un club :)

J'espère qu'on prendra pas 10-0 ce soir parce que la Belgique n'est plus un championnat fort et qu'on en est même pas les champions jusqu'à nouvel ordre
Manchester United battra certes l'Athletic Bilbao (3-5/3-0) au tour suivant mais seront battus en demi par le WM du Real Madrid de Di Stéfano, Kopa, Gento et consorts 3-1 et 2-2 à Old Trafford.
Ce commentaire a été modifié.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Anderlecht alignait :
Willem De Koster, Jean de Drijver, Félix Week, Pierre Hanon, Pierre Gettemans, Jacques Culot, René Vanderwilt, Jef Jurion, Jeng Van den Bosch, Jef Mermans, Gaston de Wael.

Ah! Jurion et ses binocles !
5 réponses à ce commentaire.
Le meilleur Anderlecht est celui de Rensenbrink (fin des années 1970) avec Haan et Van der Elst, oh mon dieu quelle équipe, du beau jeu, des buts à gogo... Mon enfance à tout jamais et premiers émois footballistique. A l'époque, j'habitais au Maroc, il n'y avait pas Internet, on lisait les journaux, on écoutait la radio et on attendait une émission hebdomadaire à la télé qui passait des petits résumés des championnats étrangers.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Très bel article, ô combien émouvant, merci Hayden: c'est dans ces moments là qu'on aime So Foot.
@ZizouGabor
Le buteur Jef Mermans!

Qui disait dans une interview post carrière (dans les 7O's max) qu'il était déjà effaré par les sommes dérisoires des transferts à l'époque, et qu'on lui avait proposé une machine à laver pour un test au Real Madrid haha!

J'ai encore ce bijou et plein d'autres sur une VHS officielle de la Télévision belge retraçant les 80 premières années du RSCA, la cassette se termine en 1988, période européenne où arriver en 1/4 était un minimum syndicale pour Anderlecht. Malines gagne d'ailleurs la Coupe des Coupes cette année.
Années 70-80, début 90, la plus belle époque du football belge tout simplement, équipe nationale comprise!

Et donc oui SoFoot, un peu plus sur les Mauves?
valeureux liégeois 74 Niveau : Ligue 1
Avec un tel pseudo, je t'aurais vu + fan de la période Ariel Jacobs.
Sinon, + sérieusement, c'est clair qu'Anderlecht envoyait du pâté à l'époque, notamment le 3-0 contre le Réal (mm si y'a 6-1 à Bernabeu), le 6-2 contre la Fio, la finale contre Benfica avec Lozano... Et puis, mm en étant Rouche, comment ne pas apprécier des joueurs comme Coeck ou Zetterberg?
+1 pour vous deux, entièrement d'accord avec vous !
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  20:11  //  Aficionado de l'Argentine
Je n'y crois pas beaucoup mais en tant que spectateur neutre, ça me ferait vraiment plaisir de voir Anderlecht sortir Man U ce soir et renouer avec un dernier carré de Coupe d'Europe. Ce grand club le mérite !
3 réponses à ce commentaire.
Ce commentaire a été modifié.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  20:28  //  Aficionado de l'Argentine
Bien sûr, l'aspect sportif passe au second plan derrière le drame humain, du coup je dis ça avec toutes les précautions possibles... Mais d'un point de vue footballistique, le crash de Munich nous aura privés (enfin façon de parler, j'étais pas né, loin de là) d'une demi-finale de C1 58 qui s'annonçait dantesque entre le MU des "Busby Babes" et l'AC Milan emmené par son formidable trio offensif Schiaffino-Liedholm-Grillo ! Et peut-être aussi d'une possible finale entre le grand Real et l'équipe qui espérait devenir calife à la place du calife...
Malheureusement pour eux, les Anglais étaient trop "diminués" : après l'exploit du match aller (victoire 2-1 à Old Trafford), ils prendront une correction à San Siro, battus 4-0 avec notamment un doublé du maestro Schiaffino.
Une double confrontation qui inaugurera la longue série de qualifications du Milan face à Manchester United, seulement interrompue en 2010. Avant ça, les Rossoneri avaient sorti les Red Devils quatre fois de suite en C1 : demie 58, demie 69, 8e 2005 et demie 2007 (le 3-0 au retour à San Siro étant pour moi LE chef-d'oeuvre du Milan d'Ancelotti).
Hier à 09:55 Benjamin Bourigeaud se la joue comme Beckham 4
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 09:16 Neymar claque un doublé contre la Juve 32 samedi 22 juillet Ménez accusé d'avoir dissimulé sa pubalgie 29 samedi 22 juillet Le fils de Pelé retourne en prison 7 samedi 22 juillet La mine de Batshuayi qui assomme Arsenal 24 samedi 22 juillet Le beau geste de Boateng pour Nouri 10
samedi 22 juillet Lama répond aux critiques sur la sélection guyanaise 14 vendredi 21 juillet Un joueur de MLS prend un amende à cause de ses chaussettes 10 vendredi 21 juillet Manchester City passe au foot US 12 vendredi 21 juillet La CAN se jouera l'été et à 24 équipes 75 jeudi 20 juillet Zabaleta claque une grosse volée pour accueillir Joe Hart 3 jeudi 20 juillet La théorie qui dit que Neymar va signer au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 20 juillet Une remontée historique des Seattle Sounders 20 mercredi 19 juillet Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) mercredi 19 juillet La petite gourmandise de Callejón 4 mercredi 19 juillet Un but barcelonesque en D4 argentine 11 mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 19 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 25 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 8 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66 vendredi 7 juillet Un Anglais va faire le tour des stades des 55 pays d'Europe pendant un an 14 jeudi 6 juillet Fusion Juvisy-Paris FC actée 9 jeudi 6 juillet Platini : suspension confirmée par le Tribunal fédéral suisse 5 jeudi 6 juillet Le golazo de Damião avec Flamengo 10 jeudi 6 juillet Wycombe dévoile un maillot de gardien hypnotisant 20 jeudi 6 juillet Giovinco continue de régaler à Toronto 12 jeudi 6 juillet Piqué s'éclate dans le désert 20 jeudi 6 juillet Maradona continue ses péripéties 13 mercredi 5 juillet Le Real met la main sur Theo Hernández 44 mercredi 5 juillet SOLDES : jusqu'à -20% sur la boutique SO FOOT 2 mercredi 5 juillet Asamoah Gyan revient en Europe 26 mercredi 5 juillet Un supporter fait 13 700 km pour voir jouer son équipe 8 mercredi 5 juillet Eric Dier fait l'essuie-glace 9 mercredi 5 juillet Chapecoense vire son entraîneur 7 mercredi 5 juillet Lingard tape un foot avec des gosses hystériques 43 mardi 4 juillet Le prochain SO FOOT en kiosque le 12 juillet 1 mardi 4 juillet Chine : un arbitre tabassé lors d'un match supposé truqué 12 mardi 4 juillet John Terry s'invite sur la fesse d'un supporter d'Aston Villa 15 mardi 4 juillet Un Géorgien se fait tatouer son onze de rêve des Pays-Bas 48 mardi 4 juillet Maradona au match pour Infantino 3 mardi 4 juillet Podolski et la culture japonaise 23 mardi 4 juillet La superbe vidéo de campagne d'abonnement de la Sampdoria 24 lundi 3 juillet Maradona accusé d'agression par une journaliste russe 45 lundi 3 juillet Djibril Cissé signe en D3 suisse 26 lundi 3 juillet Le portrait mural d'Hamšík dévoilé 13 lundi 3 juillet Maradona joue au hockey en Russie 4 lundi 3 juillet Un joueur nord-irlandais fait croire qu'il signe au Barça 13