En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. // Ligue des champions – Barrages retour – Anderlecht/Limassol (2-0)

Anderlecht en sera

Au terme d'un match hyper tendu, le RSC Anderlecht retrouve la Ligue des champions qu'il n'avait plus connue depuis 2006. En difficulté après la défaite à l'aller, les Belges se sont repris et peuvent louer leur buteur maison, Mbokani.

Modififié
Anderlecht/Limassol : 2-0

Buts : Yakovenko et Mbokani

Il n'y aura donc pas de hype chypriote cette année en Ligue des champions. Pas de successeur à l'Anorthosis Famagouste et à l'APOEL Nicosie. La faute à qui ? Bah, à Dieumerci Mbokani, bien entendu. Buteur lors des deux matches, le Congolais est le véritable bourreau des Chypriotes. Pourtant, ces derniers y étaient presque. En ballottage favorable après une victoire à l'aller, 2-1 dans leur petit mais bouillant Tsirion Stadium, les joueurs de Limassol étaient sur le point d'entrer dans l'histoire du club, à 90 minutes d'une première participation à la phase de poules de la Ligue des champions. Ce qui n'est pas rien pour un club englué à la 179e place du classement UEFA. Oui, mais voilà, en face c'était Anderlecht, champion de Belgique en titre et surtout beaucoup plus habitué aux joutes européennes. Et à domicile qui plus est. En galère au match aller, les Mauves se sont certes toujours montrés aussi brouillons, mais bien plus concernés.

Les Belges devaient faire sans leur maître à jouer, Milan Jovanović, (stupidement) expulsé au match aller après un geste d'humeur au moment de son remplacement et condamné à suivre la rencontre avec le kop. Mais « Anderlecht, ce n'est pas que Jova » , disait l'ancien Red avant le match. C'est vrai. Anderlecht, en ce moment, c'est surtout Dieumerci Mbokani. La machine à scorer congolaise en est déjà à 7 buts en autant de rencontres. Dès l'entame de match, les locaux montrent leur intentions. Beaucoup plus entreprenants qu'à l'aller, les joueurs d'Anderlecht s'installent dans le camp adverse. Constamment sollicité, Mbokani se démène comme un taureau devant, multipliant les appels, les déviations, les duels, mais aussi... les pertes de balles. Le Congolais décale par deux fois De Sutter et Biglia, mais les deux joueurs envoient chacun leur tour une mine dans les tribunes du stade Constant Vanden Stock.

La délivrance


Gênés par le pressing belge, les Lions chypriotes luttent vraiment pour ressortir la balle. Mais les rares fois où ils y parviennent, l'Ivoirien Vouhou se retrouve seul face à la défense adverse. En fait, les Mauves se mettent seuls en danger. Sur un mauvais renvoi dans l'axe, le même Vouhou sert parfaitement Monteiro qui bute sur Proto, le portier belge. Au fil des minutes, la tension monte sur le terrain et dans les tribunes, les joueurs se chauffent et ça s’envoie quelques tacles assassins et autres semelles bien appuyées. 0-0 à la mi-temps. Les hommes de Van den Brom auraient pu mener si seulement ils avaient fait le bon choix ou la bonne passe, ou même les deux. Au retour des vestiaires, c'est toujours la même atmosphère qui règne parmi les supporters du club bruxellois, eux qui attendent avec impatience le retour d'Anderlecht en Ligue des champions. De leur côté, les Chypriotes, venus en nombre, poussent leur équipe. Sur le terrain, le match tourne à la mort subite. On sent que les deux équipes sont de plus en plus tendues et on se dit que le premier qui marquera achèvera l'autre.

Comme en première période, Anderlecht fait le jeu. Ou plutôt balance des longs ballons devant sur Mbokani et De Sutter en espérant une déviation. On ne sait jamais, hein... De Sutter cède sa place à Yakovenko que l'on attendait titulaire. Dans la foulée, sur un corner tiré à deux, Mbokani remise pour Gillet qui trouve la barre à bout portant. Les minutes défilent, les occasions belges aussi. À la 70 ème, après un cafouillage monstre, Gillet se retrouve seul dans la surface. Il s'y prend à trois reprises, mais se heurte à chaque fois à un mur argentin nommé Degra. Sur le banc, Van den Brom se dit que son équipe est maudite. On se dit qu'à force de rater des occasions, Anderlecht va s'en vouloir. Mais c'était sans compter sur Dieumerci Mbokani. 81e minute. Sur un centre du jeune Bruno, l'attaquant congolais contrôle, frappe et libère tout un stade. 1-0. 7 minutes plus tard, Olexandr Yakovenko aggrave la marque d'un plat du pied droit. 2-0. Les Belges seront bien en Ligue des champions. À Dieumerci Mbokani d'être à la hauteur...

Par Thomas Porlon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 2 heures 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 5
il y a 3 heures Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 1 Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 85 lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 41
À lire ensuite
Magie Modou